Natation et rééquilibrage alimentaire, tout savoir

Natation et rééquilibrage alimentaire, tout savoir

Depuis quelques mois, je me suis mis au sport, et malheureusement mon corps arrive a saturation. Je n’avais pas pensé à la natation. La course a pieds toutes les 48 heures, le rééquilibrage alimentaire, je sent que je deviens fragile, mon corps me le fait ressentir. Surtout que la perte de poids donne des ailes.

Il faut bien comprendre une chose (et la natation répondra à toutes vos questions) : plus vous perdez du poids, plus vous prenez goût au sport et plus vous souhaitez en faire encore et toujours plus, plus fort, et plus loin. Mais le corps ne l’entend pas toujours de cette oreille et il est difficile d’être raisonnable dans ce genre de cas : pourquoi arrêter ce qui fonctionne, finalement ?

Pour mettre au repos mon corps j’ai donc décidé, après consultations d’avis divers et variés de me mettre à la natation. Le principe est simple : les jours où je ne travail pas, je cours, les autres jours je vais à la piscine pour nager.

Je profite donc d’un article sur le blog pour vous faire un retour sur mes débuts en natation depuis quelques semaines, et pourquoi pas, vous donner envie de vous y mettre sérieusement ?

La natation, quels objectifs ?

D’abord, la première raison du choix de ce sport a été le fait de trouver un sport porté qui ne sollicite pas mon corps autant que la course à pieds et qui me permette de me « reposer » tout en restant actif. Ça, c’est la raison principale, première, et officielle. Et puis, au fil de mes recherches, je me suis aperçu que la natation était un sport complet parfait pour le renforcement musculaire, l’endurance, et surtout très complémentaire avec la course a pieds.

Il n’en fallait pas plus pour me faire sauter le pas : je vais faire de la natation en complément de la course a pieds !

Parce que oui oui, hormis les beaux corps musclés des athlètes de haut niveau que l’on voit pendant les jeux olympiques, la natation peut être un sport très complet pour le commun des mortels, sans souffrance pour votre corps.

En plus de brûler des calories, vous faites travailler votre respiration, votre cœur, et vos muscles… elle est pas belle la vie ? tout ça sans souffrances !

En natation, concrètement, je fais quoi ?

Pour vous répondre, il y a globalement 2 possibilités : soit vous enchaînez les longueurs, comme moi, en adaptant la méthode et la manière selon vos objectifs, soit vous faites des exercices ciblés suivant ce que vous recherchez.

Je vous ferait pas un cours complet dans cet article, je découvre la discipline et du coup il existe des gens beaucoup plus compétents que moi pour vous aider (et google est une mine d’information très complète pour vos recherches sur des exercices en particuliers), en revanche je peux vous aider pour avoir quelques bases que moi j’utilise en ce moment et que je souhaite vous partager.

Les longueurs : Le principe est simple, vous les enchaînez pendant un temps que vous vous êtes fixés suivant votre objectif ! Avec accessoires ou tout simplement en variant les nages, vous ferez travailler le corps en totalité dans ce cas là.

Les exercices : dans le grand bassin a faible profondeur ou dans le petit bassin, il existe des tonnes d’exercices pour renforcer des zones spécifiques de votre corps sans avoir les inconvénients de sports plus violents pour vos articulations ou vos muscles.

Je nage combien de temps ? a quelle fréquence ?

Il est recommandé 30 minutes d’activité de niveau moyenne par jour… vous pouvez donc, tout comme la course à pieds, partir sur des séances de 45 minutes minimum 3 fois par semaine. Ça semble plutôt correct pour progresser et voir des effets positifs sur le corps !

Pour un plan d’entrainement simple, je vous recommande 1 heure 3 fois par semaine. Ça permet d’ajouter à la séance un échauffement et une période plus calme en fin de séance pour détendre les muscles et finir un peu plus en douceur.

Cela se décompose comme suivant :

  • Lundi : 1h de natation soit 15 minutes de nage libre, 30 minutes d’exercices plus ciblés, puis 15 minutes de nage libre mais plutôt axé détente, sur un rythme plus doux donc.
  • Mercredi : Même programme, vous pouvez varier les exercices pour ne pas vous lasser et travailler des zones différentes
  • Vendredi : Nage libre pendant 1 heure en essayant d’augmenter l’intensité pour bénéficier des effets d’entrainement de la semaine qui se termine

Je peux intégrer une séance de course a pieds ou de vélo longue sortie le samedi pour bénéficier des effets positifs de la natation sur le corps. A ce moment là nous passons dans la catégorie « entrainement croisé » et les bénéfices seront visibles sur les 2 sports en même temps, sous réserve de régularité dans votre entrainement.

Quelle nage choisir pour quelle partie du corps ? avec ou sans accessoires ?

Toutes les nages sont bonnes en natation… a condition d’avoir un peu d’entrainement et d’avoir la bonne technique pour ne pas trop souffrir.

  • La brasse fera travailler les cuisses, les bras, et les abdominaux (a condition de bien gainer son ventre et ses fesses pendant la séance)
  • Le crawl fera travailler principalement le haut du corps : bras, pectoraux, épaules et abdominaux
  • Le papillon fera travailler la totalité du corps beaucoup plus fort, a condition que ce soit bien maîtrisé… ce qui n’est pas donné a tout le monde.

Et puis, en plus d’enchaîner les séries de manière monotones, vous pouvez pimenter un peu les séances en vous donnant des handicaps de manière volontaire, qui forceront des zones du corps a travailler plus que d’autres.

  • Le Pull Buoy, qui va volontairement vous empêcher de vous servir de vos jambes et donc faire clairement beaucoup plus travailler le haut du corps
  • La planche, qui va vous immobiliser les bras, et à ce moment là faire travailler beaucoup plus le bas du corps.

Vous pouvez commencer d’abord par utiliser ces deux accessoires, qui seront efficaces pour un renforcement musculaire. Plus tard, l’ajout de plaquettes dans les mains pour augmenter la résistance de l’eau et donc faire travailler beaucoup plus les bras et les pectoraux, ou les palmes, qui vous permettront de vous dessiner une silhouette beaucoup plus harmonieuse grâce aux mouvements parfaits qu’elles vous permettront de réaliser en ondulation (sur le ventre, le dos, ou les côtés)

La natation et le rééquilibrage alimentaire font-ils bon ménage ?

Clairement c’est un grand OUI ! Pour moi il s’agit du sport le plus complet que vous puissiez mettre en place dès le début de votre rééquilibrage alimentaire, même si vous êtes en surpoids et même si vous êtes obèse !

Certes, vous brûlerait moins de calories que sur un sport avec plus d’impact, mais les bénéfices pour le corps sont considérables et ça reste une vraie activité physique, qui fait bien transpirer… même si dans l’eau on s’en rend bien moins compte.

Idée collation après le sport

Idée collation après le sport

Voici ma collation après le sport 10km de jogging plus un peu de musculation
– Thé vert pour l’hydratation
– Une omelette avec:
– 2 oeufs
– 1 cuillère à café d’huile olive
– 2 cuillères à café de fromage blanc 0%
– 1 pincée de poivre
– 1 pincée de curcuma
Et vive le sport 🏋️‍♂️

Sport et canicule, attention au coup de chauffe

Sport et canicule, attention au coup de chauffe

La chaleur revient en ce milieu du mois de juillet, et après la période de canicule que nous avons eu en début de mois, j’ai décidé de vous faire un article sur la pratique sportive en période caniculaire. Cet article s’applique également pour toute la période d’été, parce que canicule ou non, il faut se protéger et adapter son activité physique aux conditions de température extérieur.

D’abord, mettez vous en tête que le sport c’est bien et génial pour la santé, mais pas à n’importe quel prix. Vous pouvez continuer a avoir une activité sportive pendant la période estivale, mais des recommandations sont nécessaires à mettre en oeuvre pour éviter les problèmes de santé, qui peuvent être très graves (voir mortels), je vous le rappel.

Quelques idées générales sur les fortes chaleurs

Les fortes chaleurs deviennent dangereuses lorsque, sur la même période, au même moment de la journée, la température extérieur devient plus élevée que la température habituelle.

Il faut savoir également que ces températures peuvent être dangereuses dès le premier jour : il n’y a pas de règles à ce niveau là. Ne pensez pas que c’est la durée de l’épisode qui conditionnera sa dangerosité.

Les grosses chaleurs entraînent fatigue, à tous les coups. Elles peuvent aussi provoquer une déshydratation, un coup de chaleur. Notez également que la pollution accentuent le sentiment d’inconfort et les risques de problème médical lié à la chaleur.

Le sport et le coup de chaleur d’exercice

Comme je vous l’ai dit en introduction, le sport c’est super pour la santé, mais il ne faut pas le pratiquer à n’importe quel prix. Le risque est important et il a un nom : le coup de chaleur d’exercice.

Ce syndrome, qui peut être mortel très rapidement, va être provoqué par une série d’enchaînement de facteurs qu’il sera difficile d’arrêter si nous sommes pris « à fond » dans notre activité.

Et l’explication est très simple : Le sport augmente votre dépense énergétique. La sueur doit s’évaporer et avec une chaleur importante à l’extérieur, elle ne pourra pas le faire. La déshydratation peut arriver très rapidement et elle concerne tous les sportifs, que vous soyez débutants, confirmés ou professionnels.

Ce risque est majoré par divers facteurs :

  • Votre niveau et la puissance de votre entrainement
  • Une condition physique médiocre et / ou des problèmes de santé chroniques
  • Une absence de vent
  • Une humidité relative élevée.

Il faut donc pour prévenir ces risques connaitre son corps, savoir quand partir faire du sport ou quand il est plus prudent de rester à la maison, mais surtout si vous décidez de partir : savoir arrêter. Je peux également à travers mon article faire passer un message de vigilance concernant les gens qui vous entourent. Si vous êtes entrain de courir et que vous croisez quelqu’un qui à pas l’air bien et qui est aussi entrain de courir, votre bon sens devra vous entraîner à vous arrêter pour venir en aide à cette personne.

Comment se protéger du coup de chaleur d’exercice ?

Quelques recommandations simples et de bon sens permettent de limiter ce risque pendant les périodes de fortes chaleurs :

  • Demandez un avis médical si vous une maladie chronique
  • Ne sortez pas faire du sport aux périodes les plus chaudes de la journée
  • Essayez de pratiquer votre activité sportive à l’ombre, et si vous courrez ou faites du vélo, choisissez un parcours qui sera le plus ombragé possible
  • Portez des vêtements adaptés : lunettes de soleil, protection de la nuque, par exemple
  • Utilisez de la crème solaire
  • Aspergez vous régulièrement le visage et la nuque d’eau
  • Contrôlez votre hydratation

Contrôle de l’hydratation en période de forte chaleur

Il faut bien penser à boire avant, pendant, et après l’effort.

Il est recommandé pour celà de boire 2 verres d’eau 30mn avant l’effet, et 2 verres d’eau toutes les 15 minutes après l’effort jusqu’à compensation du déficit hydrique (la balance est à ce moment là une bonne indication pour voir le poids perdu pendant l’effort)

Pensez également à ne pas vous gaver d’eau d’un seul coup. Les reins fonctionneront au maximum mais vous ne serez pas spécialement bien hydratés. Buvez des petites gorgés, tranquillement, jusqu’à récupération complète.

Signes d’alerte du coup de chaleur d’exercice

Des signes simples doivent vous faire arrêter immédiatement l’activité que vous êtes entrain de pratiquer, vous mettre dans un endroit frais et vous hydrater.

  • Crampes
  • Sensation de fatigue inhabituelle
  • Forte rougeur, sensation de chaleur, maux de tête, vomissements, nausées

En cas d’urgence, composez le 15, si vous trouvez un sportif inconscient, qui convulse ou qui a des propos incohérents.

En conclusion, faites preuve de bon sens

Toutes ces recommandations sont du bon sens, il faut pouvoir écouter son corps et sentir si c’est le bon moment pour partir faire du sport ou non.

Comme dit plusieurs fois plus haut : le sport c’est génial, mais ne gâchez pas votre vie pour un entrainement que vous aviez absolument envie de faire.

Cet article a été réalisé sur les bases des recommandations canicule du ministère des sports.

Comment débuter la course a pieds : mes débuts

Comment débuter la course a pieds : mes débuts

Je vais vous raconter ici mes débuts en course a pieds, il y a maintenant un peu plus de 2 mois et demi. Des débuts difficiles mais avec un peu de persévérance et de volonté, je vous assure que si j’ai réussi, tout le monde peut réussir et suivre un plan assez facile pour s’entraîner.

Je le répète comme dans beaucoup d’articles, le but n’est pas de devenir compétiteur. Le but c’est de retrouver un mode de vie sain, équilibré. Il est donc évidemment pas conseillé de se reporter à mon histoire si vous souhaitez faire des performances hors du commun, mais je m’adresse plutôt aux personnes, qui, comme moi, n’avaient pas l’habitude de faire du sport avant.

Marche rapide ou course a pieds ?

Il faut bien noter qu’à un faible niveau la différence entre marche rapide et course a pieds est parfois très faible. La vitesse en tous cas est sensiblement la même. La vraie différence en revanche c’est que ce ne sont pas les même muscles qui sont sollicités, et pas à la même intensité.

Même si vous avez l’impression de ne pas avoir une vitesse impressionnante (et c’est le cas, je vous rassure), vos muscles se prépareront quand même pour les entraînements futurs et la différence se situe donc ici.

L’intérêt donc de la marche rapide pendant notre plan d’entrainement n’est donc pas anodin… il n’est pas contre-productif, comme nous allons le voir dans cet article suivant, de se laisser aller a marcher rapidement pendant notre entrainement, au début tout de moins. C’est même important, pour pouvoir se forger une première endurance de base, qui nous permettra, ensuite, de courir sans avoir de temps de marche.

Les débuts dans la course a pieds

Bon voilà, nous y sommes. Il est 6h du matin (ou toute autre heure fera l’affaire aussi), vous êtes sur-motivés, entraînés par votre première perte de poids ou motivé à vous mettre au sport. Le but sera donc, grâce à mon histoire, de vous montrer qu’avec de la motivation il est possible de ne pas craquer et de continuer sur la durée. Et même de prendre du plaisir à le faire.

Quelques pré-requis avant toutes choses :

  • Hydratation avant, pendant les 30 minutes avant de partir, et une bouteille d’eau a disposition directement à votre retour, entre l’arrêt et les étirements.
  • Des chaussures adaptées : celui là il vient de mon père qui m’a répété pendant mes premières séances qu’il été important que je me paye une vraie paire de chaussure de course. Je l’ai écouté quelques semaines plus tard, je me suis aperçu qu’il avait vraiment raison. On sent la différence, et sans se ruiner. Vous avez des paires intéressantes régulièrement en promotion dans les grandes enseignes de sport.
  • Avoir quelque chose dans le ventre : ce sont les marathoniens qui s’entraînent à jeun ! Prenez une collation légère 1 à 2h avant le départ pour avoir la force d’avancer pendant votre entrainement.
  • Pas de contre-indications médicales : douleurs aux genoux, pieds, hanches qui pourraient dégénérer en pratiquant la course a pieds. Pas de contre-indications médicales plus générales également.

Les premiers entrainement en course a pieds

Le but recherché ici sera de gagner de l’endurance, et donc du souffle. Nous n’allons donc pas hésiter a marcher si besoin pour pouvoir renforcer le cœur et se créer ce premier capital endurance.

Vous devez absolument courir doucement ! Vous devez pouvoir parler pendant que vous courez. Si vous êtes essoufflés au bout de 5mn, c’est que vous courez beaucoup trop rapidement ! Si vous courez seul, chantonnez ! Quand vous pouvez plus, c’est que vous allez trop vite, alors réduisez la cadence !

La distance n’a pas d’importance ! Ce qui compte c’est le temps !

Les premières séances : Objectif de 15 minutes sans s’arrêter MAIS on hésitera pas si besoin a alterner la course a pieds et la marche rapide.

On passe à l’objectif suivant uniquement lorsque l’objectif précédent est atteint, sans arrêt et sans marche rapide.

Objectif 30 minutes : Nous entrons dans le dur avec le premier objectif important, les 30 minutes sans arrêt, sans marche. Vous pouvez pour cela partir des 15 minutes et augmenter de 5 en 5 tranquillement.

Ensuite, soit vous vous contentez de 30 minutes, soit vous augmentez, et l’objectif sera alors d’atteindre soit les 45 minutes, soit l’heure de course a pieds ! Et une fois ces objectifs validés, inutile d’aller chercher un temps plus long, la compétition ici ne nous concerne pas, nous parlons bien de rééquilibrage de son mode de vie !

En revanche, vous pourrez intégrer des exercices permettant d’augmenter sa vitesse mais uniquement quand l’heure sans arrêt et sans marche sera validée. Ça sera l’objet d’un article prochainement.

La fin de l’entrainement, et la récupération

Vous aurez mal aux jambes sur les premières séances, et c’est normal. Si votre corps est oxygéné normalement et que vous ne suffoquez pas quand vous avez terminé l’entrainement, parce que vous avez suivi mes conseils sur la vitesse, alors ces douleurs ne dureront pas longtemps et vous terminez bientôt votre séance presque aussi frais qu’au départ.

Quelques règles au moment du retour :

  • A votre arrivée, tout de suite, marchez tranquillement pendant quelques minutes pour faire redescendre votre rythme cardiaque et pour que vos muscles reprennent une activité normale sans contre-coup.
  • Hydratez vous au maximum pendant les 30 premières minutes de la fin de votre entrainement.
  • Faites des étirements pour les jambes, c’est important !
  • Pas de séances quotidiennes ! Laissez votre corps récupéré, même si vous avez courru « que » 15 minutes ! Au moins 48h entre chaque séance est le minimum a respecter. Vraiment.
Randonnée du Mont Joigny, col du Granier

Randonnée du Mont Joigny, col du Granier

  • La randonnée se fait de manière beaucoup plus agréable avec l’arrivée du printemps. En faisant quand même attention au soleil, beaucoup de parties sont exposées.
  • Prévoir un approvisionnement en eau, il n’y a aucun moyen de recharger ses gourdes sur le trajet.
  • Niveau plutôt facile, des difficultés sont a prévoir dues aux éboulements successifs mais très rares.
  • Balisage a jour et visible sur toute la durée de la randonnée (sauf à la fin de la montée, mais pas longtemps)
  • Comptez environ 4h si vous prenez le temps de manger au sommet

Départ du col du Granier

Le col du Granier se trouve à une altitude de 1134 pour son point culminant. L’accès se fait facilement en voiture par les villages de Chapareillan, St Pierre d’Entremont ou plus simplement encore par la ville de Chambéry.

Il y a sur place un bar-restaurant et plusieurs sentiers de randonnée a pratiquer soit sur les belles périodes ensoleillées soit l’hiver, équipés de raquettes.

Le stationnement est aisée, vous trouverez facilement des places pour garer le véhicule et les sentiers de départs sont bien indiqués.

En route vers les Granges de Joigny

Prenez le sentier de randonnée qui part en face du parking de stationnement, vous allez monter doucement sur une 30ène de minutes environ jusqu’à arriver aux Granges de Joigny.

Il s’agit d’un hameau habité par des éleveurs, principalement de chèvres. Un panneau à l’entrée du hameau vous rappel qu’il ne faut pas faire de feu dans les étendues d’herbe, ou même que marcher dedans, donc suivez bien le sentier. Si vous marchez dans l’herbe, vous détruisez la nourriture des chèvres !

Dépassez le hameau jusqu’à l’arrivée en lisière de foret.

La montée… pendant 1h30

A la lisère 2 sentiers se séparent, vous allez prendre celui de droite et commencer la grimpée, doucement d’abord, puis ensuite vous demandant un peu plus d’énergie. Cette partie est majoritairement à l’ombre c’est donc le moment pour reprendre des forces et profiter de la fraîcheur des arbres.

Comme vous pouvez voir le dénivelé à certain endroit est plutôt calme, d’autres parties sont bien plus pentues mais la randonnée reste tranquillement faisable.

Le col de la Gorgeat

Voilà, vous êtes pratiquement a mi-parcours ! vous êtes arrivé au col de la Gorgeat ! C’est ici que 2 sentiers se séparent encore une fois : un qui va au Mont Joigy, l’autre qui vous emmènera très peu loin, à la pointe de la Gorgeat

Nous allons donc à ce moment là prend sur la gauche, pour nous diriger vers la pointe de la Gorgeat, et admiré la vue de cet endroit assez sublime.

Route finale vers le Mont Joigny

Nous repassons en arrière, puis nous repartons en face (a droite lorsque nous étions en montée), pour attaquer les dernières trentaines de minutes avant le col du Mont Joigny.

Cette portion là est particulièrement raide et pourra donner du fil a retordre aux personnes ayant un peu le vertige. Les éboulements ont fait des dégâts et parfois le balisage vient a manquer.

Mais le résultat vaut vraiment le coup…

La vue sur la vallée est vraiment merveilleuse. Les montagnes au fond…

La descente se fait en longeant l’arrête, mais il y a réellement de la place pour circuler donc aucune difficultés. La descente se poursuit ensuite en forêt, où là aussi, il n’y a pas de difficultés.

Vous reviendrez a un croisement bien avant les granges de Joigny, et vous serez pratiquement déjà arrivé au parking, où vous aura attendu votre voiture.

Quel sport choisir lorsque l’on est en surpoids

Quel sport choisir lorsque l’on est en surpoids

Aujourd’hui, à travers cet article, je vais vous parler un peu de mon expérience par rapport au sport, au moment où j’ai commencé mon rééquilibrage alimentaire. Evidemment l’expérience que j’ai vécu ne sera peut-être pas la même que la votre, et mes goûts ne seront pas les même que les votre. En revanche, il se détache certaines tendances. Le sport chez les personnes en surpoids doit respecter quelques règles pour pouvoir être efficace.

Nous mettons les choses à plat tout de suite. Lorsque je parle de sport, je ne parle pas de compétition ou autres performances internationales. Nous cherchons à travers le sport a retrouver un équilibre et un mode de vie saine et équilibré. Mes conseils ne seront donc pas donnés dans le but de courir pendant des heures ou de pédaler pendant des heures également.

Le sport, je veux bien, mais lequel choisir ?

C’est ça la question la plus sensible quand, pendant des années, nous n’avons plus fait de sport. Je dois vous avouer que je me suis moi aussi posé la question, et que les réponses n’était pas franchement évidentes. J’ai donc fait quelque chose de tout simple : j’ai procédé par élimination. Ayant un poids important au début du rééquilibrage, les choix se sont fait naturellement.

D’abord, j’ai éliminé de manière stricte les sports a haute intensité ou qui nécessité que le poids de mon corps soit porté. Pour des raisons évidentes, mon obésité m’a empêché de pratiquer entre autre :

  • La course a pieds
  • La randonnée sportive
  • Le vélo axé course longue
  • Les sports collectifs mettant en jeu en fort potentiel cardiaque : football, basket, handball, tennis, etc…
  • Les sports en salle type musculation, fitness ou HIT

J’ai du coup décidé de fait de m’orienter vers des sports plutôt portés, et je dois avouer que le choix a été d’un coup très vite limité. Il me fallait un sport où je ne subissais pas le poids de mon corps soit :

  • La natation
  • Le VTT (sur route, pour le coup)

J’aurais pu certainement me creuser un peu plus la tête à ce moment là, mais n’aimant pas l’eau et ayant un vélo a disposition dans mon garage, le choix s’est porté tout simplement vers le VTT.

L’avantage c’est que je ne portais pas le poids de mon corps, les fesses assises sur une selle. Autre avantage et pas des moindres, mes articulations n’allaient pas subir de traumatismes en raison de mouvements répétés. Donc beaucoup moins de risque de blessure, donc pouvoir continuer les entraînements au fil des jours.

Un sport de trouvé, maintenant je pratique a quelle fréquence ?

Pour cette question aussi, je vais vous apporter une réponse personnelle. Par principe, je ne sais pas pourquoi, je me voyais faire du sport une fois toutes les 48h, soit tous les deux jours. Ça me paraissait être un bon rythme, permettant également la récupération entre chaque séance.

A aucun moment je me suis dis que j’allais faire du sport tous les jours. Tout simplement parce que j’avais peur de me blesser et de ne pas pouvoir continuer. Surement que des gens le font, mais moi je ne le conseil pas, le but étant de tenir sur la distance et non de stopper après 2 semaines.

Il est important également quand le corps fatigue (et il fatiguera forcément a un moment ou un autre), de se laisser 24h de plus, soit une pause de 72h entre deux séances. Ne pas hésiter donc a faire une pause dans votre entrainement et casser la routine. Vous repartirez plus fort après, croyez moi.

Le sport, quand on commence a perdre du poids, c’est pareil ?

Non, c’est mieux ! Parce que votre capital confiance augmente, parce que votre poids est de moins en moins lourd, vous vous sentirez pousser des ailes. Et donc à ce moment là vous pourrez vous orienter vers d’autres sports. Moi j’ai choisi la course a pieds et la randonnée sportive, mais à ce moment là je vous assure que vous pourrez vous faire plaisir.

Et puis poussé par l’efficacité de votre entrainement, vous chercherez toujours a dépasser vos limites. Les possibilités sont donc infinies et je vous assure que ça, c’est le pieds.

Vous prendrez aussi de bons automatismes et aller apprendre a écouter votre corps. Vous saurez donc quelles sont vos limites et quand mettre une pause à votre entrainement. Le risque de blessure sera à ce moment là de plus en plus faible si, comme vous le faite depuis le début, vous continuez a raison garder et que vous n’essayez pas d’aller toujours plus loin dans vos retranchements.

Je vous rappel, pour conclure, le maître mot : régularité !

Le sport, c’est pas que pour les maigres

Le sport, c’est pas que pour les maigres

Alors, là, avec cet article, nous allons dire stop directement à une idée reçue qui à la belle vie : le sport, ce n’est pas que pour les maigres ! Quoi qu’on en dise, quoi que les gens en disent, et quoi que les sportifs bodybuildés de la salle de musculation d’à coté en dise, ce n’est qu’une idée reçue !

Qu’on soit bien d’accord, oui, certes, on peut beaucoup plus performer avec un poids de corps bas et affûté, oui, certes, le sport est beaucoup plus simple quand un poids de corps qui est normal, ça, je ne peux en effet pas vous prouver le contraire, et ça serait mentir que de dire l’inverse.

En revanche, je vais vous démontrer que sport et surpoids, voir obésité, font bon ménage, si l’activité est adapté et surtout qu’elle est pratiquée de manière raisonnée et contrôlée.

Le sport comme moyen de perdre du poids

Il faut bien comprendre que pour perdre du poids, l’alimentation seule est suffisante. En revanche le gros coup de pouce apporté par le sport n’est vraiment pas négligeable. C’est pour quoi, à mon sens, rééquilibrage alimentaire se combine forcément avec du sport.

Evidemment, on ne vous demandera jamais de courir un marathon si vous étiez sédentaire, mais le minimum syndicale serait de respecter les prescriptions de l’Organisation Mondiale de la Santé qui sont :

Afin d’améliorer leur endurance cardio respiratoire, leur état musculaire et osseux, et réduire le risque de maladies non transmissibles et de dépression,
Les adultes âgés de 18 à 64 ans devraient pratiquer au moins, au cours de la semaine, 150 minutes d’activité d’endurance d’intensité modérée ou au moins 75 minutes d’activité d’endurance d’intensité soutenue, ou une combinaison équivalente d’activité d’intensité modérée et soutenue.
L’activité d’endurance devrait être pratiquée par périodes d’au moins 10 minutes.
Pour pouvoir en retirer des bénéfices supplémentaires sur le plan de la santé, les adultes devraient augmenter la durée de leur activité d’endurance d’intensité modérée de façon à atteindre 300 minutes par semaine ou pratiquer 150 minutes par semaine d’activité d’endurance d’intensité soutenue, ou une combinaison équivalente d’activité d’intensité modérée et soutenue.
Des exercices de renforcement musculaire faisant intervenir les principaux groupes musculaires devraient être pratiqués au moins deux jours par semaine.

https://www.who.int/dietphysicalactivity/factsheet_recommendations/fr/

Les adultes qui suivent ces recommandations sont a prioris déjà sur la bonne voie… Ce n’est pas sans parler des ailes qui vont vous pousser dans le dos. Parce qu’en effet, le sport, vous allez y prendre goût.

Le sport comme investissement au long court

Le sport c’est simple, l’heure en salle de musculation, sur tapis roulant, ou a courir comme sauvage dans la rue, c’est de l’investissement ! Alors certes, votre banquier le verra pas comme ça… Mais si si je vous assure, vous investissez !

En admettant, pour faire simple, que vous séance de sport ai lieu cet après-midi, vous allez brûler vos calories à l’instant T, mais aussi demain… et après-demain ! C’est fou non ? le corps est bien fait. Alors en partant du principe que vous fassiez une séance toutes les 48h, autant vous dire que vous êtes tranquille ! Vous brûlez des calories en continue sur la durée du cycle ! Disons que ça vaut vraiment le coup.

Oui mais le sport en surpoids, voir en obésité, c’est dur non ?

Alors en effet, le sport, c’est dur. Surpoids ou pas, obésité ou pas, le sport, ça fait souffrir, c’est le principe. Il existe en revanche une règle simple : écouter son corps. Pour ça, quelques astuces très simples :

  • Pratiquer une activité sportive qui vous fait vraiment envie : inutile d’aller courir pendant de longues minutes qui vous en avez pas envie. Vous préférez la natation ou le vélo ? faites vous plaisir. Ne regardez pas la dépense calorique pour un temps donné sur chaque sport. Peut importe le sport, c’est du sport.
  • Respectez des temps de repos entre chaque séance : la performance grandit aussi en se reposant ! Inutile de courir tous les jours, contentez vous d’une séance toutes les 48 ou 72h.
  • Ecoutez votre corps : une douleur qui survient pendant l’entrainement ? arrêtez vous ! De la fatigue ou une sensation de vertige ? de même, arrêtez tout ! Pour les personnes sédentaires qui reprennent le sport, le risque de blessure est très important… alors doucement.

Persévérez, c’est la clef du succès. Inutile de vous morfondre si vous avez des courbatures, des crampes ou si vous avez couru 15mn au lieu des 30mn prévues a votre programme… on s’en fou ! vous avez couru, et c’est déjà très chouette.

Thème : Overlay par Kaira. Soyez heureux, ça change la vie !