Guide BYPASS – Chirurgie de l’obésité 1/2

Guide BYPASS – Chirurgie de l’obésité 1/2

Vous êtes sur la première partie du guide BYPASS : Pour vous rendre sur la seconde partie directement : Seconde partie du guide BYPASS

Dans cette première interview, je décide de revenir sur la chirurgie de l’obésité et notamment sur le bypass. Beaucoup de personnes se posent des questions sur ce type de méthodes pour perdre du poids. Le bypass est devenu la méthode chirurgicale incontournable pour perdre du poids lorsque aucune autre solution n’existe. Et évidemment, un bypass, ce n’est pas incompatible avec un rééquilibrage alimentaire. C’est même complémentaire. Puisque évidemment, le bypass ne peut pas fonctionner si l’équilibrage alimentaire n’est pas au point en période post-opératoire.

Ce rééquilibrage alimentaire doit intervenir en amont du bypass afin d’être opérationnel dès la sortie de l’hospitalisation. Il est important de respecter l’équilibre alimentaire après, afin de pouvoir conserver les bénéfices du bypass sur le long terme.

Et puis bien sûr, retrouver une hygiène alimentaire saine permet de ne pas retomber dans ses anciens travers. L’éducation alimentaire a alors pleinement sa place dans un programme bypass avec un rééquilibrage alimentaire qui doit permettre aux personnes concernées de prendre et surtout de garder des bonnes habitudes alimentaires, à vie. Ces habitudes qui souvent on été perdues avant et ont donc conduit a une prise massive de poids.

Qu’est ce que le BYPASS gastrique ?

Le BYPASS gastrique est une chirurgie de restriction qui consiste en la réduction du volume de l’estomac. Elle consiste également en la mise en place d’une dérivation afin que les aliments aillent plus loin.

Cette dérivation et le volume de l’estomac restreint vont permettre de créer artificiellement une mauvaise absorption des nutriments et par le fait, engendrer une importante et rapide perte de poids.

Il s’agit d’une chirurgie majeure. Le bypass est une technique lourde et importante, qui dure au minimum 4 à 5 heures et qui n’est pas sans conséquences sur l’organisme. L’hospitalisation dure environ une semaine et engendre des suites post-opératoires importantes, avec des soins infirmiers de pansements quotidiens et des risques de complications hémorragiques non négligeables.

Evidemment, en plus de la mauvaise absorption des nutriments engendré par la dérivation, le volume de l’estomac étant grandement réduit, la quantité d’aliments prise lors des repas est fortement réduite. Il y a donc des risques de devoir se supplémenter et d’adapter fortement son alimentation après le bypass pour ne pas créer de déséquilibres.

La santé peut s’en trouver affectée, même si à l’heure actuelle les suites de cette opération sont extrêmement bien maîtrisées, avec une prise en charge complète avant et après l’opération, et un suivi strict et rigoureux.

Expérience du BYPASS gastrique, par Priscilla, en interview

Parce que j’ai souhaité que cet article soit le plus proche de la réalité possible, Priscilla nous fait part de son expérience à travers le jeu de l’interview, où elle nous donne son parcours et son ressentie sur cette expérience. Je la remercie encore énormément pour le temps qu’elle a consacré a raconter son histoire et a faire ce travail de réflexion sur son histoire.





L'interview : Priscilla nous dit tout sur SON expérience du BYPASS !

Quelle était ton mode de consommation alimentaire et ta vie sportive avant ton bypass ?

Avant l’opération je n’arrivais même plus à marcher 500 mètres sans pleurer tellement j’avais mal au dos, donc je dirais vie sportive nulle. Alimentairement je souffre de binge eating, compulsion alimentaire, je l’ai toujours d’ailleurs, donc j’avais une alimentation que je tentais d’équilibrer, mes repas étaient assez complet, mon problème est que mes grignotages étaient plus copieux que mes repas et complètement anarchiques. Je partais d’une sensation de faim, je me disais hop un petit gâteau et résultat le paquet y passait voir un deuxième paquet même.

Quelles ont été les étapes pour arriver jusqu’au bypass ?

Mon opération, déjà au départ je n’en voulais pas, je me pensais assez forte pour y arriver « sans artifices », jusqu’à ce que je comprenne que l’opération n’était pas une alternative aux régimes, mais juste un coup de pouce. J’ai donc discuté avec le médecin qui me suivait déjà pour mon obésité et qui me l’avait proposé plusieurs fois. Elle m’a d’abord envoyée dans un centre de réadaptation, j’ai repris le sport, j’ai réappris à manger correctement. Le problème c’est que j’ai était dans un centre avec hébergement complet. J’étais donc dans une bulle, je t’explique pas le coup de massue en rentrant à la maison 3 semaines plus tard, je suis presque partie en dépression. C’est là que je me suis vraiment décidée et j’ai dit oui, j’ai besoin de ce coup de pouce. A partir de là tout est allé très vite, j’ai pris ma décision courant septembre 2015. J’ai commencé le parcours très rapidement, je ne sais même plus exactement toutes les étapes mais j’ai dû voir un cardiologue, un dentiste, un psychiatre, faire une gastro scopie, et enfin voir le chirurgien. A aucun moment on ne m’a demandé de perdre du poids avant l’opération. Dans mon souvenir, en février ou mars 2016, j’ai eu l’accord pour me faire opérer le 6 juillet 2016.

Le cardiologue c’est je pense pour voir si ton cœur supportera l’anesthésie. Le dentiste pour voir si tu auras assez de mâche, car il faut bien mâcher après l’opération sinon ouille ouille. Le gastro pour vérifier si tu n’as pas un microbe particulier dans l’estomac je ne sais plus son nom, qui pourrait compliquer l’opération. Le psychiatre pour vérifier si tu es psychologiquement prêt à accepter le changement de vie, alimentaire, sociale, physique, ….et surtout vérifier le soutien moral que tu auras car c’est très important

Quelles ont été les suites directes du bypass ?

Je suis donc rentrée à l’hôpital le 5 juillet, opérée le 6 en fin de matinée, je suis sortie de salle de réveil vers 17/18h. J’avais chaud lol. J’étais encore dans les vapes je n’arrivais même pas à écrire à mes proches pour dire que tout allait bien.

Alors je suis restée à l’hôpital 3 jours après l’opération, j’avais quelques douleurs supportables je n’utilisais pas la morphine donc il m’ont retiré la pompe. C’était surtout les gaz de la celio qui me faisaient mal selon la position que je prenais. Par contre ce qui s’est passé c’est que j’ai de suite commencé à perdre de la graisse et comme les hormones sont emprisonnées dans les graisses j’ai eu un relâchement d’hormones spectaculaire, conséquence j’ai eu mes règles avant même de sortir de l’hôpital, alors que je ne les avais plus eu depuis plusieurs mois, dérèglement hormonal dû à l’obésité. C’est ce qui m’a fait le plus souffrir. En sortant on m’a prescrit des Doliprane et du tramadol. Je n’ai jamais prit le tramadol et honnêtement je prenais les Doliprane pour les maux de ventre liés aux règles et pas l’opération.

L’alimentation et la forme physique, en sortie du bypass, c’était comment ?

Pour la nourriture le lendemain de l’opération on m’a de suite proposé des biscottes au petit déj que je devais bien laissé fondre en buvant mon thé. Le midi j’ai eu une purée avec du poulet mixé dedans donc rien de liquide. Ce qui m’a permis d’évoluer bien plus rapidement que ceux à qui on impose de manger liquide pendant plusieurs jours voir un mois après l’opération.

Au bout de quelques jours j’arrivais à manger des salades. Toujours bien mâcher et c’était cool. Les yaourts me faisaient mal au ventre au début je ne les supportais pas, mais sinon j’arrivais à manger à peu près tout. J’étais très épuisée pendant 2/3 semaines et ensuite un regain d’énergie. Je marchais énormément ne pouvant pas faire activité physique autre mais c’était suffisant. Je me souviens que le jour où je suis rentrée de l’hôpital je suis sortie pour chercher mes médicaments. J’habitais au premier étage avec un rez de chaussée surélevé. Donc on va dire un étage et demi à monter. La pharmacie à même pas 100 mètres de chez moi. Quand je suis rentrée j’avais l’impression d’avoir fait un marathon.

Pour l’alimentation je gerai plutôt bien. Avant d’aller à l’hôpital j’avais prévu le coup j’avais acheté pas mal de purées surgelées en galets, et des produits qui se cuisinent vite. J’étais seule avec mon fils donc je ne pouvais pas compter sur quelqu’un pour m’aider niveau ménage et cuisine. J’ai un peu délaissé le ménage quelques jours ma santé passait avant.

Je me suis remise assez vite finalement. Je me suis rendue compte des quantités, que mettre 100g de salade dans mon assiette c’était facile, 100g de pâtes je finissais pas l’assiette.

Quelle est la place du rééquilibrage alimentaire dans ta vie à l’heure actuelle ?

Aujourd’hui j’ai appris à équilibrer les repas. Jamais un repas sans légumes. Si il n’y en a pas dans le plat principal il y a une soupe ou des crudités en entrée. Je limite les protéines animales sans les supprimer. Niveau sportif je n’ai pas vraiment le temps de faire grand chose du coup je m’assure de marcher mes 10000 pas par jour sauf le weekend ou souvent je ne sors pas énormément car je cuisine le dimanche et le samedi ça va encore comme je vais au marché qui est à 30 minutes à pieds, et parfois on se ballade donc je fais du petits matériels etc quand je marche pas mes 10000 pas.

Et je prépare des repas simple basique la plupart du temps l’équilibre se fait dans la quantité que j’en mange et l’accompagnement et dessert.

Exemple le Mac and cheese. Pas très équilibré en sois mais j’ai pris une grosse assiette de salade verte et carottes râpées avant, donc estomac déjà bien rempli je mange moins après. Je ne me casse absolument pas la tête je fais tout ce qui me plaît a manger. Pizza, quiche, plats en sauce, et y a des repas light qui me plaisent aussi, j’equilibre dans l’autre sens dans ce cas, si c’est trop léger ça tient pas au ventre donc je rajoute du pain ou du fromage ou autre chose selon le plat tout simplement. Si j’ai du fromage dans le plat je ne prend pas de yaourt au dessert. Si j’ai mangé du fromage a midi je n’en mange pas le soir. Etc j’essaie d’équilibrer un maximum

Je prévois mes repas à la semaine en me basant sur les protéines que j’y mets. Il y aura donc un repas a base de viande ( boeuf, agneau, ou porc), un repas à base de volaille, lapin, veau …, Un repas a base d’oeuf, un repas à base de charcuterie ou saucisse etc…, Un repas à base de fromage, et un à base de poisson. Ça fait 5 repas que je prépare en grandes quantités pour avoir des restes le lendemain midi. Et je laisse un repas joker pour quand je vais au marché le samedi j’achète un truc ou on mange dehors ou autres….

Finalement, tu en es où de ton poids, aujourd’hui ?

Alors j’ai perdu 60kg au départ avec la grossesse et l’allaitement on va dire mon poids le plus bas au bout de 1 an environ puis j’ai repris 20 kilos en quelques mois. Là avec le rééquilibrage alimentaire j’en ai reperdu 13 pour le moment.

Quel est ton ressenti général sur ce bypass et tout ce qui en a découlé ?

Alors j’étais très flippé par rapport à l’opération étant maman solo j’avais peur de ne pas me réveiller. Après comme tout s’est bien passé et que j’ai très bien supporté je n’ai absolument pas regretté. Le seul moment un peu tendu était au bout de quelques semaines post opération. Le poids n’a plus bougé pendant de longues semaines, enfin c’était mon ressenti est ce que ça a vraiment duré aussi longtemps je ne sais plus. Je me disais tout ça pour ça. Mais après ça s’est remis en marche. En 6 mois j’avais déjà perdu 47 kilos puis je suis tombée enceinte.

J’ai continué à perdre puis le poids est lentement remonté logiquement et au final je suis arrivée en fin de grossesse avec 2 kilos de moins qu’au début

Après je suis restée assez stable avant de recommencer à  » manger mes émotions ». Mon humeur à évoluée de manière positive, je le sentais capable de beaucoup de choses. Endorphines à bloc à mon avis. Mes proches m’ont soutenues à leur façon. Disons que je préférais ne pas trop leur en parler. Car ils ne comprenaient pas vraiment ma façon de manger, évidemment vu que pour eux je n’avais plus le droit à grand chose et en fait je mangeais absolument tout ce que je voulais juste en quantités différentes

Donc leurs commentaires me prenaient un peu le chou et leurs idées arrêtées aussi. Je me sentais en harmonie avec moi même c’est tout ce qui comptait

Si c’était a refaire ?

Voilà, donc je ne changerai pas mon parcours. Je dirais juste aux femmes qui tombent enceinte après l’opération de faire attention car moi je me suis laissée avoir et je suis un peu retombées dans mes travers j’ai du me reprendre en main

Guide BYPASS – chirurgie de l’obésité 2/2

Guide BYPASS – chirurgie de l’obésité 2/2

Vous êtes sur la seconde partie du guide BYPASS : se rendre sur la première partie du guide BYPASS (cliquez sur le lien)

Dans cette deuxième partie du dossier concernant le BYPASS (dans la première partie, que vous pourrez lire en cliquant sur ce lien, je vous avait fait part du témoignage de Priscilla, qui a subit l’opération et arrive a combiner le BYPASS et le rééquilibrage alimentaire), je vais traiter de la place du rééquilibrage alimentaire dans les suites d’un BYPASS.

Parce que évidemment les deux ne sont pas incompatibles, il faut bien comprendre que le BYPASS sera un coup de pouce pour créer l’élan qui permettra à l’équilibre alimentaire de prendre place dans votre vie. Et cette place à l’équilibre alimentaire est extrêmement importante afin de maintenir le plus possible les effets positifs du BYPASS sans avoir à souffrir des effets négatifs.

Je vous rappel que cette chirurgie de l’obésité est une opération lourde, et non sans conséquences que ce soit physique ou psychologique. Mettre toutes les conditions de son côté pour la bonne marche du processus et la pérennité de celui-ci me semble donc quelque chose d’extrêmement important.

BYPASS et équilibre alimentaire

Il est évident que cette chirurgie de l’obésité va changer votre vie. Et votre mode de consommation alimentaire complet va être totalement bouleversé.

Souvent, le BYPASS est le dernier recours pour les personnes qui ne parviennent pas a perdre du poids de manière classique. Les raisons sont nombreuses, qu’elles soient d’ordres physiques ou psychologiques. En revanche, quelque chose de commun existe entre ces personnes : un défaut dans l’équilibre alimentaire avec souvent des prises alimentaires qui ne sont pas adaptées au mode de vie.

Le rôle des professionnels de santé que vous allez rencontrer en amont de l’opération sera donc de pointer, entre autre, ce qui au niveau alimentaire ne fonctionne pas chez vous, et de vous donner les clefs pour corriger cet équilibre alimentaire afin d’accompagner les effets du BYPASS vers une consommation plus adaptée et naturelle de l’alimentation.

Les défauts dans l’équilibre alimentaire se trouvent souvent :

  • Une consommation alimentaire anarchique : des prises alimentaires incontrôlées, a toutes heures du jour, et parfois de la nuit
  • Une inadaptation alimentaire au mode de vie : Trop de féculents ou de graisses, pas assez de légumes / fruits, associés a un manque d’activité physique
  • Dans une consommation « psychologique » : c’est le cas des personnes qui « mangent leurs émotions » et qui vont donc consommer des aliments « doudous », qui pour eux sont rassurants à l’instant T mais qui la plupart du temps sont inadaptés et font grimper le total calorique de la journée en flèche.

Le BYPASS apparaît donc comme la solution quand l’équilibre alimentaire n’est plus maîtrisé et que les conséquences de l’obésité sont telles qu’un simple rééquilibrage alimentaire est difficilement envisageable ou sera compliqué a suivre sur le long terme.

Le BYPASS comme solution miracle à l’obésité ?

Malheureusement, le BYPASS n’est pas une solution miracle ! Il s’agit bien évidemment et UNIQUEMENT d’un coup de pouce afin d’aider a amorcer la perte de poids ! Le travail ne se fera pas tout seul. Et c’est là que le rééquilibrage alimentaire intervient.

Le BYPASS va permettre aux personnes d’amorcer le travail de perte de poids afin de créer cette fameuse dynamique perte de poids. Le plus difficile lorsque l’on souhaite perdre du poids, c’est souvent les premiers kilos. Les plus longs et les plus difficiles ce sont ceux-là. Il faut donc pouvoir mettre en place cette dynamique afin que psychologiquement, la personne comprenne que ça y est, la perte de poids débute et que l’alimentation doit suivre !

C’est d’ailleurs le rôle des rendez-vous pré-chirurgie. Ils vont permettre de conditionner le patient a cet état d’esprit. Pour que la personne comprenne bien que, au delà de l’aspect purement physique et physiologique de la chirurgie de l’obésité, il y a aussi l’état d’esprit complet a adopter pour que cette chirurgie soit efficace et révèle pleinement son rôle : celui d’aide au changement de mode de consommation alimentaire.

Je souhaite rééquilibrer mon alimentation

… donc à ce moment là uniquement j’ai accès au BYPASS. Et non l’inverse. La finalité de toute cette démarche c’est le rééquilibrage alimentaire. La perte de poids viendra également du rééquilibrage alimentaire. C’est vraiment ce qu’il faut comprendre.

La motivation pour rééquilibrer son alimentation doit être réelle lors de la mise en place du protocole de la chirurgie alimentaire, et n’est pas accessible aux personnes qui ne souhaitent pas changer. C’est l’état d’esprit complet et le mode de consommation alimentaire, et plus globalement son mode de vie qui doit changer. La motivation doit être entière.

Le rééquilibrage alimentaire a donc ici un rôle central. Il ne faut pas sous estimer la part du rééquilibrage alimentaire dans la chirurgie de l’obésité et ne pas se voiler la face en pensant qu’il s’agit d’une solution miracle pour perdre des tas de kilos.

Non, il n’est pas facile de perdre du poids grâce au BYPASS et non, le travail ne se fera tout seul. D’ailleurs, quel intérêt de vouloir perdre du poids, et de se faire aider dans ce sens, si le mode de consommation continue a être autant anarchique après que avant ?

Le BYPASS est avant tout un rééquilibrage alimentaire aidé

Pour conclure, comprenez bien grâce a cet article que la place du rééquilibrage alimentaire dans la chirurgie de l’obésité est centrale, et que tout ne se fait pas tout seul !

Bien que le mode de consommation alimentaire change de manière naturel après un BYPASS (c’est logique, quand physiquement les médecins interviennent sur les organes de digestion, tout change, et le poids baisse), la base de cette démarche et l’objectif final est le rééquilibrage alimentaire. Il faut bien avoir conscience de cette notion plus qu’importante au moment d’entamer les démarches en vue de cette chirurgie de l’obésité.

Le BYPASS est un sacré coup de pouce pour perdre du poids, mais aussi et surtout une chirurgie extrêmement lourde qui aura des conséquences énormes sur votre vie. Avec des risques chirurgicaux qui ne sont pas négligeables. La motivation au changement de mode d’alimentation doit être entière pour que le changement soit réel et surtout qu’il puisse s’inscrire dans la durée !

Poids idéal et poids de forme

Poids idéal et poids de forme

Qu’est ce que le poids idéal ? qui sommes nous pour décider à la place de notre corps ? cette machine est parfaitement huilée, et nous, nous souhaitons pouvoir tout contrôler, tout maîtriser, pour arriver a des résultats qui parfois, sont uniquement de l’ordre du fantasme. Le poids idéal, en effet, est un fantasme : il n’existe pas ! Ou du moins il est imaginé, parfois atteint, mais avec le risque d’être déçu, voir même pire : souffrir de ce poids idéal.

Nous ne sommes jamais content de rien ! Un kilo de trop, et c’est le branle-bas de combat ! Un kilo en moins, tout de suite nous sommes catalogués comme malade. Le poids idéal, au-delà de l’aspect physique, est une représentation que nous nous faisons de notre place dans la société. La comparaison avec les autres a ici un rôle extrêmement important pour déterminer, mentalement, quel est notre poids idéal.

D’abord, il faut savoir qu’il existe des outils pour calculer son poids idéal. Pas au sens strict du terme, nous parlerons dans ce cas plutôt d’un poids de santé, ou d’un poids de forme. Le reste n’est que fantasme et idéal. Je vous aide dans cet article a faire la part des choses.

Poids idéal et poids de forme, deux notions différentes

Le poids idéal est une notion très floue car finalement très personnelle. En effet, ce que j’appelle poids idéal c’est le poids dont chacun rêve dans son fort intérieur. On ne parle pas ici d’indice de masse corporel ou autres critères statistiques, mais uniquement d’un fantasme. Comme si une femme d’1m60 devait forcément peser 50 kg, par exemple.

On les connait tous ces critères très subjectifs : on a tous idée, par exemple, que le poids idéal doit être au moins 10 kg en dessous de la taille. C’est comme ça. C’est un grand principe que nous nous sommes transmit au fil du temps et qui est devenu normal dans notre société actuelle. Il y a aussi le fait que, à taille égale, une femme doit forcément peser moins lourd qu’un homme. Il n’y a pas de négociation possible, c’est comme ça !

Ce poids idéal c’est ce que nous représentons de notre corps, et ce que nous souhaitons au plus profond de nous pour enfin être soulagé de cette histoire de poids. Ce poids idéal prend une place importante dans notre vie. C’est surement un tord.

Le poids idéal est determiné par notre esprit

Oui, notre poids idéal est uniquement un produit de notre esprit. Notre cerveau idéalise un certain poids après avoir traité tout un tas d’informations dont nous sommes gavés toutes la journée, notamment sur l’idéal de beauté, de forme et de santé. Ces informations traitées donnent un chiffre et nous devons obligatoirement tendre vers ce chiffre sous prétexte de rester dans les normes.

Rassurez vous, il s’agit uniquement d’un tour de l’esprit ! En effet, il est souvent impossible d’atteindre cet idéal sans mettre sa santé en danger. C’est d’ailleurs à cause de ça que certaines personnes un peu fragiles peuvent développer des troubles alimentaires. Vouloir atteindre un chiffre qu’il est techniquement impossible d’atteindre, sans passer par un régime extrême, peut laisser de gros dégâts sur le corps. Et sur l’esprit aussi.

Puis qu’il est là le risque également : que le moral chute et que s’installe une culpabilité a s’alimenter. J’ai dans l’esprit les gens qui disent qu’il suffit de ne pas manger pendant quelques jours pour arriver au poids idéal… il « suffit » de ne pas manger ? il s’agit là d’un traumatisme extrême pour le corps. Surtout qu’au bout de quelques heures les personnes vont craquer… puis regretter d’avoir craqué, etc… le cercle devient vite dangereux et la catastrophe n’est pas loin.

Le poids de forme : un concept beaucoup plus honnête

Le principe du poids de forme est en total opposition avec celui du poids idéal.

En effet, le poids de forme c’est le poids que vous réussissez a garder le plus longtemps, sans aucuns efforts de votre part, en ayant une alimentation équilibrée. Le poids moyen qui inclut les périodes de surplus alimentaire, de baisse d’alimentation et d’alimentation « normale », quotidienne. Ce poids doit être stable au moins plusieurs mois pour être considéré comme le poids de forme.

Le mieux ici est de se peser une fois par semaine, pendant plusieurs semaines, et de faire une moyenne de ces chiffres. Vous aurez ainsi votre poids de forme (sous réserve que l’Indice de Masse Corporel soit correct, donc pas en surpoids ni en maigreur).

Ce poids est important car il devient votre réel poids idéal. C’est le poids idéal que votre corps admet comme normal. Il faut donc absolument le prendre en considération avant d’entamer une perte de poids par exemple avant l’été « juste pour perdre deux ou trois kilos ».

La course à la minceur

C’est là que tout devient inquiétant : la course à la minceur que nous impose la société est en totale opposition avec le poids de forme dont je vous ai parlé un peu plus haut dans cet article. Le poids idéal devient un poids idéalisé et fantasmé qui peut conduire a des excès concernant la gestion de son poids.

Il faut arriver a prendre du recul sur ce poids idéal pour être au maximum rationnel et ne pas vous lancer dans des conduites addictives. Pour prendre du recul, pas de miracle : il faut arrêter de chercher a vouloir atteindre un poids qui serait impossible a obtenir pour vous.

Poids idéal : astuces pour ne pas devenir un accro de la balance

Chercher a atteindre le poids idéal, vous l’avez compris, est une bêtise. Il existe des astuces pour ne pas tomber dans les pièges du poids idéal et apprendre (parce qu’il s’agit bien d’un apprentissage et même d’un mode de vie et de pensée) a vous contenter de votre poids de forme. Qu’il devienne votre et que vous puissiez l’intégrer comme votre poids normal.

  • D’abord, il faut arrêter de se comparer aux autres. Votre meilleur copine fait la même taille que vous, mais pèse deux kilos de moins ? ce n’est pas grave ! Vous n’êtes pas obligés de tenter désespérément de perdre ces deux kilos de plus qu’elle ! Il faut relativiser : chaque personne est uniquement et peut-être que votre corps a tout simplement besoin de ces deux kilos supplémentaires. Pas de stress donc, tout est sous contrôle.
  • Relativisez en calculant votre IMC (indice de masse corporel) : Pour se faire la formule est simple. Si le résultat est entre 18.5 et 25, et que vous arrivez a conserver votre poids facilement stable, alors votre poids est normal. c’est votre poids de forme.
  • Soyez concrets et réalistes : Votre IMC est bon ? vous vous sentez en forme ? alors ne bougez pas ! Vous avez votre poids de forme parfait ! Même si le petit bourrelet a droite vous embête, ne changez rien !

IMC = Poids (kg) / (Taille (m)²)

Ne liez pas vos émotions à votre poids idéal

Parce que ca sera probablement le conseil le plus important pour ne pas devenir un accro de la course au poids idéal, je vous le dit : ne liez pas vos émotions à votre poids idéal !

Ça ne vous apportera que du négatif.

En effet, jouer avec la balance, pour perdre du poids (ou manger a outrance, ça marche dans l’autre sens) est simplement bon a créer des troubles de comportement alimentaires qui peuvent être très sérieux.

Le poids, dans son ensemble, est quelque chose de sérieux. La majorité des personnes ne se soucies pas de leurs poids et ils ont bien raisons. Certaines personnes vont se rassurer grâce a leurs poids, ou s’empoisonner l’existence a cause de lui, également. Ne soyez donc pas dans la réaction excessive et ne jouez pas avec la balance à la moindre émotion.

Il faut apprendre a faire la part des choses. Votre poids, si il est normal, ne doit pas subir de variations quotidiennes en fonction de ce que vous ressentez. Vous n’arrivez pas a rentrer dans votre robe, alors que d’habitude vous achetez toujours le même taille ? posez vous la question du magasin ! Une erreur peut arriver. N’entamez pas un régime immédiatement pour perdre 2 kilos alors que cet objectif n’est pas atteignable.

Le poids idéal n’existe pas !

Vous l’avez compris et le titre de ce paragraphe résume bien assez l’article, le poids idéal n’existe pas ! Nous ne pouvons pas dire que tel poids convient parfaitement a une personne qui fait telle taille ! Ne rentrez pas dans ce jeu des comparaisons avec vos amis, votre famille ou autre.

De la même manière, vous pouvez prendre du poids du poids sur la balance quotidiennement grâce à certains tours du corps : rétention d’eau, variation hormonale, stress, par exemple.

Votre poids de forme doit être votre unique objectif. Le poids idéal doit être relégué au second plan. Il vous faut arriver a être raisonnable au maximum pour tendre vers un poids de forme stable et cohérent et ne pas chercher, JAMAIS chercher a atteindre un poids idéal qu’il sera impossible d’approcher.

Enfin, n’oubliez pas que c’est votre cerveau qui contrôle votre poids et non vous. En cas de situation extrêmes (maigreurs, surpoids ou obésité) vous avez une marge de manœuvre pour perdre ou gagner des kilos. En revanche, si votre poids a atteint son rythme de croisière « forme », alors vous n’avez pas de marge de manœuvre, a moins de vous lancer dans une quête vers un poids que vous ne pourrez atteindre qu’au prix d’énormes sacrifices… qui ne seront pas sans conséquences sur votre santé.

Les régimes sont néfastes pour votre santé !

Les régimes sont néfastes pour votre santé !

Les régimes sont mauvais pour la santé, c’est maintenant quelque chose de prouvé et d’expliqué a tords et à travers par les professionnels de santé et autres médias internet. Je tiens quand même a en faire un article pour vous convaincre d’opter pour le rééquilibrage alimentaire plutôt que pour un régime clef en mains, trouvé sur la toile ou sur un magazine féminin.

Il faut comprendre que les régimes peuvent être extrêmement néfastes pour la santé et que, peut importe celui que vous choisirez, vous serez au final perdants. Que ce soit financièrement (oui, parce que certains peuvent coûter très chers) ou d’un point de vue de la santé, en effet, vous aurez tout a perdre… sauf du poids !

Le principe même de www.rééquilibrage-alimentaire.fr est de vanter au maximum le rééquilibrage alimentaire en lui-même, et non les régimes standards. Je vous explique tout dans cet article.

Le régime peut vous coûter cher

L’argent est le nerf de la guerre, c’est bien connu ! Et les régimes sont des mannes financières pour les entrepreneurs peu scrupuleux qui profitent grassement de votre envie de maigrir pour se faire de l’argent sur votre dos. C’est sans doutes un des problèmes les plus importants lorsque l’on commence un régime : l’abonnement ! Que vous alliez sur un site internet, une application, dans une boutique spécialisée, vous serez obligé de vous abonner pendant 1 a 2 ans, avec un paiement mensuel pour faire passer la pilule. Et le prix peut souvent être très élevé.

Des sociétés actuellement misent aussi sur le rééquilibrage alimentaire pour vendre des produits culinaires clefs en main. Evidemment, vous avez bien compris qu’à part perdre votre argent…

Evidemment, tout ceci n’est pas adapté a une perte de poids sur le long terme ! D’abord parce que l’impact financier est fort, que vous allez vous forcer quelque temps a suivre leurs programmes pour tout abandonner tant la charge psychologique de ce type de régimes est important. Mais vous aurez perdu votre argent.

Je différencie quand même deux types de vendeurs de régimes. Faites attentions, ils sont a mettre dans le même panier, bien que leurs méthodes ne soient pas sensiblement les même :

Les vendeurs de régime clefs en main

Il y a dans cette catégorie tous sites internet / applications smartphone qui vont vous vendre des régimes clefs en main. Sur la base d’un questionnaire rapide, ils vont établir vos besoin alimentaires précis (disent-ils) et vous proposer des menus (soit-disant) adaptés à vos besoins.

Les coûts sont généralement bas, votre perte d’argent ne sera pas excessive. C’est la solution la moins pire, je vais dire, concernant les régimes.

Les principaux problèmes :

  • Les menus sont souvent complexes et peu adaptés à ce que vous pouvez avoir dans votre cuisine
  • La place à la liberté est faible : hormis les produits autorisés ou non autorisés vous n’avez pas le choix
  • Le plaisir, chose importante dans les régimes, n’est pas pris en compte ici : vous mangez que ce dont vous avez besoin et non ce dont vous avez envie
  • Le temps très long de la mise en oeuvre de ces régimes : le coût est bas, mais rapporté au nombre de mois ou d’années nécessaire…

Les vendeurs de repas clefs en main

Je pense aux systèmes où vous recevez vos repas tous prêts, juste a passer au micro-onde pour un régime clef en main. Même plus besoin de faire les courses. L’offre est alléchante, le prix beaucoup moins, mais attention, au délà de l’aspect financier, c’est bien ici l’aspect nutritionnel qui est visé. Des repas bien trop faibles d’un point de vue nutritionnel, et surtout des plats hyper-transformés : tout l’inverse de ce que nous recherchons dans le rééquilibrage alimentaire. Le régime devient donc ici un réel problème puisque vous ne pouvez pas transformer votre alimentation dans son fond et dans sa forme, de manière personnelle.

Les principaux problèmes ici :

  • Un coût assez énorme
  • Des repas industriels, sur-transformés
  • Un manque d’éducation alimentation : une fois le programme fini vous serez incapable de vous préparer seul un plat équilibré
  • Des apports nutritifs bien en deçà de ce que nous cherchons pour une perte de poids régulière mais pas trop importante rapidement.

Le régime peut détruire votre santé

Parce que perdre du poids grâce a régime a aussi un coût pour la santé. Et ce coût n’est pas négligeable lorsque l’on pense que la santé, finalement, ca ne tiens pas a grand chose. L’objectif d’une perte de poids est avant de tout de retrouver la forme, pas de se trouvé affaiblie, fatigué, sans forces et le moral dans les chaussettes.

Les régimes faisant perdre trop de poids, trop rapidement

C’est le principe même des gros régimes hypocaloriques. Vous mangez peu, des aliments sains, voir trop sains, et vous perdez rapidement un nombre de kilos incalculables si vous avez de la discipline et que vous tenez votre régime plusieurs semaines consécutives.

La perte de poids grâce à ce type de régime sera forcément astronomique : vous allez vous affamer. Vous n’aurez plus d’énergie, vous serez fatigués, voir même plus grave, vous pouvez avoir des vertiges, des baisses de tensions, bref, que du négatif. Le risque de développement de troubles alimentaires est aussi ici important.

En bref, ce type de de régime est dangereux.

Les régimes visant une exclusion de groupes alimentaires

Ces régimes sont également n’importe quoi : appelez les comme vous voulez : mono diet, régimes hyper protéinés, pauvres en glucides, riches en fibre, etc… ils sont tous a mettre dans le même panier, et donc pour le coup a bannir totalement de votre plan pour perdre du poids.

Ce type de régime ne fonctionne pas. La perte de poids sera ici très importante, mais tellement éloignée du concept d’éducation alimentaire que l’on souhaite obtenir grâce au rééquilibrage alimentaire.

Ces régimes peuvent également créer des carences, des troubles importants pour la santé. Certains peuvent même être mortels si mal maîtrisés. Ne vous amusez pas a jouer avec ça. Ces régimes sont fait pour être utilisés sur une courte durée (quelques jours, et encore). Ce sont des professionnels qui les utilisent en général, dans le cadre de compétitions sportives en approche. Dans notre cas, ces régimes ne nous concernent pas.

Stop aux régimes, oui au rééquilibrage alimentaire

Parce que le meilleur des régimes n’existe pas, le meilleur moyen pour perdre du poids tranquillement, sur le long terme, et sans mettre sa santé en danger c’est évidemment le rééquilibrage alimentaire.

Ce rééquilibrage alimentaire, qui même si il peut vous permettre de perdre du poids n’est pas un régime (je tiens à ce terme), va vous faire bénéficier d’une éducation alimentaire qui vous aidera a garder les grands principes de la nutrition pour le restant de vos jours.

Nous parlons ici de long terme, voir de très long terme… stop donc aux régimes qui vous promettent de perdre 2 kilos avant l’été ou 5 kilos après les fêtes de fin d’année… avec un équilibre alimentaire dans les règles de l’art, ces questions ne se poseront plus.

Et surtout, votre poids restera stable en toute sécurité, sans frustrations et sans conséquences néfastes pour la santé.

Thème : Overlay par Kaira. Soyez heureux, ça change la vie !