Pourquoi je ne perds pas de poids.

Pourquoi je ne perds pas de poids.

C’est une question intéressante. Que vous soyez en rééquilibrage alimentaire ou en régime plus strict, vous ne perdez pas de poids (ou plus de poids). Lorsque l’on ne perds pas de poids, ça a souvent une signification, il y a forcément une cause. Le corps est assez binaire finalement : si vous mangez moins que ce que vous avez besoin, vous perdez forcément du poids. En revanche, il peut exister des cas où, malgré tous nos efforts, nos bonnes résolutions, et parfois même un joli départ, on ne perds pas de poids.

Quand on ne perds pas de poids, il faut bien se dire qu’il y a des règles a respecter et qu’il suffit simplement d’analyser la situation pour se sortir de ce mauvais pas. Même si moralement tout peut sembler difficile : après une perte de poids qui se passe bien, plus rien ne se passe, par exemple, le moral peut vite descendre dans les chaussettes et créer l’inverse : reprendre quelques kilos. C’est là où, moralement, il faut être fort pour ne pas retomber dans ses anciennes mauvaises habitudes et se dire que finalement, malgré tous nos efforts, rien ne fonctionne, je ne perds pas de poids !

L’analyse doit se faire souvent sur plusieurs jours, voir même au moins une ou deux semaines pour pouvoir être sincère et cohérente. Dans cet article, je vous pose les règles pour aborder du mieux possible cette période où, je ne perds pas de poids.

Je ne perds pas de poids a cause des paliers

Je pense que c’est la raison principale, mais aussi la raison la plus cruelle puisque finalement vous ne pouvez pas faire grand chose contre cette force de la nature : vous êtes entrain de vivre un palier.

Jusqu’à maintenant votre perte de poids était linéaire, et puis d’un coup : plus rien ! On ne perds pas de poids ! Je crois que ça arrive a tout le monde en période de rééquilibrage alimentaire, au moins une fois. Le palier est à la fois un processus normal, mais aussi un signe que votre méthode ne fonctionne plus, pour le moment, et qu’il va falloir tricher un peu pour réactiver les mécanismes de la perte de poids.

Explications du palier lors d’un régime

Ce phénomène extrêmement frustrant se produit lorsque votre corps s’habitue a votre régime (oui oui, on parle bien de régime ici). Lors d’un régime hypocalorique, votre corps va s’habituer au fait que vous mangiez moins que d’habitude et va caler son mode de fonctionnement sur votre nouvelle méthode d’alimentation. Il aura besoin d’énergie pour fonctionne, notamment. Le déficit calorique qui fonctionnait donc jusqu’à maintenant ne fonctionnera plus.

Le nombre de calories que vous mangez deviendra donc votre nouveau nombre normal de calories a absorber pour être à l’équilibre, sans perte ni prise de poids.

Conséquences immédiates d’un palier : je ne perds pas de poids

Vous avez plusieurs solutions pour passer un palier, mais avant tout un faut savoir que ce phénomène est normal et qu’il interviendra certainement plusieurs fois au cours de votre régime, il va donc d’abord falloir s’y habituer et se faire une raison. C’est période n’est pas franchement simple a gérer, mais je vous l’assure : si vous êtes capable de passer vos paliers, vous serez capables d’arriver au bout de vos objectifs presque les doigts dans le nez !

La première conséquence est métabolique : on ne perds pas de poids ! Ce n’est juste pas plus compliqué que ça ! Votre corps a besoin de moins d’énergie pour fonctionner, il se positionne sur vos nouveaux apports, vous êtes à l’équilibre, tout roule votre poids ne bouge pas. Si vous repassez sur une alimentation classique à ce moment là vous risquez de reprendre du poids. Votre seul d’équilibre est donc votre alimentation de régime et non plus une alimentation normale. Frustrant non ?

Parce que oui c’est la deuxième conséquence et non des moindres : parce que je ne perds pas de poids alors que je suis au régime, mon moral s’en ressent, et psychologiquement plus rien ne va ! C’est le risque à ce moment là de se transformer en ogre en se disant que de toute façon, je suis au régime, mais ça ne marche pas parce que je ne perds pas de poids, alors stop, je reprend une alimentation classique, voir même excessive pour compenser.

Solutions pour passer un palier lorsqu’on ne perds pas de poids

Passer le palier est avant tout une affaire de mental : il faut tenir bon. Après avoir identifié que vous êtes dedans (pendant un palier on ne perds pas de poids, pas même 200 grammes), alors vous avez plusieurs solution :

  1. Soit vous maintenez votre alimentation actuelle et vous attendez quelques semaines que tout se remette en marche : un peu de sport supplémentaire vous aidera sans doutes a débloquer ce pallier puisque le sport fera augmenter votre métabolisme de base grâce aux muscles gagnés.
  2. Soit vous mettez en place le Cheat Meal : il vous aidera a passer les paliers (voir même a ne plus en avoir du tout à l’avenir) puisque votre corps pensera que vous n’êtes plus en restriction alimentaire, et à ce moment là il reprendra la perte de poids.

ATTENTION : la solution qui consisterait a réduire encore plus vos apports caloriques (parce qu’on ne perds pas de poids) est dangereuse et inefficace ! Les articles qui font la promotion de cette méthode ne devraient pas exister, vraiment je vous le dit : NE FAITES PAS CA !

Je ne perds pas de poids parce que je ne note pas mes repas dans un journal alimentaire

Parce que noter ses repas dans un journal alimentaire est une des bases du rééquilibrage alimentaire et devrait devenir, dès le début, une bonne habitude au même titre que l’alimentation saine, ne pas noter ses repas peut nous emmener dans cette situation où on ne perds pas de poids.

Finalement qui êtes vous pour juger votre alimentation, à l’œil, comme ça ? Vous n’avez pas des yeux d’experts sur votre alimentation (a moins d’être un professionnel de la diététique) et parfois les dérapages peuvent être fréquents.

Je ne parle pas ici des gros craquages, qui eux font comprendre clairement pourquoi on ne perds pas de poids, mais simplement des petits extra dans la journée, ceux qu’on pense qu’ils vont passer inaperçus et qui peuvent vite faire pencher la balance calorique à force de répétitions.

Voici les principales raisons du pourquoi on ne perds pas de poids lorsque l’on ne note pas nos repas dans un journal alimentaire :

Je mange trop de féculents

Attention, je ne dis pas qu’il faut bannir les féculents, loin de là, ils sont même indispensables au bon fonctionnement de votre organisme ! Et si je ne perds pas de poids, ce n’est pas a cause d’eux ! En revanche, une surconsommation, si elle n’est pas associée a du sport, peut créer un stockage des sucres en graisse.

Réduire donc sa portion de féculent (si on est pas sportifs) peut aider a perdre du poids et passer un palier qui viendrait vous embêter.

Mon régime est trop hypocalorique

En effet, contrairement aux croyances générales, le régime hypocalorique si il est trop important ne vous aidera pas a perdre du poids. Dans tous mes articles je me bat contre cette idée reçue du tout minceur actuel où il faudrait se nourrir de salade et de jus détox pour perdre du poids : c’est de la foutaise ! Pour perdre du poids le déficit calorique doit exister mais de manière raisonnée et raisonnable pour que votre corps puisse s’adapter a son nouveau mode de fonctionnement. Et ainsi assimiler votre déficit comme une règle normale et non comme une privation.

Manger trop peu de calories fera passer votre corps en mode : au secours j’ai faim ! On ne perds plus poids à ce moment là. Et c’est super frustrant lorsque l’on ne perds pas de poids alors que l’on mange uniquement de la salade non ? Dépression et crises de boulimie assurée si vous suivez cette méthode, alors c’est a bannir complètement !

Je m’autorise trop de petits plaisirs dans la journée

Le plaisir est quelque chose d’indispensable même lorsque l’on cherche a perdre du poids. En revanche, il faut savoir prendre ces plaisirs comme tels et non comme une habitude alimentaire normale.

Se faire plaisir lors d’un rééquilibrage alimentaire est tout a fait possible en cuisinant sainement des recettes qui nous font envies. Ce qui peut gêner la perte de poids en revanche, c’est tout ce que l’on va venir ajouter en dehors de nos repas et qui peuvent faire que l’on ne perds pas de poids.

Quelques exemples en vrac qui vont peut-être vous parler :

  • Vous avez l’habitude de manger quelques bonbons ou sucreries à votre pause, au travail, sans penser à l’augmentation du total calorique
  • Vous rajoutez du sucre dans vos yaourts à la fin du repas
  • Vous aimez grignoter « juste un morceau » le soir devant la télévision
  • Vous cumulez pain et féculents sur le même repas
  • Vous enrichissez vos plats de manière récurrentes (ajout de matière grasse, fromage râpé, sauces industrielles, etc)

Ce ne sont que des exemples parmi tant d’autres mais ils peuvent faire la différence suivant votre mode de vie (active ou sédentaire) et suivant vos repas de la journée.

Je ne perds pas de poids parce que je ne crois pas en moi

Soyez bienveillants avec vous même ! Affrontez l’échec comme une expérience, pas comme une erreur ou une faute !

La peur de l’echec peut en effet créer un palier. Vous êtes stressés, vous mangez un peu plus, vous en avez marre, vous laissez tout tomber vos bonnes résolutions. Cette période est difficile et nous tous, autant que nous sommes, somme passés par là. Cette période est plutôt difficile a gérer puisqu’elle va créer un sentiment de culpabilité que vous allez contrecarrer… en mangeant !

Pensez positif va vous aider a devenir quelqu’un de nouveau ! Puisque tout le monde est capable de réussir mais aussi parce que tout le monde est différent, il faut se sortir de la tête que ce qui marche pour les autres doit OBLIGATOIREMENT marcher pour vous. Chaque personne est unique, chaque personne a ses besoins, ses envies, mais aussi ses défauts et ses qualités.

Vous craquez pendant 2 jours ? ce n’est pas grave ! Ne vous pesez surtout pas et reprenez vos bonnes habitudes ! Des jours et des jours de rééquilibrage alimentaire ne seront pas gâchés par des écarts de quelques jours. Chaque échec, chaque erreur n’en est pas une ! Il s’agit uniquement d’une expérience supplémentaire qui vous servira a déjouer les prochaines pièges (si si je vous assure il y en aura d’autres).

Reprenez vos bonnes habitudes sans culpabilité, et avancez tranquillement et sereinement afin de pouvoir créer les bonnes conditions pour une pensée positive : soyez bienveillant envers vous-même !

Je ne perds pas de poids parce que je fais un vrai régime…

… et que je n’arrive pas à le tenir ! Parce que finalement cette partie de l’article va résumer tout le reste, l’objectif du rééquilibrage alimentaire est de ne pas créer un régime frustrant, basé sur le manque ! Vous devez pouvoir manger de tout pour palier à toutes les situations expliquées au dessus !

Le cheat meal n’en est plus un si vous vous accordez du plaisir alimentaire mais que vous arrivez a garder une alimentation saine et équilibrée le reste du temps. Pensez donc clairement dans votre tête que vous n’êtes pas au régime mais que vous tentez de changer votre mode de consommation actuel par quelque chose de plus sain et de plus adapté pour votre santé ! je vous assure que ca fera toute la différence.

Dans le cadre du rééquilibrage alimentaire, les extra n’en sont pas. Ils font partis de la vraie vie et n’auront pas d’incidence négative sur votre poids puisque le reste de votre alimentation est complètement équilibrée.

Et vous, comment gérez vous quand vous ne perdez plus de poids ?

Post-régime : Après votre perte de poids !

Post-régime : Après votre perte de poids !

Je vous le dit : vous avez perdu du poids ? c’est parfait et félicitations ! Mais tout commence maintenant avec la phase post-régime ! Parce qu’il va falloir vous stabiliser, vous habituer à votre nouveau corps et conserver vos nouvelles habitudes alimentaires. Pour le restant de vos jours cette partie de votre vie restera en vous. Ça sera un peu votre trophée, votre fierté mais surtout un combat de tous les jours. Le but sera de ne pas sombrer à nouveau dans les travers (souvent mauvais) qui vous ont fait prendre du poids.

Et encore une fois, je vous le dit : vous vous sentirez bien seul pendant cette période. L’hypocrisie collective met en avant la perte de poids mais parle très rarement (voir pas du tout) de l’après régime. C’est un tord, puisque le travail, à mon sens, est aussi compliqué que de perdre du poids.

La vie étant parfois bien faite, il existe des tonnes d’astuces pour gérer au mieux cette période post-régime. Je ne pourrait pas tous vous les détailler ici, mais je vous en donnerai les grandes, qui me servent encore au quotidien, tant le combat parfois est acharné.

L’hypocrisie de la période post-régime

Je parle en effet ici bien d’hypocrisie parce que cette période est critique. Vous avez fini de perdre du poids, tout le monde a été très bienveillant avec vous, tout le monde vous a soutenu, encouragé et aidé. Et puis d’un coup, tout ce soufflet retombe et tout s’arrête. Il faut arriver à gérer ce moment assez critique puisque c’est à ce moment là que pour vous, tout va commencer, et c’est sans doutes à ce moment là que vous avez le plus besoin de soutien.

Les gens, votre entourage, vos proches, vous ont sans doutes avant votre régime longuement fait des remarques sur votre poids. Vous disant qu’il serait sans doutes plus sympa pour vous de perdre de poids et que ça serait beaucoup mieux pour votre santé. Ils vous ont encouragés pendant, et souvent trouvent normal le processus que vous avez suivi : finalement, vous avez suivi les conseils, appliqué un régime, et perdu du poids, que demander de plus du coup ?

Je vous le dit : Perdre du poids n’est pas une mince affaire ! Et ces gens qui vont vous dire pendant votre période de stabilisation : « c’est bon, tu as perdu du poids, maintenant tu peux remanger normalement » n’ont strictement rien compris à votre démarche. Et c’est là qu’il faut savoir gérer seul, ces moments difficiles.

Vous pensez avoir fait tout ça pour pouvoir remanger normalement, comme avant ? Vous pensez vraiment avoir perdu du poids, rééquilibré votre alimentation, pour pouvoir faire un festin tous les jours ?

Et puis ces gens vont aussi vous faire vite culpabiliser… une fois la perte de poids terminé, ça sera aussi les premiers a vous dire : « oh ben c’est bon, ne maigris pas plus hein, tu vas tomber malade ! » Nan mais t’es sérieux ? ça fait des années que tu me demande de faire un régime et quand je suis à mon objectif tu me demandes de tout arrêter ?

Aborder la période du post-régime sereinement

Pour arriver a gérer le mieux cette période de post-régime, il y a des règles simples a respecter et qui pourront vous aider :

  • D’abord à répondre aux gens qui vous entourent et qui peuvent tenter de vous déstabiliser, souvent de manière involontaire, certes, mais vous déstabiliser quand même
  • Ensuite a appréhender votre nouveau corps
  • Puis a gérer dans la durée ce rééquilibrage alimentaire, qui deviendra avec le temps un équilibre alimentaire.

Ces règles sommes toutes basiques du post-régime seront la clef de voûte de la fin de votre perte de poids, et surtout cette période, et j’insiste là dessus, doit être anticipée ! Ne pas attendre le dernier moment, ne pas attendre que votre objectif soit atteint avant de vouloir commencer à vous stabiliser !

Penser a anticiper votre période de stabilisation

Parce qu’il est vraiment important d’anticiper cette période, il faut vraiment commencer a penser stabilisation quelques kilos avant votre objectif ! Vous pesez 75 kgs pour un objectif a 70 ? attendez 73 et mettez vous en mode stabilisation.

Plus la perte a été importante et plus cette période sera longue. Et surtout, plus le risque de continuer a perdre en phase de stabilisation est important : vous pourriez donc vous retrouver en dessous de votre objectif premier.

L’anticipation permet aussi de prévoir votre plan d’action pour la mise en place de votre stabilisation. Laisser place à l’inconnu ne vous aidera pas. Il faut planifier cette phase comme vous avez planifié votre perte de poids. C’est tout aussi important.

Informez vos proches que votre perte de poids est terminé

J’ai fais cette erreur de ne pas en parler, de mon côté. Du coup, j’avais régulièrement des remarques sur le fait que maintenant c’est bon, il fallait mieux que j’arrête de maigrir, etc…

Ce n’est pas très flatteur. Même si évidemment notre objectif est atteint, les remarques des gens autour de nous peuvent être aussi blessantes que lorsque nous sommes en surpoids. Pensez donc a communiquer sur cette nouvelle phase post-régime qui se met en place. C’est une étape importante, ne l’oubliez pas, ne faites pas comme si tout était fini, maintenant.

La communication avec vos proches, dans cette période, est importante également pour les rassurer et leur montrer que vous maîtrisez votre sujet. C’est aussi un point important pour votre mental : psychologiquement, vous passez de la phase de régime à la phase de stabilisation. Et le fait d’en parler autour de vous fait imprimer cette phase dans votre cerveau, un peu comme si, a force de le répéter, l’auto-suggestion allait faire son travail.

Cette communication est également importante afin de pouvoir enfin faire le deuil de votre ancien vous, votre ancien corps, et vos anciennes habitudes de vie. Le surpoids, le poids en général a quelque chose de rassurant, c’est une partie de nous, de notre vie et souvent de notre histoire. Il faut arriver a se délester de tout ça, en période de stabilisation, et pouvoir tourner la page sur une partie de sa vie (souvent très grande si le poids était très élevé au départ).

Post-régime, un réel risque de dépression

Je vous le dit très honnêtement, le principal risque, à mon sens, en phase de stabilisation n’est pas le risque de reprise de poids, mais plutôt celui d’une baisse de moral, voir de dépression.

Vous venez de passer des semaines, des mois voir des années à perdre votre poids. Peut-être un peu, peut-être de nombreux kilos, vous êtes fier de vous et c’est génial ! Mais maintenant, il faut arriver a admettre que la perte de poids, c’est terminé ! Le chiffre, sur la balance, ne baissera plus.

Je regarde toujours l’aiguille de la balance avec appréhension, presque comme si je cherchais encore l’adrénaline de la perte de poids au moment de la pesée. Il faut arriver a mettre en relief votre perte de poids globale et changer de mode, dans le cerveau. Le travail est long, souvent compliqué, puisque la perte de poids est quelque chose de très grisant ; la perte appelle la perte, et ce côté satisfaisant de l’aiguille qui baisse n’existe plus a présent.

Le rôle de votre entourage

Votre entourage est extrêmement important dans cette période post-régime, il doit vous soutenir autant que lorsque vous perdiez du poids ! J’insiste vraiment là dessus, si vous êtes un proche de quelqu’un qui a perdu du poids, ne le laissez pas tomber !

Certains proches peuvent vous dire des phrases très clichées, comme : « de quoi tu te plaint, tu as perdu du poids, tu es bien maintenant non ? » Non, je ne suis pas bien maintenant, puisque c’est maintenant que mes efforts commencent et que le dur du travail commence !

Je souhaite vraiment insister sur le fait que l’entourage doit être aussi bienveillant, et même presque plus, que lors de la perte de poids !

Ne pas hésiter a se faire aider

En phase post-régime, si la pression est trop lourde, la peur de regrossir trop importante, ou que le moral baisse parce que l’aiguille sur la balance ne baisse plus, elle, alors n’hésitez pas a vous faire aider par un professionnel.

Le diététicien peut vous aider a vous rassurer sur votre alimentation, le psychologue peut vous aider a retracer votre histoire et la mettre en relief pour vous rendre compte, enfin, du travail accompli, et le coach sportif peut vous aider a mettre en valeur votre nouveau corps a travers des exercices et un travail physique.

Des tonnes de professionnels divers et variés existent pour vous aider a faire le travail de deuil de votre ancien poids, de votre ancien et de votre ancienne manière de vivre, n’hésitez pas a vous renseigner auprès de votre médecin traitant qui sera, à ce moment là, votre meilleur conseil pour vous orienter vers la bonne personne.

Et vous, comment abordez-vous votre stabilisation, ou comment comptez-vous l’aborder ?

Perte de poids et changements du corps

Perte de poids et changements du corps

La perte de poids est un moment assez merveilleux pour les personnes trainant des kilos en trop depuis de nombreuses années. Il est difficile de décrire le sentiment de plaisir qu’est la flèche de la balance qui baisse de jours en jours, ou même de semaines en semaines (le résultat est le même au final). Les changements du corps font parties de ce bonheur. C’est un changement mental, un changement dans son comportement, mais également un changement physique. Et tout changements du schéma corporel peut être accompagné de désagréments plus ou moins importants en fonction de notre personnalité.

Cette perte de poids se n’est pas rien. Il ne faut pas la banaliser. Il faut réellement prendre en compte les changements. Et surtout il faut savoir reconnaitre les signes d’alertes. Ce sont ces alertes qui nous aideront a avancer dans le quotidien, pour accepter ce changement d’aspect physique.

Dans cet article, je vous ai parlé de l’intérêt de se faire aider pour sa perte de poids. Je crois qu’ici nous sommes en plein dedans. Ne pas hésiter a se faire aider par un professionnel c’est la règle numéro un pour aider a bien vivre sa perte de poids.

I – Les changements du corps en quelques étapes

Le moindre kilo en moins est susceptible de se voir physiquement. Même si vous n’en avez pas l’impression, les changements du corps peuvent se voir très rapidement. Surtout par vos proches, ce seront les premières personnes (mais aussi celles qui vous connaissent le mieux), qui vous diront que votre corps commence à se métamorphoser.

Evidemment, tout ne se fera pas du jour au lendemain, mais quelques étapes clefs vont venir ponctuer votre perte de poids. Ce sont ces changements du corps qui vont motiver la suite de votre perte de poids, en général.

  • Le visage va s’affiner : C’est en effet là où les premiers kilos en moins vont se voir. Le visage, c’est un peu la clef des changements du corps. C’est par là que tout va commencer. Vos joues vont commencer tout doucement a se creuser.
  • Le haut du corps va devenir plus fin, plus harmonieux : Très rapidement, c’est les parties un peu plus basses de votre corps qui vont s’affiner, comme les épaules, la poitrine et le haut du ventre.
  • Les cuisses, les jambes, puis les hanches, sans ordres précis (ou du moins dans un ordre variable d’une personne à l’autre) vont s’affiner elles aussi.

Ca, c’est pour les changements du corps d’une manière assez globale. Après, va arriver le temps des découvertes.

II – Découvrir son corps de jours en jours, l’étape clef du changement du schéma corporel

C’est un effet une étape clefs que nous allons aborder a présent : la découverte de son nouveau corps. Enfin, je dirais même la redécouverte de son corps. Parce que vous le connaissez déjà, sous une certaine forme, un certain poids, des bourrelets par ci, des petites bosses par là… bref, votre corps a ce côté rassurant qui vous plait tant : vous vous sentez vous même !

A moins d’être quelqu’un de très complexé, vous n’imaginiez pas troquer votre corps contre quelque chose de totalement différent. Et pourtant, en fonction du volume et de la densité de la perte de poids, c’est exactement ce qu’il va se passer : les changements du corps vont vous pousser a devoir adopter un nouveau corps !

C’est quelque chose de compliquer a mettre en oeuvre, et ce processsus peut prendre des mois, voir des années chez certaines personnes. Je vous donne quelques astuces pour vous aider. Moi même j’ai beaucoup de mal encore a appréhender ces changements du corps

1 – Touchez vous ! Palpez vous ! Faites vous plaisir en découvrant votre corps

Ouais bon, présenté comme ca c’est bizarre, je dois l’admettre, mais c’est un des premiers conseils que m’a donné mon médecin lors du début de ma perte de poids !

Vous allez très rapidement vous appercevoir que des parties de votre corps aparaissent, ou disparaissent, ou ont des formes différentes. Ce sont ces parties là qu’il ne faut pas hésiter a toucher dans tous les sens ! Il faut que votre cerveau imprime ces nouvelles parties !

Un os devient apparent ? Vous arrivez a toucher un muscule, ou juste au moins a le sentir ? profitez en pour en abuser et vous faire plaisir a voir que cette nouvelle partie de votre corps existe a présent… et qu’elle est bien a vous !

2 – Pratiquez la pensée positive

Parce que vous êtes beau, que tout le monde est beau, il faut vous le dire et surtout vous en persuader. Vous avez fait tant d’efforts, alors pourquoi vouloir tout gâcher par une attitude négative ?

Nous passerez sans doutes pour un narcissique avec cette attitude, en revanche cette méthode vous fera un bien fou pour avancer de manière construite avec votre nouveau corps ! A force de vous répéter que c’est a vous et que maintenant, c’est comme ca, le cerveau imprimera cette nouvelle enveloppe vous permettant ainsi de ne pas regretter, ou ne pas douter. Ha, cette fameuse peur de reprendre les kilos durement perdus…

Silhouette of a man figure meditating on sky background

Quand les changements du corps deviennent un problème

Parce que parfois l’auto-persuasion ne suffit pas, il faut faire un travail plus en profondeur pour accéder son nouveau schéma corporel. Et pour cela, il ne faut pas hésiter a passer par un professionnel pour avancer, certes doucement, mais surement, dans ce long chemin du deuil de l’ancien corps.

C’est sans doutes à ce moment là que tout peut vite devenir compliquer et amener vers des situations non maitrisées : vous vous sentez mal dans votre nouveau corps, et ca les gens ne le comprennent pas forcément.

C’est génial ! Tu as perdu le poids que tu souhaitais, alors pourquoi tu te plaint maintenant ? tu ne veux quand même pas redevenir gros non ?

Ca, c’est la phrase assez typique que les personnes en difficultés peuvent recevoir dans la figure. Et qui évidemment ne vont vraiment pas les aider.

Au delà de la perte de poids, où tout le monde nous soutiens, prend soin de nous et nous entoure de bienveillance, il faut penser a ce fameux après, a ce fameux nouveau corps qui parfois peut être dérangeant. Et quand la simple thérapie sur soit ne suffit pas, quand les encouragements et les réconforts de nos amis ne suffisent pas non plus, il ne faut pas hésiter a se faire aider par quelqu’un qui va aider a se débarrasser de l’ancien corps (sans l’oublier pour autant), et avancer avec le nouveau… mais aussi le nouveau mode de vie et d’alimentation.

Comment gérez-vous ces changements du corps, ou comment vous préparez-vous à ce moment ?

Je ne sais pas cuisiner, comment bien manger ?

Je ne sais pas cuisiner, comment bien manger ?

Ne pas savoir cuisiner n’est pas une fatalité ! D’abord parce qu’il y un temps pour tout, et que forcément, si vous êtes restés sur une mauvaise expérience, il est probable que vous ne soyez pas tentés pour recommencer. Mais aussi parce qu’on s’en fiche, que vous sachiez cuisiner ou non ! Personne ne vous demande d’être un chef étoilé ou d’entrer dans le guide Michelin pour les 10 prochaines années.

Il faut savoir qu’il existe des tonnes d’astuces pour faire de la cuisine, sans vraiment se fatiguer ou sans avoir de compétences particulières. Mais pour cela, il faut tout de même respecter quelques règles toutes simples. Une fois mises en œuvre, il ne faut vraiment pas hésiter à se lancer ! En effet, c’est en faisant que l’ont devient… faisandé. Non, c’est en faisant que l’expérience viendra. A force de tâtonnements, d’échecs et de réussites, vous serez en capacité de faire vos propres ajustements de recettes, simplement et rapidement.

Je vous met en lien les recettes du blog (peu nombreuses pour le moment), mais qui vous montreront que des repas extrêmement simples peuvent être sympas a déguster…

Bien préparer ses menus à l’avance

C’est en effet la première règle. Il faut savoir bien préparer ses menus à l’avance. Ca parait tout bête comme ca… mais ca vous évitera le fameux « on mange quoi ce soir ? » qui peut vite conduire a une catastrophe gastronomique ! La consigne est simple : Le dimanche, on prépare ses repas pour la semaine complète, et on s’y tiens ! Ca permet aussi d’avoir une vue d’ensemble sur ce que vous ingèrerai et de créer des fenêtres, comme je les appellent, qui permettent de réduire pendant un repas ou deux l’apport calorique, tout en passant inaperçu sur la semaine.

Le deuxième avantage, et pas des moindres, c’est que cela vous permettra de préparer votre liste de course. Alors on ne va pas s’étaler sur les avantages financiers d’avoir une liste prédéfinie lorsque nous allons faire les courses, mais il est clair également qu’au niveau de la santé alimentaire, il n’y a que des avantages a partir aux courses avec une liste :

  • Pas d’achats compulsifs : vous évitez de vous ruer sur les choses qui ne sont pas indispensables à votre semaine alimentaire
  • Des menus pensés à l’avance sont souvent des menus réfléchis et adaptés à la semaine entière. Vous aurez donc votre frigo rempli de la manière que vous aurez choisis : pas de place pour l’imprévu !

Prenez en compte également dans la préparation de vos menus votre mode de vie : si vous avez un programme chargé certains jours de la semaine, prévoyez des choses un peu plus rapides a préparer… va vous évitera de vous décourager le moment venu ! Le but de ces règles est vraiment de prendre en compte la globalité de sa semaine alimentaire, pour laisser le minimum de place à l’imprévu. Il faut arriver a avoir une vue d’ensemble sur la semaine afin d’éviter tout comportement compulsif qui pourrait être engendré par une situation de dernière minute : commande dans un fast-food, piocher des aliments sans intérêts nutritionnels dans le frigo, par exemple.

Cuisiner en commençant par des repas simples

Là aussi, cette règle parait tout bête, mais si vous n’avez pas l’habitude de cuisiner, ne commencez pas votre première semaine par des menus qui vont vous prendre des heures aux fourneaux ou qui demandent des compétences techniques que vous n’avez peut-être pas. Optez vraiment pour des repas simples et passe-partout. Et pour ne pas se lasser, adaptez les recettes à vos goûts.

Il est très simples en effet de pouvoir adapter quasiment toutes les recettes à nos goûts, très facilement, simplement en remplaçant, en supprimant, ou en ajoutant quelques ingrédients. Du coup, tout devient plus simple : les courses, parce que vous n’avez pas besoin de multiplier les listes et les magasins, mais aussi la préparation, parce que vous travaillez UNIQUEMENT avec des ingrédients que vous connaissez et dont vous serez surs de ne pas vous tromper.

Le but est quand même de manger ce que vous préparez, donc si vous passez des heures en cuisine vous n’aurez certainement plus faim après ! Pareil si vous préparez des produits que vous ne connaissez pas… vous pourriez être déçus du résultat et ne pas avoir de manger votre préparation ! Respectez donc cette règle basique d’aller au plus simple et au plus facile.

Il existe des centaines de classiques de la cuisine française (ou du monde) qui sont réalisables très rapidement et adaptables quasiment à l’infini juste en changeant quelques ingrédients. Et c’est vraiment ma règle numéro un quand je cherche les recettes pour mes menus de la semaine. Une recette me demande telle épice ? J’en ai une autre à la maison ? j’adapte ! Parfois, évidemment, ce n’est pas possible. Mais à ce moment là soit je cherche si je peux adapter un autre ingrédient de la recette, soit je passe à autre chose. Je ne souhaite pas partir dans des achats de produits que je consommerai qu’une seul fois ou que je n’aimerai pas. Pas de place pour le doute !

Cuisiner pour vous faire plaisir

Parce que l’avantage principal de cuisiner vous même réside dans cette règle, il faut avant tout cuisiner pour VOUS faire plaisir ! Vous êtes en période de perte de poids et vous rêvez de manger un bon plat de lasagnes ? cette recette est tout a fait adaptable a une perte de poids en choisissant les bons ingrédients ! Le but du fait maison en période de rééquilibrage alimentaire se situe vraiment ici, pouvoir manger ce qu’il vous fait envie, tout en ayant pas peur des répercussions sur votre balance.

Mais pour ca, il faut être imaginatif et ingénieux. Et surtout, il ne pas hésiter… a vous lancer ! N’ayez pas peur, je ne suis pas cuisinier à la base, je ne le suis toujours pas à l’heure actuelle, mais je vous assure que quand j’ai envie d’un plat… je me fais ce plat ! Parfois je passe un peu de temps a chercher des équivalences pour abaisser le total calorique, mais ce ne sont que quelques minutes lors de ma préparation des repas, donc rien comparé au plaisir que je trouve a manger des plats qui me font réellement envie.

Je vous rappel encore une fois que le rééquilibrage alimentaire ne doit pas être de la restriction alimentaire. Il faut donc conserver un mode de consommation varié en adaptant au quotidien ce que vous mangez pour que la balance soit équilibrée sur la semaine, sur le mois ou même sur la vie entière. Donc vous pouvez chercher a vous plaisir et sortir des clichés « légumes vapeurs – blanc de dinde », qui ne serviront qu’à vous frustrer et provoquer un sentiment de colère et d’envie de tuer la terre entière.

Cuisiner parce que c’est VOTRE moment

D’ailleurs, quand je dis votre moment, pas vraiment. Si vous avez des enfants, un mari, une femme, des colocs, votre moment peut aussi devenir un super moment de partage ! Imaginez les discussions autour des produits a choisir, ou au moment de la préparation sur le temps de cuisson ?

Pendant ces temps de préparation, vous sortez du cadre « je veux faire attention à mon poids » pour entrer en mode « je veux me faire plaisir mais sans faire n’importe quoi ». Et je vous assure que dans la tête ce n’est pas du tout pareil. Ca insuffle vraiment quelque chose de positif dans votre quotidien.

C’est votre moment parce que vous avez la maitrise sur la globalité de votre rééquilibrage alimentaire : vous contrôlez vos apports alimentaires, tout en choisissant ce qu’il vous fait réellement envie de manger. Il n’y a donc que des avantages a cuisiner.

Et vous, c’est quoi votre manière de préparer les repas ? vous êtes plutôt aux fourneaux ou plats tous prêts dans le frigo ?

Rééquilibrage alimentaire, ma perte de poids – Partie 3

Rééquilibrage alimentaire, ma perte de poids – Partie 3

Je vous ai laissé il y a quelques semaines avec un poids à la dernière pesée de 114 kilos, j’en était à ce moment à 20 kilos de perdus. Quelle fierté pour moi de voir le chiffre descendre si rapidement sur la balance en sachant que je ne m’attendais pas du tout à une perte de poids si rapide. Quelle fierté, vraiment, de savoir que je pouvais enfin devenir régulier dans quelque chose et que finalement, ça ne paraissait pas si compliqué que ça…

Des périodes de doutes il y en a eu de nombreuses, et il y en aura surement encore. Mais ce n’est pas sans compter sur ma motivation qui m’aura permis d’aborder cette période du mieux possible tout en ayant des bases solides par rapport à mes premiers mois passés.

Je décide donc, dans cette suite d’article racontant mon histoire, de vous faire part d’une période un peu plus critique, qui va me permettre d’arriver pas loin des 100 kilos.

La perte de poids, une affaire de régularité

Parce que oui, c’est ça la clef du succès et malheureusement c’était ma plus grande crainte : manquer de régularité ! Des événements de la vie (heureux ou malheureux), des problèmes de santé, une fatigue liée au travail ou un épuisement psychologique peuvent venir mettre a mal cette régularité.

Tout comme la vie vie de tous les jours, qui apporte son lot de surprises quotidiennes, dans la gestion du foyer, de la maison, de la famille et des enfants. Tout cela peut facilement mettre un coup d’arrêt à toutes vos bonnes intentions. Vous vous dites à ce moment là, comme pour vous réconforter de la période difficile que vous traversez : « ho, je vais manger cette pizza, j’en peux plus en ce moment », ou ce genre de phrases extrêmement réconfortantes mais qui finalement peuvent gâcher tous vos efforts passés.

C’est exactement ce qui s’est passé pour moi. Une période difficile au niveau de la vie de famille, au niveau professionnel aussi. Et puis l’envie à ce moment là de tout balancer les bonnes résolutions que j’avais prises jusqu’à maintenant pour me goinfrer de tout le gras qui passait devant moi. Ça a été une période difficile puisqu’il a fallut assimiler ces envies boulimiques non pas a une réelle envie de manger mais vraiment se dire qu’il s’agissait d’une réaction hormonale créer par le cerveau pour trouver un moyen de se déstresser.

Et comme pour moi la nourriture a toujours été un « réconfortant naturel », c’est donc logique qu’à ce moment là j’ai ressenti ce besoin de manger beaucoup plus mais aussi beaucoup moins bien : reprendre mes vieux démons et mes anciennes mauvais habitudes.

Comment faire pour ne pas craquer et reprendre du poids ?

Dans cette période difficile où, malgré nous, nous ne pouvons pas faire autrement que manger plus et plus mal, je dois avouer que moi aussi, je suis passé par là. Je n’ai pas « craqué » au point de reprendre du poids ou autre, mais mon poids s’est plutôt stabilisé pendant une période de 2 semaines environ.

J’ai donc analysé d’où pouvait venir le problème, d’un point de vue alimentaire. Et je me suis aperçu qu’en réalité j’augmentais mon apport calorique sans vraiment le vouloir : un peu plus de sauce dans ma salade, des tranches de pain et du fromage en plus, des extras un peu plus réguliers…

Je me suis rendu compte à ce moment là que mon corps était vraiment un vicieux et qu’il pouvait me faire faire a peu près tout ce qu’il voulait…

La solution était toute trouvée : mon apport en calorie avait augmenté ? un seul moyen pour réguler tout ça rapidement et reprendre la perte de poids le plus efficacement possible.

Le sport comme remède miracle pour la perte de poids

J’ai donc voulu augmenter de manière franche mes activités sportives pour brûler plus ce surplus en calories que j’ingérais à ce moment là. Et ce fut plutôt efficace : j’ai ajouté le trail une fois par semaine ! J’aussi programmé un plan de course a pieds beaucoup plus sérieux et exigeant, loin du simple footing que je pouvais faire jusqu’à maintenant… au risque de me blesser malheureusement.

Mes débuts en trail ont été plutôt laborieux, vu la difficulté de la tâche : ça ne faisait pas longtemps que je courrais et j’avais encore pas mal de poids à perdre… donc potentiellement pas mal de poids a transporter lors de mes sorties. Mais avec un peu d’acharnement et pas mal de frayeurs dans les descentes, j’ai réussi a faire quelques sorties sympathiques. Et je dois avouer que niveau balance, avec des séances de course a pieds plus intenses et plus axées vers le fractionner, le poids a repris une descente de manière constante.

La troisième pesée et un événement heureux

Nous sommes le 8 juin 2019, un samedi matin. Je prend le travail, comme d’habitude, et après de nombreuses semaines sans me peser, je décide de m’asseoir sur la balance… 100,6 kilos ! J’avais encore perdu 14 kilos de plus ! J’hésitais entre la joie de cette perte de poids fulgurante et la déception de ne pas avoir encore passé le cap psychologique des 100 kilos, qui était pour moi il y a encore quelques mois quelque chose d’impossible a atteindre.

Cette période difficile se conclue par une nouvelle période sans doutes encore plus difficile qui va débuter, mais grand bien m’en a fait de me peser ce jour là… le lendemain, 9 juin, ma fille venait au monde, me lançant donc dans l’impossibilité de me peser pendant quelques semaines. En effet, j’avais pris l’habitude de me peser uniquement au travail, n’ayant pas de balance chez moi a disposition.

Je pars donc en congé paternité sur une note positive, pratiquement sous la barre des 100 kilos, et plein de bonnes résolutions et d’idées sportives pour me renforcer encore et toujours plus.

Rééquilibrage alimentaire et enfants : montrez l’exemple !

Rééquilibrage alimentaire et enfants : montrez l’exemple !

Le rééquilibrage alimentaire est souvent une affaire de famille : en effet, des parents qui mangent mal, ce sont des enfants qui suivent l’exemple, et qui mangent mal également. Les fast-food, les viennoiseries industrielles et autres charcuterie présentes sur la table vont attirer vos enfants et les rendre « addicts » a tout ça… Ben oui, les industriels de l’aggro-alimentaire savent faire ! Un packaging sympathique, des goûts sucrés a souhait ou relevés de manière subtil pour plaire aux fins palais de nos enfants et hop, ils ont vite fait de tomber accros aux chips saveur barbecue ou aux crêpes fourrées de chocolat, qui ont le goût de tout sauf d’une vraie crêpe.

Et c’est là que tout devient dangereux : les enfants peuvent vite ne manger plus que ça. Le goût de produits puissants en bouche et sympathiques pour le palais, ils peuvent prendre rapidement goût. Mais c’est sans compter sur les effets néfastes que peuvent avoir ces produits sur la santé : dépendance à la malbouffe, surpoids (voir obésité), manque de diversification alimentaire, carences, mauvaise dentition, j’en passe des meilleurs.

Dans une société de consommation ou tout va vite, il est facile de récompenser son enfant avec un paquet de chips ou un paquet de gâteau. Il est également bien plus simple de faire « pic-nic » le soir quand on a la flemme de cuisiner ou de faire « petit-déjeuner » quand on a pas le temps. Il existe pourtant quelques règles a respecter, et si vous êtes là c’est sans doutes parce que vous réfléchissez au rééquilibrage alimentaire. Alors pour finir de vous convaincre et de sauter le pas : réfléchissez à l’impact que tout cela peut également avoir sur vos enfants.

Je vous fait une liste de ces avantages et quelques règles simples a respecter.

Non, on ne met pas ses enfants au régime !

J’ai souvenir de ces parents qui torturent leurs enfants a aller voir une diététicienne a seulement 10 ans mais qui eux se tapent une assiette de pâtes au fromage devant eux lorsque le repas arrive… arrêtez cette torture ! D’abord parce que votre enfant prend exemple sur vous et que si vous bouffez mal, il prendra aussi ce mauvais exemple, et ensemble parce qu’un enfant ça grandit, donc pas régimes.

Le but est qu’il grandisse sans prendre plus de poids que de centimètres. Alors un peu de sport, une alimentation saine et équilibrée (comme vous faites pour vous maintenant que vous vous intéressez au rééquilibrage alimentaire), et tout va très bien se passer !

On peut cuisiner simple et pas cher, mais sain

J’en ai même fait un article (cliquez sur ce lien pour accéder a celui-ci). Manger simple et pas cher peut être très simple ! Il suffit de faire des légumes, quelques féculents, un peu de viande ou de poisson, et le tour est joué ! (si si, je vous jure, ça prendra que quelques minutes a préparer et ça sera meilleur que le fameux sandwich « parce qu’on a pas envie de cuisiner »). Et du coup, vous pouvez manger la même chose que votre enfant, et ça, ça n’a pas de prix (pour tout le reste, blabla).

Votre enfant prendra exemple sur vous ! Si vous prenez le temps de cuisiner et que vous l’intéressez a ce que vous faites (en lui demandant d’éplucher quelques légumes, par exemple), je vous assure qu’il prendra rapidement goût a cette nourriture beaucoup plus saine. J’ai l’exemple en tête qui me vient des fermes pédagogiques, qui lui permettront aussi de ramasser quelques légumes. Et quel bonheur pour lui de consommer ce qu’il a ramassé quelques heures plus tôt… vous voyez que c’est pas compliqué et peu coûteux, de montrer le bon exemple ?

Pensez a son avenir : nous sommes dans un monde dur !

Et malheureusement c’est valable aussi pour nos chers petits bambins… déjà dès les premières classes les différences physiques se font ressentir, et les enfants peuvent être très dur entre eux. Donnez lui toutes les clefs pour pouvoir pratiquer du sport sans souffler devant les copains ou pour choisir les vêtements dont il a envie (et j’vous assure que c’est dur de devoir mettre des joggings parce qu’on rentre pas dans un jean quand on a 10 ans, parole d’ancien enfant obèse).

Il vous remerciera plus tard, je vous le promet, autant que moi j’en ai voulu a mes parents de ne pas m’avoir donné ces clefs pour réussir a maintenir un poids correct quand j’étais enfant.

Pas de récompenses par la nourriture

Ça, c’est un fléau des temps modernes qui remontent a quelques générations : tu as été sage ? tiens, je te donne un bonbon. Tu t’es bien comporté au magasin ? tu peux choisir le gâteau que tu veux…

Il faut vraiment éviter ce comportement, ça fini souvent en enfilades de bonbons et autres sucreries pas du tout adaptés a des enfants… et puis il y a tellement d’autres manières de les féliciter !

Soyez l’exemple d’un bon équilibre alimentaire

Pour vos enfants, vous êtes un héros, alors soyez le a table également… Si vous équilibre alimentaire est juste, celui de vos enfants le sera aussi, fatalement. Soyez donc un exemple pour eux, votre enfant vous remerciera forcément un jour ou l’autre. Et même chose pour le sport, si il a l’habitude de vous entendre parler de sport régulièrement et qu’il vous voit faire, il sera plus apte a faire de même plus tard… et puis une balade a vélo avec ses enfants, c’est tellement sympathique !

C’était un vendredi, mon expérience de rééquilibrage alimentaire – Partie 2

C’était un vendredi, mon expérience de rééquilibrage alimentaire – Partie 2

Je vous ai laissé dans le dernier article concernant mon rééquilibrage alimentaire sur ma première pesée. J’en était a 12 kilos perdus. Il était temps pour moi à ce moment là de me mettre au sport. Je savais que ça pourrait m’aider, je ne pensais pas que j’en deviendrai accroc. Presque dépendant.

La première partie de mon histoire se trouve ici, cliquez sur le lien !

J’ai surtout eu du mal a me mettre au sport par rapport a mon poids. A ce moment là je faisais 122 kilos et il me paraissait inconcevable de pouvoir me mettre au sport avec un poids comme celui-là. C’est pourquoi après une très courte réflexion, j’ai décidé de me faire servir du vélo que j’avais dans le garage et qui me permettait d’aller au travail chaque jour (court trajet : 3km aller-retour) pour faire des trajets plus longs et surtout plus sportifs.

Les débuts de la mise au sport : le vélo

L’avantage du vélo était clairement que je n’avais pas besoin de porter mon poids : le vélo le faisait pour moi. J’étais assis, mes genoux ne souffraient pas, mon dos non plus, que du bénéfice donc. C’était sans compter sur mon manque d’entrainement.

Me voilà donc 3 semaines après mon rééquilibrage alimentaire, 6 heure du matin, a partir faire un parcours en vélo. D’abord 30 minutes, puis 45, puis 1h… en quelques semaines, j’arrivais a enchaîner 1h de vélo toutes les 48 heures. Et ça n’a pas été de tout repos. Pour plusieurs raisons en fait :

  • Je suis quelqu’un de sédentaire à la base, le sport et moi ça fait 2… j’étais souvent le plus dispensé de sport étant enfant, je n’aimais pas du tout ça, et j’avais toujours une bonne excuse pour éviter le cours d’EPS
  • Il faut se motiver, à 6h du matin, a jeun, a partir faire du sport quand nous n’avons pas l’habitude d’en faire.
  • Le poids du début était aussi un obstacle… douleurs musculaires, crampes de récupération, manque de souffle, respiration chaotique… autant dire que c’était tout sauf une partie de plaisir.

Et heureusement, le temps a fait son effet : les kilomètres ont commencés a sembler plus faciles, je m’étais trouvé un parcours de 12 kilomètres très sympathique… après quelques semaines d’entrainement j’en arrivais presque a y prendre goût !

Quelques semaines après, la course a pieds

Tellement pris goût que le vélo devenait trop facile et ne m’a plus suffit. J’ai donc souhaité intégrer la course a pieds dans mes entraînements, mais je ne savais pas comment m’y mettre, surtout qu’à ce moment là je n’avais pas notion de mon poids, ma seconde pesée n’ayant pas encore eu lieu.

J’ai donc commencé simplement : après 1h de vélo, j’ai enchaîné avec 10 minutes de course a pieds. Puis 15, 20, puis 30.

Je faisais donc après 2 mois de rééquilibrage : 1 heure de vélo et 30 minutes de course a pieds toutes les 48H. Puis j’ai pris goût à la course a pieds… le vélo a disparu. Sans regrets d’ailleurs, il m’est maintenant beaucoup plus plaisant de courir que de faire du vélo, en revanche le vélo a été pour moi un vrai tremplin pour la mise au sport !

Mon alimentation et la seconde pesée

Concernant mon alimentation , rien n’a changé pendant cette période, je ne l’ai pas adaptée en fonction du fait que maintenant je m’étais mis au sport. Après coup je me dis que c’était surement une erreur… mais très franchement, je n’ai aucuns regrets puisque cela m’a permis de continuer a perdre rapidement, avec tous les bénéfices du sport sur le moral et la confiance en soit.

J’ai supprimé le petit-déjeuner pour suivre les conseils concernant le jeûne intermittent… méthode qui ne peut pas convenir à tous le monde mais qui chez moi a parfaitement fonctionné. Le principe étant de faire baisser au maximum son taux de glycémie pour aller puiser dans les réserves. Je ne le conseil pas parce que c’est une méthode sans doutes un peu extrême, vous ne verrez pas d’articles sur ce blog concernant ce processus, en revanche j’en parle dans cet article parce que malgré tout, ça fait partie de mon histoire.

La seconde pesée m’a confortée dans mes méthodes et m’a montré que j’étais dans le vrai : 114 kilos. Encore 8 kilos de perdus, soit 20 kilos perdus au total en seulement 7 semaines… de la folie diront certains, mais j’avais vraiment l’impression d’être dans le vrai, sans fatigue, sans stress, et en pouvant faire du sport sans souffrances.

Je continue sur ma lancée, je vais bien, tout va bien !

L’objectif est donc de maintenir cette perte de poids même si je me suis fait a l’idée que forcément elle ralentira, voir s’arrêtera a un moment ou un autre. Le phénomène de pallier, bien connu des nutritionnistes.

Je me suis donc préparé a ça, tout en continuant a avancer tranquillement. Mes sensations étaient bonnes : je n’avais pas faim, je n’avais plus besoin de collation l’après-midi, et le sport était devenu mon défouloir avant une grosse journée de travail ou après des événements stressants dans la vie de tous les jours. Ça m’a clairement donné des ailes.

Il fallait donc maintenir cette dynamique et le moindre changement dans mon alimentation était devenu moralement insupportable : il fallait garder ce qui marchait a tout prix !

La suite bientôt…

Thème : Overlay par Kaira. Soyez heureux, ça change la vie !