5
(2)

Vous êtes sur la première partie du guide BYPASS : Pour vous rendre sur la seconde partie directement : Seconde partie du guide BYPASS

Dans cette première interview, je décide de revenir sur la chirurgie de l’obésité et notamment sur le bypass. Beaucoup de personnes se posent des questions sur ce type de méthodes pour perdre du poids. Le bypass est devenu la méthode chirurgicale incontournable pour perdre du poids lorsque aucune autre solution n’existe. Et évidemment, un bypass, ce n’est pas incompatible avec un rééquilibrage alimentaire. C’est même complémentaire. Puisque évidemment, le bypass ne peut pas fonctionner si l’équilibrage alimentaire n’est pas au point en période post-opératoire.

Ce rééquilibrage alimentaire doit intervenir en amont du bypass afin d’être opérationnel dès la sortie de l’hospitalisation. Il est important de respecter l’équilibre alimentaire après, afin de pouvoir conserver les bénéfices du bypass sur le long terme.

Et puis bien sûr, retrouver une hygiène alimentaire saine permet de ne pas retomber dans ses anciens travers. L’éducation alimentaire a alors pleinement sa place dans un programme bypass avec un rééquilibrage alimentaire qui doit permettre aux personnes concernées de prendre et surtout de garder des bonnes habitudes alimentaires, à vie. Ces habitudes qui souvent on été perdues avant et ont donc conduit a une prise massive de poids.

Qu’est ce que le BYPASS gastrique ?

Le BYPASS gastrique est une chirurgie de restriction qui consiste en la réduction du volume de l’estomac. Elle consiste également en la mise en place d’une dérivation afin que les aliments aillent plus loin.

Cette dérivation et le volume de l’estomac restreint vont permettre de créer artificiellement une mauvaise absorption des nutriments et par le fait, engendrer une importante et rapide perte de poids.

Il s’agit d’une chirurgie majeure. Le bypass est une technique lourde et importante, qui dure au minimum 4 à 5 heures et qui n’est pas sans conséquences sur l’organisme. L’hospitalisation dure environ une semaine et engendre des suites post-opératoires importantes, avec des soins infirmiers de pansements quotidiens et des risques de complications hémorragiques non négligeables.

Evidemment, en plus de la mauvaise absorption des nutriments engendré par la dérivation, le volume de l’estomac étant grandement réduit, la quantité d’aliments prise lors des repas est fortement réduite. Il y a donc des risques de devoir se supplémenter et d’adapter fortement son alimentation après le bypass pour ne pas créer de déséquilibres.

La santé peut s’en trouver affectée, même si à l’heure actuelle les suites de cette opération sont extrêmement bien maîtrisées, avec une prise en charge complète avant et après l’opération, et un suivi strict et rigoureux.

Expérience du BYPASS gastrique, par Priscilla, en interview

Parce que j’ai souhaité que cet article soit le plus proche de la réalité possible, Priscilla nous fait part de son expérience à travers le jeu de l’interview, où elle nous donne son parcours et son ressentie sur cette expérience. Je la remercie encore énormément pour le temps qu’elle a consacré a raconter son histoire et a faire ce travail de réflexion sur son histoire.





L'interview : Priscilla nous dit tout sur SON expérience du BYPASS !

Quelle était ton mode de consommation alimentaire et ta vie sportive avant ton bypass ?

Avant l’opération je n’arrivais même plus à marcher 500 mètres sans pleurer tellement j’avais mal au dos, donc je dirais vie sportive nulle. Alimentairement je souffre de binge eating, compulsion alimentaire, je l’ai toujours d’ailleurs, donc j’avais une alimentation que je tentais d’équilibrer, mes repas étaient assez complet, mon problème est que mes grignotages étaient plus copieux que mes repas et complètement anarchiques. Je partais d’une sensation de faim, je me disais hop un petit gâteau et résultat le paquet y passait voir un deuxième paquet même.

Quelles ont été les étapes pour arriver jusqu’au bypass ?

Mon opération, déjà au départ je n’en voulais pas, je me pensais assez forte pour y arriver « sans artifices », jusqu’à ce que je comprenne que l’opération n’était pas une alternative aux régimes, mais juste un coup de pouce. J’ai donc discuté avec le médecin qui me suivait déjà pour mon obésité et qui me l’avait proposé plusieurs fois. Elle m’a d’abord envoyée dans un centre de réadaptation, j’ai repris le sport, j’ai réappris à manger correctement. Le problème c’est que j’ai était dans un centre avec hébergement complet. J’étais donc dans une bulle, je t’explique pas le coup de massue en rentrant à la maison 3 semaines plus tard, je suis presque partie en dépression. C’est là que je me suis vraiment décidée et j’ai dit oui, j’ai besoin de ce coup de pouce. A partir de là tout est allé très vite, j’ai pris ma décision courant septembre 2015. J’ai commencé le parcours très rapidement, je ne sais même plus exactement toutes les étapes mais j’ai dû voir un cardiologue, un dentiste, un psychiatre, faire une gastro scopie, et enfin voir le chirurgien. A aucun moment on ne m’a demandé de perdre du poids avant l’opération. Dans mon souvenir, en février ou mars 2016, j’ai eu l’accord pour me faire opérer le 6 juillet 2016.

Le cardiologue c’est je pense pour voir si ton cœur supportera l’anesthésie. Le dentiste pour voir si tu auras assez de mâche, car il faut bien mâcher après l’opération sinon ouille ouille. Le gastro pour vérifier si tu n’as pas un microbe particulier dans l’estomac je ne sais plus son nom, qui pourrait compliquer l’opération. Le psychiatre pour vérifier si tu es psychologiquement prêt à accepter le changement de vie, alimentaire, sociale, physique, ….et surtout vérifier le soutien moral que tu auras car c’est très important

Quelles ont été les suites directes du bypass ?

Je suis donc rentrée à l’hôpital le 5 juillet, opérée le 6 en fin de matinée, je suis sortie de salle de réveil vers 17/18h. J’avais chaud lol. J’étais encore dans les vapes je n’arrivais même pas à écrire à mes proches pour dire que tout allait bien.

Alors je suis restée à l’hôpital 3 jours après l’opération, j’avais quelques douleurs supportables je n’utilisais pas la morphine donc il m’ont retiré la pompe. C’était surtout les gaz de la celio qui me faisaient mal selon la position que je prenais. Par contre ce qui s’est passé c’est que j’ai de suite commencé à perdre de la graisse et comme les hormones sont emprisonnées dans les graisses j’ai eu un relâchement d’hormones spectaculaire, conséquence j’ai eu mes règles avant même de sortir de l’hôpital, alors que je ne les avais plus eu depuis plusieurs mois, dérèglement hormonal dû à l’obésité. C’est ce qui m’a fait le plus souffrir. En sortant on m’a prescrit des Doliprane et du tramadol. Je n’ai jamais prit le tramadol et honnêtement je prenais les Doliprane pour les maux de ventre liés aux règles et pas l’opération.

L’alimentation et la forme physique, en sortie du bypass, c’était comment ?

Pour la nourriture le lendemain de l’opération on m’a de suite proposé des biscottes au petit déj que je devais bien laissé fondre en buvant mon thé. Le midi j’ai eu une purée avec du poulet mixé dedans donc rien de liquide. Ce qui m’a permis d’évoluer bien plus rapidement que ceux à qui on impose de manger liquide pendant plusieurs jours voir un mois après l’opération.

Au bout de quelques jours j’arrivais à manger des salades. Toujours bien mâcher et c’était cool. Les yaourts me faisaient mal au ventre au début je ne les supportais pas, mais sinon j’arrivais à manger à peu près tout. J’étais très épuisée pendant 2/3 semaines et ensuite un regain d’énergie. Je marchais énormément ne pouvant pas faire activité physique autre mais c’était suffisant. Je me souviens que le jour où je suis rentrée de l’hôpital je suis sortie pour chercher mes médicaments. J’habitais au premier étage avec un rez de chaussée surélevé. Donc on va dire un étage et demi à monter. La pharmacie à même pas 100 mètres de chez moi. Quand je suis rentrée j’avais l’impression d’avoir fait un marathon.

Pour l’alimentation je gerai plutôt bien. Avant d’aller à l’hôpital j’avais prévu le coup j’avais acheté pas mal de purées surgelées en galets, et des produits qui se cuisinent vite. J’étais seule avec mon fils donc je ne pouvais pas compter sur quelqu’un pour m’aider niveau ménage et cuisine. J’ai un peu délaissé le ménage quelques jours ma santé passait avant.

Je me suis remise assez vite finalement. Je me suis rendue compte des quantités, que mettre 100g de salade dans mon assiette c’était facile, 100g de pâtes je finissais pas l’assiette.

Quelle est la place du rééquilibrage alimentaire dans ta vie à l’heure actuelle ?

Aujourd’hui j’ai appris à équilibrer les repas. Jamais un repas sans légumes. Si il n’y en a pas dans le plat principal il y a une soupe ou des crudités en entrée. Je limite les protéines animales sans les supprimer. Niveau sportif je n’ai pas vraiment le temps de faire grand chose du coup je m’assure de marcher mes 10000 pas par jour sauf le weekend ou souvent je ne sors pas énormément car je cuisine le dimanche et le samedi ça va encore comme je vais au marché qui est à 30 minutes à pieds, et parfois on se ballade donc je fais du petits matériels etc quand je marche pas mes 10000 pas.

Et je prépare des repas simple basique la plupart du temps l’équilibre se fait dans la quantité que j’en mange et l’accompagnement et dessert.

Exemple le Mac and cheese. Pas très équilibré en sois mais j’ai pris une grosse assiette de salade verte et carottes râpées avant, donc estomac déjà bien rempli je mange moins après. Je ne me casse absolument pas la tête je fais tout ce qui me plaît a manger. Pizza, quiche, plats en sauce, et y a des repas light qui me plaisent aussi, j’equilibre dans l’autre sens dans ce cas, si c’est trop léger ça tient pas au ventre donc je rajoute du pain ou du fromage ou autre chose selon le plat tout simplement. Si j’ai du fromage dans le plat je ne prend pas de yaourt au dessert. Si j’ai mangé du fromage a midi je n’en mange pas le soir. Etc j’essaie d’équilibrer un maximum

Je prévois mes repas à la semaine en me basant sur les protéines que j’y mets. Il y aura donc un repas a base de viande ( boeuf, agneau, ou porc), un repas à base de volaille, lapin, veau …, Un repas a base d’oeuf, un repas à base de charcuterie ou saucisse etc…, Un repas à base de fromage, et un à base de poisson. Ça fait 5 repas que je prépare en grandes quantités pour avoir des restes le lendemain midi. Et je laisse un repas joker pour quand je vais au marché le samedi j’achète un truc ou on mange dehors ou autres….

Finalement, tu en es où de ton poids, aujourd’hui ?

Alors j’ai perdu 60kg au départ avec la grossesse et l’allaitement on va dire mon poids le plus bas au bout de 1 an environ puis j’ai repris 20 kilos en quelques mois. Là avec le rééquilibrage alimentaire j’en ai reperdu 13 pour le moment.

Quel est ton ressenti général sur ce bypass et tout ce qui en a découlé ?

Alors j’étais très flippé par rapport à l’opération étant maman solo j’avais peur de ne pas me réveiller. Après comme tout s’est bien passé et que j’ai très bien supporté je n’ai absolument pas regretté. Le seul moment un peu tendu était au bout de quelques semaines post opération. Le poids n’a plus bougé pendant de longues semaines, enfin c’était mon ressenti est ce que ça a vraiment duré aussi longtemps je ne sais plus. Je me disais tout ça pour ça. Mais après ça s’est remis en marche. En 6 mois j’avais déjà perdu 47 kilos puis je suis tombée enceinte.

J’ai continué à perdre puis le poids est lentement remonté logiquement et au final je suis arrivée en fin de grossesse avec 2 kilos de moins qu’au début

Après je suis restée assez stable avant de recommencer à  » manger mes émotions ». Mon humeur à évoluée de manière positive, je le sentais capable de beaucoup de choses. Endorphines à bloc à mon avis. Mes proches m’ont soutenues à leur façon. Disons que je préférais ne pas trop leur en parler. Car ils ne comprenaient pas vraiment ma façon de manger, évidemment vu que pour eux je n’avais plus le droit à grand chose et en fait je mangeais absolument tout ce que je voulais juste en quantités différentes

Donc leurs commentaires me prenaient un peu le chou et leurs idées arrêtées aussi. Je me sentais en harmonie avec moi même c’est tout ce qui comptait

Si c’était a refaire ?

Voilà, donc je ne changerai pas mon parcours. Je dirais juste aux femmes qui tombent enceinte après l’opération de faire attention car moi je me suis laissée avoir et je suis un peu retombées dans mes travers j’ai du me reprendre en main

Vous avez aimé cet article ?

Evaluez le !

Note moyenne 5 / 5. Nombre de votes 2

Personne n'a encore voté pour cet article

Un commentaire sur « Guide BYPASS – Chirurgie de l’obésité 1/2 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Thème : Overlay par Kaira. Soyez heureux, ça change la vie !