Guide BYPASS – Chirurgie de l’obésité 1/2

Guide BYPASS – Chirurgie de l’obésité 1/2

Vous êtes sur la première partie du guide BYPASS : Pour vous rendre sur la seconde partie directement : Seconde partie du guide BYPASS

Dans cette première interview, je décide de revenir sur la chirurgie de l’obésité et notamment sur le bypass. Beaucoup de personnes se posent des questions sur ce type de méthodes pour perdre du poids. Le bypass est devenu la méthode chirurgicale incontournable pour perdre du poids lorsque aucune autre solution n’existe. Et évidemment, un bypass, ce n’est pas incompatible avec un rééquilibrage alimentaire. C’est même complémentaire. Puisque évidemment, le bypass ne peut pas fonctionner si l’équilibrage alimentaire n’est pas au point en période post-opératoire.

Ce rééquilibrage alimentaire doit intervenir en amont du bypass afin d’être opérationnel dès la sortie de l’hospitalisation. Il est important de respecter l’équilibre alimentaire après, afin de pouvoir conserver les bénéfices du bypass sur le long terme.

Et puis bien sûr, retrouver une hygiène alimentaire saine permet de ne pas retomber dans ses anciens travers. L’éducation alimentaire a alors pleinement sa place dans un programme bypass avec un rééquilibrage alimentaire qui doit permettre aux personnes concernées de prendre et surtout de garder des bonnes habitudes alimentaires, à vie. Ces habitudes qui souvent on été perdues avant et ont donc conduit a une prise massive de poids.

Qu’est ce que le BYPASS gastrique ?

Le BYPASS gastrique est une chirurgie de restriction qui consiste en la réduction du volume de l’estomac. Elle consiste également en la mise en place d’une dérivation afin que les aliments aillent plus loin.

Cette dérivation et le volume de l’estomac restreint vont permettre de créer artificiellement une mauvaise absorption des nutriments et par le fait, engendrer une importante et rapide perte de poids.

Il s’agit d’une chirurgie majeure. Le bypass est une technique lourde et importante, qui dure au minimum 4 à 5 heures et qui n’est pas sans conséquences sur l’organisme. L’hospitalisation dure environ une semaine et engendre des suites post-opératoires importantes, avec des soins infirmiers de pansements quotidiens et des risques de complications hémorragiques non négligeables.

Evidemment, en plus de la mauvaise absorption des nutriments engendré par la dérivation, le volume de l’estomac étant grandement réduit, la quantité d’aliments prise lors des repas est fortement réduite. Il y a donc des risques de devoir se supplémenter et d’adapter fortement son alimentation après le bypass pour ne pas créer de déséquilibres.

La santé peut s’en trouver affectée, même si à l’heure actuelle les suites de cette opération sont extrêmement bien maîtrisées, avec une prise en charge complète avant et après l’opération, et un suivi strict et rigoureux.

Expérience du BYPASS gastrique, par Priscilla, en interview

Parce que j’ai souhaité que cet article soit le plus proche de la réalité possible, Priscilla nous fait part de son expérience à travers le jeu de l’interview, où elle nous donne son parcours et son ressentie sur cette expérience. Je la remercie encore énormément pour le temps qu’elle a consacré a raconter son histoire et a faire ce travail de réflexion sur son histoire.





L'interview : Priscilla nous dit tout sur SON expérience du BYPASS !

Quelle était ton mode de consommation alimentaire et ta vie sportive avant ton bypass ?

Avant l’opération je n’arrivais même plus à marcher 500 mètres sans pleurer tellement j’avais mal au dos, donc je dirais vie sportive nulle. Alimentairement je souffre de binge eating, compulsion alimentaire, je l’ai toujours d’ailleurs, donc j’avais une alimentation que je tentais d’équilibrer, mes repas étaient assez complet, mon problème est que mes grignotages étaient plus copieux que mes repas et complètement anarchiques. Je partais d’une sensation de faim, je me disais hop un petit gâteau et résultat le paquet y passait voir un deuxième paquet même.

Quelles ont été les étapes pour arriver jusqu’au bypass ?

Mon opération, déjà au départ je n’en voulais pas, je me pensais assez forte pour y arriver « sans artifices », jusqu’à ce que je comprenne que l’opération n’était pas une alternative aux régimes, mais juste un coup de pouce. J’ai donc discuté avec le médecin qui me suivait déjà pour mon obésité et qui me l’avait proposé plusieurs fois. Elle m’a d’abord envoyée dans un centre de réadaptation, j’ai repris le sport, j’ai réappris à manger correctement. Le problème c’est que j’ai était dans un centre avec hébergement complet. J’étais donc dans une bulle, je t’explique pas le coup de massue en rentrant à la maison 3 semaines plus tard, je suis presque partie en dépression. C’est là que je me suis vraiment décidée et j’ai dit oui, j’ai besoin de ce coup de pouce. A partir de là tout est allé très vite, j’ai pris ma décision courant septembre 2015. J’ai commencé le parcours très rapidement, je ne sais même plus exactement toutes les étapes mais j’ai dû voir un cardiologue, un dentiste, un psychiatre, faire une gastro scopie, et enfin voir le chirurgien. A aucun moment on ne m’a demandé de perdre du poids avant l’opération. Dans mon souvenir, en février ou mars 2016, j’ai eu l’accord pour me faire opérer le 6 juillet 2016.

Le cardiologue c’est je pense pour voir si ton cœur supportera l’anesthésie. Le dentiste pour voir si tu auras assez de mâche, car il faut bien mâcher après l’opération sinon ouille ouille. Le gastro pour vérifier si tu n’as pas un microbe particulier dans l’estomac je ne sais plus son nom, qui pourrait compliquer l’opération. Le psychiatre pour vérifier si tu es psychologiquement prêt à accepter le changement de vie, alimentaire, sociale, physique, ….et surtout vérifier le soutien moral que tu auras car c’est très important

Quelles ont été les suites directes du bypass ?

Je suis donc rentrée à l’hôpital le 5 juillet, opérée le 6 en fin de matinée, je suis sortie de salle de réveil vers 17/18h. J’avais chaud lol. J’étais encore dans les vapes je n’arrivais même pas à écrire à mes proches pour dire que tout allait bien.

Alors je suis restée à l’hôpital 3 jours après l’opération, j’avais quelques douleurs supportables je n’utilisais pas la morphine donc il m’ont retiré la pompe. C’était surtout les gaz de la celio qui me faisaient mal selon la position que je prenais. Par contre ce qui s’est passé c’est que j’ai de suite commencé à perdre de la graisse et comme les hormones sont emprisonnées dans les graisses j’ai eu un relâchement d’hormones spectaculaire, conséquence j’ai eu mes règles avant même de sortir de l’hôpital, alors que je ne les avais plus eu depuis plusieurs mois, dérèglement hormonal dû à l’obésité. C’est ce qui m’a fait le plus souffrir. En sortant on m’a prescrit des Doliprane et du tramadol. Je n’ai jamais prit le tramadol et honnêtement je prenais les Doliprane pour les maux de ventre liés aux règles et pas l’opération.

L’alimentation et la forme physique, en sortie du bypass, c’était comment ?

Pour la nourriture le lendemain de l’opération on m’a de suite proposé des biscottes au petit déj que je devais bien laissé fondre en buvant mon thé. Le midi j’ai eu une purée avec du poulet mixé dedans donc rien de liquide. Ce qui m’a permis d’évoluer bien plus rapidement que ceux à qui on impose de manger liquide pendant plusieurs jours voir un mois après l’opération.

Au bout de quelques jours j’arrivais à manger des salades. Toujours bien mâcher et c’était cool. Les yaourts me faisaient mal au ventre au début je ne les supportais pas, mais sinon j’arrivais à manger à peu près tout. J’étais très épuisée pendant 2/3 semaines et ensuite un regain d’énergie. Je marchais énormément ne pouvant pas faire activité physique autre mais c’était suffisant. Je me souviens que le jour où je suis rentrée de l’hôpital je suis sortie pour chercher mes médicaments. J’habitais au premier étage avec un rez de chaussée surélevé. Donc on va dire un étage et demi à monter. La pharmacie à même pas 100 mètres de chez moi. Quand je suis rentrée j’avais l’impression d’avoir fait un marathon.

Pour l’alimentation je gerai plutôt bien. Avant d’aller à l’hôpital j’avais prévu le coup j’avais acheté pas mal de purées surgelées en galets, et des produits qui se cuisinent vite. J’étais seule avec mon fils donc je ne pouvais pas compter sur quelqu’un pour m’aider niveau ménage et cuisine. J’ai un peu délaissé le ménage quelques jours ma santé passait avant.

Je me suis remise assez vite finalement. Je me suis rendue compte des quantités, que mettre 100g de salade dans mon assiette c’était facile, 100g de pâtes je finissais pas l’assiette.

Quelle est la place du rééquilibrage alimentaire dans ta vie à l’heure actuelle ?

Aujourd’hui j’ai appris à équilibrer les repas. Jamais un repas sans légumes. Si il n’y en a pas dans le plat principal il y a une soupe ou des crudités en entrée. Je limite les protéines animales sans les supprimer. Niveau sportif je n’ai pas vraiment le temps de faire grand chose du coup je m’assure de marcher mes 10000 pas par jour sauf le weekend ou souvent je ne sors pas énormément car je cuisine le dimanche et le samedi ça va encore comme je vais au marché qui est à 30 minutes à pieds, et parfois on se ballade donc je fais du petits matériels etc quand je marche pas mes 10000 pas.

Et je prépare des repas simple basique la plupart du temps l’équilibre se fait dans la quantité que j’en mange et l’accompagnement et dessert.

Exemple le Mac and cheese. Pas très équilibré en sois mais j’ai pris une grosse assiette de salade verte et carottes râpées avant, donc estomac déjà bien rempli je mange moins après. Je ne me casse absolument pas la tête je fais tout ce qui me plaît a manger. Pizza, quiche, plats en sauce, et y a des repas light qui me plaisent aussi, j’equilibre dans l’autre sens dans ce cas, si c’est trop léger ça tient pas au ventre donc je rajoute du pain ou du fromage ou autre chose selon le plat tout simplement. Si j’ai du fromage dans le plat je ne prend pas de yaourt au dessert. Si j’ai mangé du fromage a midi je n’en mange pas le soir. Etc j’essaie d’équilibrer un maximum

Je prévois mes repas à la semaine en me basant sur les protéines que j’y mets. Il y aura donc un repas a base de viande ( boeuf, agneau, ou porc), un repas à base de volaille, lapin, veau …, Un repas a base d’oeuf, un repas à base de charcuterie ou saucisse etc…, Un repas à base de fromage, et un à base de poisson. Ça fait 5 repas que je prépare en grandes quantités pour avoir des restes le lendemain midi. Et je laisse un repas joker pour quand je vais au marché le samedi j’achète un truc ou on mange dehors ou autres….

Finalement, tu en es où de ton poids, aujourd’hui ?

Alors j’ai perdu 60kg au départ avec la grossesse et l’allaitement on va dire mon poids le plus bas au bout de 1 an environ puis j’ai repris 20 kilos en quelques mois. Là avec le rééquilibrage alimentaire j’en ai reperdu 13 pour le moment.

Quel est ton ressenti général sur ce bypass et tout ce qui en a découlé ?

Alors j’étais très flippé par rapport à l’opération étant maman solo j’avais peur de ne pas me réveiller. Après comme tout s’est bien passé et que j’ai très bien supporté je n’ai absolument pas regretté. Le seul moment un peu tendu était au bout de quelques semaines post opération. Le poids n’a plus bougé pendant de longues semaines, enfin c’était mon ressenti est ce que ça a vraiment duré aussi longtemps je ne sais plus. Je me disais tout ça pour ça. Mais après ça s’est remis en marche. En 6 mois j’avais déjà perdu 47 kilos puis je suis tombée enceinte.

J’ai continué à perdre puis le poids est lentement remonté logiquement et au final je suis arrivée en fin de grossesse avec 2 kilos de moins qu’au début

Après je suis restée assez stable avant de recommencer à  » manger mes émotions ». Mon humeur à évoluée de manière positive, je le sentais capable de beaucoup de choses. Endorphines à bloc à mon avis. Mes proches m’ont soutenues à leur façon. Disons que je préférais ne pas trop leur en parler. Car ils ne comprenaient pas vraiment ma façon de manger, évidemment vu que pour eux je n’avais plus le droit à grand chose et en fait je mangeais absolument tout ce que je voulais juste en quantités différentes

Donc leurs commentaires me prenaient un peu le chou et leurs idées arrêtées aussi. Je me sentais en harmonie avec moi même c’est tout ce qui comptait

Si c’était a refaire ?

Voilà, donc je ne changerai pas mon parcours. Je dirais juste aux femmes qui tombent enceinte après l’opération de faire attention car moi je me suis laissée avoir et je suis un peu retombées dans mes travers j’ai du me reprendre en main

Guide BYPASS – chirurgie de l’obésité 2/2

Guide BYPASS – chirurgie de l’obésité 2/2

Vous êtes sur la seconde partie du guide BYPASS : se rendre sur la première partie du guide BYPASS (cliquez sur le lien)

Dans cette deuxième partie du dossier concernant le BYPASS (dans la première partie, que vous pourrez lire en cliquant sur ce lien, je vous avait fait part du témoignage de Priscilla, qui a subit l’opération et arrive a combiner le BYPASS et le rééquilibrage alimentaire), je vais traiter de la place du rééquilibrage alimentaire dans les suites d’un BYPASS.

Parce que évidemment les deux ne sont pas incompatibles, il faut bien comprendre que le BYPASS sera un coup de pouce pour créer l’élan qui permettra à l’équilibre alimentaire de prendre place dans votre vie. Et cette place à l’équilibre alimentaire est extrêmement importante afin de maintenir le plus possible les effets positifs du BYPASS sans avoir à souffrir des effets négatifs.

Je vous rappel que cette chirurgie de l’obésité est une opération lourde, et non sans conséquences que ce soit physique ou psychologique. Mettre toutes les conditions de son côté pour la bonne marche du processus et la pérennité de celui-ci me semble donc quelque chose d’extrêmement important.

BYPASS et équilibre alimentaire

Il est évident que cette chirurgie de l’obésité va changer votre vie. Et votre mode de consommation alimentaire complet va être totalement bouleversé.

Souvent, le BYPASS est le dernier recours pour les personnes qui ne parviennent pas a perdre du poids de manière classique. Les raisons sont nombreuses, qu’elles soient d’ordres physiques ou psychologiques. En revanche, quelque chose de commun existe entre ces personnes : un défaut dans l’équilibre alimentaire avec souvent des prises alimentaires qui ne sont pas adaptées au mode de vie.

Le rôle des professionnels de santé que vous allez rencontrer en amont de l’opération sera donc de pointer, entre autre, ce qui au niveau alimentaire ne fonctionne pas chez vous, et de vous donner les clefs pour corriger cet équilibre alimentaire afin d’accompagner les effets du BYPASS vers une consommation plus adaptée et naturelle de l’alimentation.

Les défauts dans l’équilibre alimentaire se trouvent souvent :

  • Une consommation alimentaire anarchique : des prises alimentaires incontrôlées, a toutes heures du jour, et parfois de la nuit
  • Une inadaptation alimentaire au mode de vie : Trop de féculents ou de graisses, pas assez de légumes / fruits, associés a un manque d’activité physique
  • Dans une consommation « psychologique » : c’est le cas des personnes qui « mangent leurs émotions » et qui vont donc consommer des aliments « doudous », qui pour eux sont rassurants à l’instant T mais qui la plupart du temps sont inadaptés et font grimper le total calorique de la journée en flèche.

Le BYPASS apparaît donc comme la solution quand l’équilibre alimentaire n’est plus maîtrisé et que les conséquences de l’obésité sont telles qu’un simple rééquilibrage alimentaire est difficilement envisageable ou sera compliqué a suivre sur le long terme.

Le BYPASS comme solution miracle à l’obésité ?

Malheureusement, le BYPASS n’est pas une solution miracle ! Il s’agit bien évidemment et UNIQUEMENT d’un coup de pouce afin d’aider a amorcer la perte de poids ! Le travail ne se fera pas tout seul. Et c’est là que le rééquilibrage alimentaire intervient.

Le BYPASS va permettre aux personnes d’amorcer le travail de perte de poids afin de créer cette fameuse dynamique perte de poids. Le plus difficile lorsque l’on souhaite perdre du poids, c’est souvent les premiers kilos. Les plus longs et les plus difficiles ce sont ceux-là. Il faut donc pouvoir mettre en place cette dynamique afin que psychologiquement, la personne comprenne que ça y est, la perte de poids débute et que l’alimentation doit suivre !

C’est d’ailleurs le rôle des rendez-vous pré-chirurgie. Ils vont permettre de conditionner le patient a cet état d’esprit. Pour que la personne comprenne bien que, au delà de l’aspect purement physique et physiologique de la chirurgie de l’obésité, il y a aussi l’état d’esprit complet a adopter pour que cette chirurgie soit efficace et révèle pleinement son rôle : celui d’aide au changement de mode de consommation alimentaire.

Je souhaite rééquilibrer mon alimentation

… donc à ce moment là uniquement j’ai accès au BYPASS. Et non l’inverse. La finalité de toute cette démarche c’est le rééquilibrage alimentaire. La perte de poids viendra également du rééquilibrage alimentaire. C’est vraiment ce qu’il faut comprendre.

La motivation pour rééquilibrer son alimentation doit être réelle lors de la mise en place du protocole de la chirurgie alimentaire, et n’est pas accessible aux personnes qui ne souhaitent pas changer. C’est l’état d’esprit complet et le mode de consommation alimentaire, et plus globalement son mode de vie qui doit changer. La motivation doit être entière.

Le rééquilibrage alimentaire a donc ici un rôle central. Il ne faut pas sous estimer la part du rééquilibrage alimentaire dans la chirurgie de l’obésité et ne pas se voiler la face en pensant qu’il s’agit d’une solution miracle pour perdre des tas de kilos.

Non, il n’est pas facile de perdre du poids grâce au BYPASS et non, le travail ne se fera tout seul. D’ailleurs, quel intérêt de vouloir perdre du poids, et de se faire aider dans ce sens, si le mode de consommation continue a être autant anarchique après que avant ?

Le BYPASS est avant tout un rééquilibrage alimentaire aidé

Pour conclure, comprenez bien grâce a cet article que la place du rééquilibrage alimentaire dans la chirurgie de l’obésité est centrale, et que tout ne se fait pas tout seul !

Bien que le mode de consommation alimentaire change de manière naturel après un BYPASS (c’est logique, quand physiquement les médecins interviennent sur les organes de digestion, tout change, et le poids baisse), la base de cette démarche et l’objectif final est le rééquilibrage alimentaire. Il faut bien avoir conscience de cette notion plus qu’importante au moment d’entamer les démarches en vue de cette chirurgie de l’obésité.

Le BYPASS est un sacré coup de pouce pour perdre du poids, mais aussi et surtout une chirurgie extrêmement lourde qui aura des conséquences énormes sur votre vie. Avec des risques chirurgicaux qui ne sont pas négligeables. La motivation au changement de mode d’alimentation doit être entière pour que le changement soit réel et surtout qu’il puisse s’inscrire dans la durée !

Pourquoi je ne perds pas de poids.

Pourquoi je ne perds pas de poids.

C’est une question intéressante. Que vous soyez en rééquilibrage alimentaire ou en régime plus strict, vous ne perdez pas de poids (ou plus de poids). Lorsque l’on ne perds pas de poids, ça a souvent une signification, il y a forcément une cause. Le corps est assez binaire finalement : si vous mangez moins que ce que vous avez besoin, vous perdez forcément du poids. En revanche, il peut exister des cas où, malgré tous nos efforts, nos bonnes résolutions, et parfois même un joli départ, on ne perds pas de poids.

Quand on ne perds pas de poids, il faut bien se dire qu’il y a des règles a respecter et qu’il suffit simplement d’analyser la situation pour se sortir de ce mauvais pas. Même si moralement tout peut sembler difficile : après une perte de poids qui se passe bien, plus rien ne se passe, par exemple, le moral peut vite descendre dans les chaussettes et créer l’inverse : reprendre quelques kilos. C’est là où, moralement, il faut être fort pour ne pas retomber dans ses anciennes mauvaises habitudes et se dire que finalement, malgré tous nos efforts, rien ne fonctionne, je ne perds pas de poids !

L’analyse doit se faire souvent sur plusieurs jours, voir même au moins une ou deux semaines pour pouvoir être sincère et cohérente. Dans cet article, je vous pose les règles pour aborder du mieux possible cette période où, je ne perds pas de poids.

Je ne perds pas de poids a cause des paliers

Je pense que c’est la raison principale, mais aussi la raison la plus cruelle puisque finalement vous ne pouvez pas faire grand chose contre cette force de la nature : vous êtes entrain de vivre un palier.

Jusqu’à maintenant votre perte de poids était linéaire, et puis d’un coup : plus rien ! On ne perds pas de poids ! Je crois que ça arrive a tout le monde en période de rééquilibrage alimentaire, au moins une fois. Le palier est à la fois un processus normal, mais aussi un signe que votre méthode ne fonctionne plus, pour le moment, et qu’il va falloir tricher un peu pour réactiver les mécanismes de la perte de poids.

Explications du palier lors d’un régime

Ce phénomène extrêmement frustrant se produit lorsque votre corps s’habitue a votre régime (oui oui, on parle bien de régime ici). Lors d’un régime hypocalorique, votre corps va s’habituer au fait que vous mangiez moins que d’habitude et va caler son mode de fonctionnement sur votre nouvelle méthode d’alimentation. Il aura besoin d’énergie pour fonctionne, notamment. Le déficit calorique qui fonctionnait donc jusqu’à maintenant ne fonctionnera plus.

Le nombre de calories que vous mangez deviendra donc votre nouveau nombre normal de calories a absorber pour être à l’équilibre, sans perte ni prise de poids.

Conséquences immédiates d’un palier : je ne perds pas de poids

Vous avez plusieurs solutions pour passer un palier, mais avant tout un faut savoir que ce phénomène est normal et qu’il interviendra certainement plusieurs fois au cours de votre régime, il va donc d’abord falloir s’y habituer et se faire une raison. C’est période n’est pas franchement simple a gérer, mais je vous l’assure : si vous êtes capable de passer vos paliers, vous serez capables d’arriver au bout de vos objectifs presque les doigts dans le nez !

La première conséquence est métabolique : on ne perds pas de poids ! Ce n’est juste pas plus compliqué que ça ! Votre corps a besoin de moins d’énergie pour fonctionner, il se positionne sur vos nouveaux apports, vous êtes à l’équilibre, tout roule votre poids ne bouge pas. Si vous repassez sur une alimentation classique à ce moment là vous risquez de reprendre du poids. Votre seul d’équilibre est donc votre alimentation de régime et non plus une alimentation normale. Frustrant non ?

Parce que oui c’est la deuxième conséquence et non des moindres : parce que je ne perds pas de poids alors que je suis au régime, mon moral s’en ressent, et psychologiquement plus rien ne va ! C’est le risque à ce moment là de se transformer en ogre en se disant que de toute façon, je suis au régime, mais ça ne marche pas parce que je ne perds pas de poids, alors stop, je reprend une alimentation classique, voir même excessive pour compenser.

Solutions pour passer un palier lorsqu’on ne perds pas de poids

Passer le palier est avant tout une affaire de mental : il faut tenir bon. Après avoir identifié que vous êtes dedans (pendant un palier on ne perds pas de poids, pas même 200 grammes), alors vous avez plusieurs solution :

  1. Soit vous maintenez votre alimentation actuelle et vous attendez quelques semaines que tout se remette en marche : un peu de sport supplémentaire vous aidera sans doutes a débloquer ce pallier puisque le sport fera augmenter votre métabolisme de base grâce aux muscles gagnés.
  2. Soit vous mettez en place le Cheat Meal : il vous aidera a passer les paliers (voir même a ne plus en avoir du tout à l’avenir) puisque votre corps pensera que vous n’êtes plus en restriction alimentaire, et à ce moment là il reprendra la perte de poids.

ATTENTION : la solution qui consisterait a réduire encore plus vos apports caloriques (parce qu’on ne perds pas de poids) est dangereuse et inefficace ! Les articles qui font la promotion de cette méthode ne devraient pas exister, vraiment je vous le dit : NE FAITES PAS CA !

Je ne perds pas de poids parce que je ne note pas mes repas dans un journal alimentaire

Parce que noter ses repas dans un journal alimentaire est une des bases du rééquilibrage alimentaire et devrait devenir, dès le début, une bonne habitude au même titre que l’alimentation saine, ne pas noter ses repas peut nous emmener dans cette situation où on ne perds pas de poids.

Finalement qui êtes vous pour juger votre alimentation, à l’œil, comme ça ? Vous n’avez pas des yeux d’experts sur votre alimentation (a moins d’être un professionnel de la diététique) et parfois les dérapages peuvent être fréquents.

Je ne parle pas ici des gros craquages, qui eux font comprendre clairement pourquoi on ne perds pas de poids, mais simplement des petits extra dans la journée, ceux qu’on pense qu’ils vont passer inaperçus et qui peuvent vite faire pencher la balance calorique à force de répétitions.

Voici les principales raisons du pourquoi on ne perds pas de poids lorsque l’on ne note pas nos repas dans un journal alimentaire :

Je mange trop de féculents

Attention, je ne dis pas qu’il faut bannir les féculents, loin de là, ils sont même indispensables au bon fonctionnement de votre organisme ! Et si je ne perds pas de poids, ce n’est pas a cause d’eux ! En revanche, une surconsommation, si elle n’est pas associée a du sport, peut créer un stockage des sucres en graisse.

Réduire donc sa portion de féculent (si on est pas sportifs) peut aider a perdre du poids et passer un palier qui viendrait vous embêter.

Mon régime est trop hypocalorique

En effet, contrairement aux croyances générales, le régime hypocalorique si il est trop important ne vous aidera pas a perdre du poids. Dans tous mes articles je me bat contre cette idée reçue du tout minceur actuel où il faudrait se nourrir de salade et de jus détox pour perdre du poids : c’est de la foutaise ! Pour perdre du poids le déficit calorique doit exister mais de manière raisonnée et raisonnable pour que votre corps puisse s’adapter a son nouveau mode de fonctionnement. Et ainsi assimiler votre déficit comme une règle normale et non comme une privation.

Manger trop peu de calories fera passer votre corps en mode : au secours j’ai faim ! On ne perds plus poids à ce moment là. Et c’est super frustrant lorsque l’on ne perds pas de poids alors que l’on mange uniquement de la salade non ? Dépression et crises de boulimie assurée si vous suivez cette méthode, alors c’est a bannir complètement !

Je m’autorise trop de petits plaisirs dans la journée

Le plaisir est quelque chose d’indispensable même lorsque l’on cherche a perdre du poids. En revanche, il faut savoir prendre ces plaisirs comme tels et non comme une habitude alimentaire normale.

Se faire plaisir lors d’un rééquilibrage alimentaire est tout a fait possible en cuisinant sainement des recettes qui nous font envies. Ce qui peut gêner la perte de poids en revanche, c’est tout ce que l’on va venir ajouter en dehors de nos repas et qui peuvent faire que l’on ne perds pas de poids.

Quelques exemples en vrac qui vont peut-être vous parler :

  • Vous avez l’habitude de manger quelques bonbons ou sucreries à votre pause, au travail, sans penser à l’augmentation du total calorique
  • Vous rajoutez du sucre dans vos yaourts à la fin du repas
  • Vous aimez grignoter « juste un morceau » le soir devant la télévision
  • Vous cumulez pain et féculents sur le même repas
  • Vous enrichissez vos plats de manière récurrentes (ajout de matière grasse, fromage râpé, sauces industrielles, etc)

Ce ne sont que des exemples parmi tant d’autres mais ils peuvent faire la différence suivant votre mode de vie (active ou sédentaire) et suivant vos repas de la journée.

Je ne perds pas de poids parce que je ne crois pas en moi

Soyez bienveillants avec vous même ! Affrontez l’échec comme une expérience, pas comme une erreur ou une faute !

La peur de l’echec peut en effet créer un palier. Vous êtes stressés, vous mangez un peu plus, vous en avez marre, vous laissez tout tomber vos bonnes résolutions. Cette période est difficile et nous tous, autant que nous sommes, somme passés par là. Cette période est plutôt difficile a gérer puisqu’elle va créer un sentiment de culpabilité que vous allez contrecarrer… en mangeant !

Pensez positif va vous aider a devenir quelqu’un de nouveau ! Puisque tout le monde est capable de réussir mais aussi parce que tout le monde est différent, il faut se sortir de la tête que ce qui marche pour les autres doit OBLIGATOIREMENT marcher pour vous. Chaque personne est unique, chaque personne a ses besoins, ses envies, mais aussi ses défauts et ses qualités.

Vous craquez pendant 2 jours ? ce n’est pas grave ! Ne vous pesez surtout pas et reprenez vos bonnes habitudes ! Des jours et des jours de rééquilibrage alimentaire ne seront pas gâchés par des écarts de quelques jours. Chaque échec, chaque erreur n’en est pas une ! Il s’agit uniquement d’une expérience supplémentaire qui vous servira a déjouer les prochaines pièges (si si je vous assure il y en aura d’autres).

Reprenez vos bonnes habitudes sans culpabilité, et avancez tranquillement et sereinement afin de pouvoir créer les bonnes conditions pour une pensée positive : soyez bienveillant envers vous-même !

Je ne perds pas de poids parce que je fais un vrai régime…

… et que je n’arrive pas à le tenir ! Parce que finalement cette partie de l’article va résumer tout le reste, l’objectif du rééquilibrage alimentaire est de ne pas créer un régime frustrant, basé sur le manque ! Vous devez pouvoir manger de tout pour palier à toutes les situations expliquées au dessus !

Le cheat meal n’en est plus un si vous vous accordez du plaisir alimentaire mais que vous arrivez a garder une alimentation saine et équilibrée le reste du temps. Pensez donc clairement dans votre tête que vous n’êtes pas au régime mais que vous tentez de changer votre mode de consommation actuel par quelque chose de plus sain et de plus adapté pour votre santé ! je vous assure que ca fera toute la différence.

Dans le cadre du rééquilibrage alimentaire, les extra n’en sont pas. Ils font partis de la vraie vie et n’auront pas d’incidence négative sur votre poids puisque le reste de votre alimentation est complètement équilibrée.

Et vous, comment gérez vous quand vous ne perdez plus de poids ?

10 astuces pour gérer les excès alimentaires

10 astuces pour gérer les excès alimentaires

Les excès alimentaires sont le nerfs de la guerre, surtout en cette période de fin d’année ! La période de Noël (et du jour de l’an) sont propices aux réunions de familles, aux retrouvailles avec les amis et les excès alimentaires deviennent une habitude alimentaire pendant quelques semaines. Les effets sur la balance sont en général immédiats : Quelques kilos en plus sur la balance à la fin des fêtes, pour commencer le mois de janvier, tout simplement a cause des excès alimentaires a répétition.

Il existe cependant des astuces pour gérer les excès alimentaires pendant ces périodes de fêtes de fin d’année, et l’addition, à l’approche du mois de janvier, sera beaucoup moins salée. Je vous explique, dans cet article, comment gérer ces excès alimentaires du mieux possible, tout en vous faisant plaisir mais en limitant les dégâts au maximum.

1 – Les excès alimentaires, dans VOTRE alimentation, c’est quoi ?

C’est la première astuce : comprendre ce qui, dans votre alimentation (pas celle du voisin ou de tata Gertrude) correspond à un excès alimentaire ! Parce que oui, cette notion est très vague et en fonction de pleins de critères nous avons une marge alimentaire plus ou moins large pour intégrer des repas plus importants au moment des fêtes.

Il s’agit également de comprendre notre tolérance à la quantité de nourriture, a sa teneur en sucre, sel et matière grasse. Comment notre corps réagit lors des excès alimentaires ?

Si vous êtes sédentaire, forcément votre seuil de tolérance sera plus faible, contrairement à quelqu’un qui va être actif, voir sportif, voir très sportif, qui lui pourra se permettre plus de fantaisies pendant les fêtes. Ou même pas forcément plus de fantaisies, mais tout simplement faire moins attention et avoir moins besoin de compenser.

Un conseil très simple pour évaluer votre tolérance aux excès : observez votre alimentation ! Si vous avez l’habitude d’avoir une alimentation plutôt bien fournie et régulièrement riche sans prendre de poids, alors vous pouvez aborder sereinement les fêtes de fin d’année ! Si vous votre alimentation a besoin d’être stricte pour être a l’équilibre ou pour perdre du poids, alors votre seuil de tolérance sera moindre et appliquer quelques conseils de cet article vous aidera a gérer vos excès alimentaires.

2 – Abordez sereinement cette période de changement alimentaire

La pensée positive sera une arme importante pour aborder le mieux possible cette période (article concernant la pensée positive ici). Les excès alimentaires sont gérables en grosse partie d’un point de vue psychologique en abordant cette période le plus sereinement possible ! Sortez vous de la tête que vous allez prendre 15 kilos pendant les fêtes… même si tous vos collègues, amis et proches se le répètent sans cesses à l’approche de ces périodes chargées.

Les gens s’auto-conditionnent a prendre du poids pendant les fêtes. Nous connaissons tous un tas de personnes de notre entourage qui passe leur temps, 1 mois avant Noël ou Pâques, a se répéter qu’il vont prendre plein de poids pendant ces périodes là.

Ignorez ce qu’ils disent, ou alors n’en faites pas cas pour vous. C’est négatif de penser comme ça et vous aller aborder cette période de fin d’année avec une pression dont vous n’avez pas besoin. Le stress qu’engendrera ces idées vont vous inviter a manger plus… alors laissez tomber, pensez positif, soufflez, et tout va bien se passer ! NON, vous n’allez pas prendre une brouette de kilos a cause de vos excès alimentaires ! Persuadez-vous en !

3 – Planifiez vos excès alimentaires à l’avance, si possible

C’est un conseil que j’aime également dispenser dans le cadre du Cheat Meal (article sur le cheat meal ici), mais il est valable dans notre cas présent, pour cette période de l’année !

Pour garder au maximum le contrôle sur son alimentation, il faut planifier les excès alimentaires… autant que faire se peut, évidemment. Ce n’est pas toujours simple lorsque la famille vient de loin, ou que vous êtes en vacances, de toujours tout anticiper. Mais pour ce qui est des gros repas de famille et des gros moments alimentaires, c’est faisable (notamment parce que noël et jour de l’an sont des dates connues à l’avance).

Planifier vos excès en cette période permettra de moins culpabiliser, puisque vous étiez au courant et que vous aviez anticipé, mais aussi de réguler votre alimentation sur les jours avant et les jours (et pourquoi pas planifier vos séances de sport ?)

4 – Respectez la règle du 80/20 pour vos excès alimentaires

Cette règle basique du 80/20 dans le rééquilibrage alimentaire est quelque chose d’assez sacré : c’est même la base de tout le travail que vous entrepris. Pour faire simple, sur une semaine complète (7 jours), vous devez avoir 80% de repas équilibrés et maîtrisés, et 20% d’excès alimentaires ou de perte de contrôle (pâtisserie, apéritif, etc).

En gros, sur 7 jours, ça représente 5 jours d’alimentation saine pour 2 jours d’alimentation excessive ou mal équilibrée. Cela s’applique pour la période des fêtes mais également pour tout le reste de l’année : le but ici va être de réduire au minimum les frustrations (voir même ne pas en avoir du tout), en sachant que ce système est très flexible. Si vous mangez une pâtisserie sur une journée équilibrée, ne comptez pas un jour de moins dans le droit a l’excès alimentaire, évidemment. Comptez seulement un repas, ou un demi-repas… ça vous laisse de la marge, finalement, non ?

5 – Ne compensez pas par le jeûne et ne vous privez pas

Parce que le jeûne sera le meilleur moyen d’avoir grand faim et donc d’ingurgiter encore plus au repas prévu comme un excès alimentaire, mais aussi après ce fameux repas, il ne faut surtout pas le mettre en pratique à cette période là de l’année (ou alors il faut avoir un sacré mental d’acier pour arriver a vous contrôler).

Pareil pour la privation : si après un excès alimentaire vous mangez 2 feuilles de salade et une pomme, le repas suivant sera sans doutes chaotique, alors que celui-ci n’était pas prévu. Faites donc très attention aux cures detox, vendues pour garder la ligne pendant les fêtes, où vous vous nourrissez uniquement de tisanes et de jus. A part avoir faim et perdre de l’argent, vous n’aurez aucun autre avantage.

6 – Mangez a satiété

Cette règle est aussi valable en dehors des excès alimentaires, mais l’est encore plus en cette période de fêtes qui va débuter : apprenez a manger a satiété. C’est important, il faut savoir écouter son corps et le cerveau suivra pour dire stop. Pour cela, pas de miracles mais des conseils de base a appliquer a tous moments de l’année :

  • Servez vous une bonne assiette : ne limitez pas les quantités dans la première assiette que vous allez manger ! Cela permettra soit ne pas la finir parce que vous n’avez plus faim, ainsi pas de frustration, soit de ne pas vous resservir si vous arrivez tout de même a la finir !
  • Mangez de tout : ne regardez pas ce que vous prenez dans votre assiette ! Même la part de bûche faite par tatie, faites vous plaisir du début à la fin ! On va pas commencer a regarder les compositions nutritionnelles le jour de noël, non mais ho ?
  • Hydratez vous bien pendant le repas : boire vous permettra aussi de réguler votre appétit (si c’est de l’eau, soyons d’accord).
  • A la fin du repas, buvez un café : il permettra a votre métabolisme de digestion de se mettre pleinement en action pour une digestion plus efficace !

Si vous arrivez a manger de tout, en quantité suffisante et que vous vous hydratez bien… vous aurez fait une grosse part du travail ! Le reste, pris en plus, ne sera que de la gourmandise ! Et croyez moi, ce n’est pas de vous resservir une part de tarte après le dessert qui vous fera grossir… mais c’est sans doutes elle qui vous donnera mal au ventre et des difficultés a digérer ! (et ça, c’est pas cool)

7 – Attention à l’alcool combiné aux excès alimentaires

L’alcool en excès, c’est mal, même pendant les fêtes ! Si vous prenez la route ou que vous devez vous occuper de bébé le soir en rentrant ou tôt le matin, ne faites pas n’importe quoi.

Mais l’alcool combiné aux excès alimentaires c’est une bombe a retardement : vous allez faire de la rétention d’eau, vous aurez beaucoup plus faim… bref, la catastrophe. L’alcool, au même titre que les sodas, c’est principalement des calories vides : elles n’ont aucun intérêt nutritionnel. Et puis l’euphorie de l’alcoolisation peut vous emmener a faire n’importe d’un point de vue alimentaire. Vous gaver, par exemple.

Profitez donc de l’apéritif, du verre de vin et de la coupe de champagne, mais si vous souhaitez réellement entrer dans une démarche alimentaire responsable, alors limitez vous a ces 3 apports. Ça sera amplement suffisant pour passer une excellente soirée !

8 – Le lendemain, mangez une alimentation saine et efficace !

Je le redis encore une fois : ne vous privez pas le lendemain pour vous punir d’avoir abusé le jour de fête. D’abord parce que vous n’avez pas abusé mais vous vous êtes fait plaisir, et ensuite parce que la frustration sera telle que vous vous jetterez sur tout et n’importe plus tard dans la journée…

  • Commencez la journée d’abord par vous hydrater au maximum : buvez 1 litre d’eau juste au réveil. La forte teneur en sel des excès alimentaires vous aura certainement déshydraté. Et puis votre système d’élimination pourra se mettre en marche dès le réveil pour vous sentir moins lourd toute la journée.
  • Pour le petit-déjeuner, mangez de tout : sucres lents (pain complet ou flocons d’avoie, par exemple), un peu de matière grasse, un produit laitier et un fruit.
  • Pour le déjeuner et le dîner, de la même manière, mangez de tout : féculents, légumes et protéines, fruit, produit laitier.

Encore une fois, hydratez vous bien tout au long de la journée, et surtout évitez voir même bannissez les aliments riches, gras, salés et sucrés ! Votre système digestif doit déjà absorber tout ce qu’il pris la veille… laissez le se reposer pour la journée.

Les fibres alimentaires contenues dans les fruits et légumes contribueront a vous aider a éliminer. Les sucres lents et les féculents permettront de maintenir un taux de sucre constant dans la sang pour ne pas avoir de fringales dans la journée.

9 – Le sport, la valeur ajoutée qui vous aidera a gérer vos excès alimentaires

Le sport, c’est la vie ! c’est aussi souvent la base d’un bon rééquilibrage alimentaire ! Les effets positifs sont aussi bien physiques que psychologiques, et il contribue clairement a vous faire entrer dans une dynamique positive pour avancer dans la voie du rééquilibrage alimentaire.

Je ne vous parlerai pas ici de sport de haut niveau, mais déjà tenter de respecter les règles fixées par l’Organisation Mondiale de la Santé qui recommande 30 minutes d’activité physique modérée par jour sera un excellent début !

Ces 30 minutes vous permettront de rester a l’équilibre au niveau de la balance calorique, et les jours de gros excès vous pourrez rajouter 30 minutes de plus sur une ou deux journées pour compenser doucement mais surement cet excès alimentaire.

Après un excès alimentaire, aller marcher vous permettra d’aider votre métabolisme a se mettre en marche et facilitera la digestion. Allez courir avant un excès alimentaire vous permettra de vider vos réserves glucides et ainsi éviter le stockage de l’excès alimentaire. Evidemment, tous les sports sont efficaces et vous avez l’embarras du choix pour vous faire plaisir !

Attention, évitez quand même les sports trop intenses tout de suite après un excès alimentaire… si vous voyez ce que je veux dire !

10 – Gérez vos excès alimentaires au feeling !

Parce qu’il n’y a finalement pas de meilleur conseil que celui-ci : apprenez a vous écouter ! Si vous respectez votre corps et vos sensations, vous arriverez a équilibrer naturellement et sans privations vos excès alimentaires. Qui finalement, a terme, ne seront plus excès alimentaire dans votre esprit, mais simplement des repas « un peu plus lourds » que d’habitude, qu’il sera très facile d’appréhender et de gérer tant d’un point de vue psychologique que physique.

Et vous, comment prévoyez vous les fêtes de fin d’année ?

Thème : Overlay par Kaira. Soyez heureux, ça change la vie !