Calories : compter n’est pas utile

Calories : compter n’est pas utile

Le comptage des calories, ce système des diététiciens vieux comme le monde (et plus encore). Il est assez difficile de revenir sur une institution comme celui-ci, mais j’ai bien envie de vous donner mon avis. D’entrée de jeu, je vous le dit, le comptage des calories ne sert strictement a rien. Pour une seule et bonne raison principale : toutes les calories ne se valent pas.

[the_ad id= »1101″]

Je tiens vraiment a mettre l’accent là dessus parce je vois, régulièrement encore, des personnes qui souhaitent perdre du poids grâce à ce système. Mais je vois aussi de vraies fautes d’assiettes juste parce qu’il faut rentrer dans les clous. Je me dis du coup : C’est bien tout ça, mais ces calories « juste pour » auraient pu être remplacées par d’autres produits, plus ou moins caloriques, mais sans doutes tellement plus utiles.

Je vous le dit encore : l’acharnement du comptage des calories est juste bon a créer des déséquilibres alimentaires, et une vraie perte de motivation chez les gens qui ne constatent pas d’évolutions de leurs poids (pour en perdre, pour en gagner, ou pour se maintenir, c’est valable dans les 3 cas).

Compter ses calories : être à l’équilibre ?

L’intérêt principal des personnes cherchant a compter leurs calories se situe en général ici : il faut être à l’équilibre ! Et ce n’est pas si simple. Partant du principe que votre corps consomme un certain nombre de calories en métabolisme basal (celui qui va vous servir a vivre, tout simplement : respirer, marcher, parler, oxygéner votre sang et digérer), auquel vous ajoutez les activités de la journée, vous obtenez un chiffre de consommation de calories moyen. Dans le principe, pour être à l’équilibre, il faut manger le même nombre de calories que ce que vous consommez tous les jours. Sauf que dans les faits, ce n’est pas simple.

D’abord, parce que le calcul du métabolisme basal n’est pas facile, et que même si plein d’outils existent sur internet, vous n’aurez dans doutes pas un chiffre précis, ou du moins proche de la réalité, mais plutôt une estimation, souvent approximative. Le risque est donc ici de prendre pour argent comptant ce qui vous allez obtenir comme résultat et en faire une analyse souvent fausse de votre besoin réel quotidien.

Ensuite, parce que si vous appliquez bêtement le principe du : une calorie entrée, une calorie sortie, vous allez partir dans une chasse aux calories qui peut vite devenir dangereux d’un point de vue alimentaire, et donc par défaut pour votre santé. Il faut bien se dire que toutes les calories ne se valent pas, et obtenir un chiffre juste pour obtenir un chiffre n’a pas de sens.

Enfin, comprenez bien que cette méthode n’est plus d’actualité dans les cabinets de diététique, et qu’à présent, avec l’arrivée du rééquilibrage alimentaire, ce nouveau terme à la mode, il faudra se baser plutôt sur les apports nutritionnels de chaque produits, plutôt que sur le chiffre brut des calories que vous apporte chaque aliment.

Les dangers de compter ses calories

Compter ses calories peut également poser plusieurs problèmes. Comme vu dans le paragraphe du dessus, il y a un réel problème d’abord au niveau de l’estimation du nombre de calories a consommer tous les jours. Ce chiffre n’est jamais exact, et je défi n’importe qui d’arriver à me prouver le contraire.

Par exemple dans mon cas, je fais le calcul sur un calculateur en ligne, ça me sort en chiffre (censé prendre en compte mon activité physique, le fait que je sois quelqu’un d’actif, etc). Je compare ce chiffre avec l’évaluation de ma montre connectée au quotidien, j’ai un écart de presque de 20%, quotidiennement ! Ce qui représente environ 600 ou 700 k calories par jour ! Ce qui est énorme ! Ni l’estimation de la montre, ni celle du calculateur en ligne n’est donc a prendre en compte dans ce cas là.

Manger plus pour compenser

Je vais donc compenser en mangeant plus, puisque ma montre me dit que je mange plus. Il me manque donc en théorie 700 kcalories sur la journée. Ça peut donc être problématique, puisque compenser pour compenser, ça signifie que je peux manger n’importe quel type de produit, qui, tant que cela m’apporte le nombre de calories nécessaire, sera satisfaisants.

Manger moins pour compenser

De la même manière si le chiffre entre ma montre et le calculateur avait été inversé, je chercherais donc a me délester de ces calories « en trop » pour arriver a l’équilibre. Mais finalement un équilibre fictif, puisque dans ce cas là je serai capable de mettre ma santé en danger.

Evidemment, tout cela se fera sans le côté naturel d’un rééquilibrage alimentaire puisque vous vérifiez les apports caloriques de chaque produits que vous allez consommer. En aillant une idée fausse de base, vous allez entrer dans un processus de contrôle alimentaire stricte qui n’arrivera uniquement soit a vous rendre malade (apports caloriques trop faibles), soit a vous frustrer (apports caloriques trop élevés donc pas de résultats sur la balance), soit vous faire entrer dans un processus de troubles alimentaires et de contrôle de tout ce que vous ingérez, et dans ce cas c’est beaucoup plus grave puisque les problèmes de ce type peuvent s’installer et créer de vraies pathologies sur le moyen et long terme.

La perte de poids et le déficit calorique

Alors bien sûr, pour perdre du poids il faut être en déficit calorique ! C’est mathématique ! Il faut donc fournir moins a votre corps que ce qu’il consomme. Ça parait comme ça, tout a faire contradictoire ! Et vous avez raison, c’est pourquoi je vais maintenant pondérer mes propos du dessus.

Je vous rappel si vous utilisez quand même la méthode du comptage des calories qu’il ne faut pas dépasser un déficit de 500 k calories par rapport a votre métabolisme basal, et surtout ne pas tomber en dessous des 1200 k calories quotidiennement. Le risque pour la santé devient vraiment majeur au delà de ces chiffres.

Les apports nutritionnels avant tout !

En effet, c’est principalement là dessus qu’il faut se baser. Avec encore et toujours l’image de notre assiette, divisé en trois parties : une moitié de légumes, 1/4 de féculents, 1/4 de protéines. Déjà, en prenant en compte ce principe là, vous allez pouvoir maîtriser votre apport calorie assez simplement, sans privations, sans frustrations et surtout sans avoir a éplucher les emballages de vos produits alimentaires au moment de faire les courses. Entrer donc à ce moment là dans un processus bien plus naturel de rééquilibrage alimentaire.

Ces apports nutritionnels seront bien plus importants que le chiffre brut des calories, car comme déjà dis dans cet article : toutes les calories ne se valent pas ! Il vaudra mieux manger 2 kilos de courgettes qu’un burger de votre fast-food préféré…

Les règles alimentaires simples mais universelles

En respectant des règles basiques concernant l’hygiène alimentaire, vous avez aussi la possibilité de maîtriser votre apport quotidien sans risques pour votre santé alimentaire :

  • Manger de tout, en quantité « normale » (on va donc parler de satiété : quand vous n’avez plus faim, vous arrêtez)
  • Manger lentement : votre cerveau aura le temps de comprendre au bout d’un certain temps qu’il n’a plus faim. Si vous ne finissez pas votre assiette vous serez donc en déficit calorique naturellement.
  • N’excluez aucunes catégoriques alimentaires : notre corps a aussi besoin de sucre et de corps gras ! C’est même indispensable pour son fonctionnement.
  • Noter votre repas : permet dans les premiers temps d’avoir un aperçu global et honnête de ce que vous ingérez quotidiennement et d’adapter en fonction de vos repas de la veille.
  • Vous hydrater : surement un des points les plus importants, pensez a boire au moins 2 litres d’eau par jour. Les toxines seront éliminées, vos cellules seront hydratées… un bénéfice considérable pour le corps (et aussi un besoin vital, pour le coup)
  • Faites vous plaisir ! Il n’y a pas besoin d’être un cuisinier étoilé pour faire de bons repas qui vous font plaisir. Et en plus, le fait maison vous permet de maîtriser ce que vous mettez dans vos plats. Tout bénéf’.
  • Eviter de grignoter entre les repas (ou alors des produits sains)
  • Pratiquer une activité sportive de manière régulière : permet d’augmenter le métabolisme de base et donc d’avoir une différence calorique plus importante et surtout naturelle.

Quand compter ses calories peut rassurer

Je me fait le défenseur de la nutrition intuitive dans cet article, en revanche moi aussi je suis passé par le comptage des calories. Et je dois avouer que ça m’a quand même permis de me rassurer sur la direction que j’avais a prendre pour ma perte de poids. Ça n’a pas duré, je me suis lassé (et heureusement, le comportement peut vite déviant dans ce cas là), mais si vous le souhaitez vous pouvez le mettre en place pour quelques jours, au tout début, pour avoir une idée : les grandes lignes de votre alimentation.

Pour cela, vérifiez votre métabolisme basal à l’aide d’un tableau simple, et regardez sur 2 ou 3 les k calories ingérés chaque jour. Ça vous donnera une idée, mais juste une idée ! Corrigez si besoin en adaptant les produits, SANS TOMBER DANS LES EXCÈS et stop. Arrêtez de compter. Le but ici va être uniquement de vous rassurer sur ce que vous faites.

Se faire confiance dans son rééquilibrage alimentaire

C’est à mon avis une des règles les plus importantes d’un bon rééquilibrage alimentaire, c’est qu’il faut apprendre a se faire confiance ! Et cette idée est complètement éloignée du comptage des calories.

Parce que l’équilibre alimentaire se fait sur toute une vie et que les bonnes prises sont plutôt rapidement inscrites dans notre tête, il faut pour que le processus soit efficace que notre alimentation soit la plus naturelle possible et surtout la plus intuitive. Et cela passe forcément par la confiance que l’on peut avoir en soit et en sa manière de gérer son rééquilibrage alimentaire.

Tout le monde sait que si il mange une part de tarte au sucre, il faudra forcément la compenser par un repas légèrement plus simple le repas suivant… c’est ça l’équilibre alimentaire intuitif.

Vous comptez les calories ou pas ? quelle est votre expérience à ce propos ?

5 astuces pour changer ses habitudes alimentaires

5 astuces pour changer ses habitudes alimentaires

Les habitudes alimentaires, surtout si elles sont mauvaises, sont souvent tenaces. Conditionnées dans la majorité par l’éducation et dans l’adolescence, elles sont encrées en nous, et nous suivent souvent depuis de longues années. Dans un article précédent, je vous expliquait l’intérêt d’avoir un poids stable, et cohérent avec sa taille. Mais les mauvaises habitudes peuvent souvent contrecarrer nos plans vers cet objectif, pourtant simple lorsque l’équilibre alimentaire est préservé.

Heureusement, le cerveau humain est plutôt bien fait et nous sommes capable de le tromper pour arriver a lui faire changer ses mauvaises habitudes, et pourquoi pas même, lui en faire prendre de nouvelles qui seront plus saines

Evidemment, la clef de ces astuces et la persévérance et la régularité. Il n’est pas simple de changer, et tout ne se fait pas du jour au lendemain. Surtout sur des produits qui ont tendance a créer une addiction, parfois sévère. Mais la clef ici de la réussite et la régularité dans l’effort. Il faut également savoir se laisser le droit à l’échec et ne pas avoir peur de replonger pendant quelques temps, le bénéfice n’en sera que plus grand lors du prochain essai.

Changer ses habitudes alimentaires en consignant les repas

C’est évidemment une règle basique du rééquilibrage alimentaire, mais noter ses repas dans un cahier, un blog, une application (ou tout ce que vous voulez) a plusieurs avantages, dont au moins un principal : vous confrontez à vos habitudes alimentaires, qu’elles soient bonnes ou mauvaises.

Alors certes, ça ne vous fera pas changer vos habitudes sur une semaine, mais ça aura au moins le mérite de vous mettre en face de vos réelles consommations et habitudes alimentaires, et de vous dire que finalement, une consommation d’un produit que vous pensiez prendre occasionnellement revient plus souvent que vous le pensiez. Ça permet donc, a posteriori, de corriger vos habitudes en espaçant certains écarts ou en corrigeant l’apport total de certains groupes alimentaires.

Problème : Il faut être sérieux et objectif sur vos consommation, et vraiment TOUT noter. Si vous notez que ce qui est bon dans votre alimentation, ça va être compliquer d’en faire une analyse objectif.

La cuisine maison vous permet de contrôler efficacement vos repas

Au moins, vous gérez totalement ce que vous mettez dans vos recettes ! Pas d’additifs aux noms imprononçables, pas de sucres cachés ou de graisses saturés ajoutés en quantité astronomique. Vous gérez votre préparation du début à la fin, et en plus vous êtes fiers d’avoir pu préparer votre propre recette !

Le but est vraiment ici de se détacher des saveurs addictives des produits industriels, pour pouvoir revenir à des goûts plus « simples », pas dans le sens pas de goût, mais bien plus authentiques. Vous vous rendrez vite compte que la cuisine industrielle est bien loin de vous apporter ces fameuses « saveurs authentiques ».

Problème : Il faut un peu de temps et d’organisation au moment de faire ses courses pour anticiper. Mais comme on l’a vu dans un article paru plus tôt, ce n’est ni plus coûteux, ni plus compliqué de bien manger, simplement et sainement, à la maison.

Utilisez des alternatives à vos habitudes alimentaires dans vos recettes : passez en mode « Healthy »

A l’heure actuelle, pratiquement tous les aliments basiques des recettes de nos régions peuvent être remplacés par des aliments plus sains et plus adaptés à votre équilibre alimentaire.

Que ce soit pour remplacer le lait, le sucre, la farine, ou les œufs, vous avez l’embarras du choix. Si vous êtes attachés aux traditions alimentaires, dans ce cas vous pouvez commencer par faire des 50% avec des produits plus sains. Ça fera tout autant l’affaire et franchement, vous vous sentirez beaucoup plus forme après.

Problème : Vos magasins de course habituels n’ont peut-être pas tous les équivalents a disposition dans leurs rayons (encore que, maintenant, ça tend à se démocratiser). Ça vous obligera donc a multiplier les lieux pour faire les courses… mais le jeu en vaut la chandelle !

Contrôler vos quantités ingérés en prenant votre temps

Parce que vous avez passé un peu de temps a préparer un super repas, sain et équilibré : ne vous jetez pas dessus comme un mort de faim et ne le finissez pas en 5 minutes top chrono !

Votre repas devrait durer en totalité au moins 30 minutes. Prenez aussi l’habitude de poser votre fourchette régulièrement et lever le nez de votre assiette pour voir ce qu’il se passe autour (si si, je vous assure). Déjà, vous aurez moins mal au ventre à la faim du repas, et en plus c’est super sympa de prendre le temps de déguster un plat que nous avons passé un peu de temps a faire, avec amour (et guimauve).

Ainsi, votre cerveau aura le temps de comprendre que votre estomac se rempli, et pourra vous envoyer le signal pour dire stop. Et c’est important d’apprendre a écouter quand il dit stop.

Problème : Notre mode de vie actuel nous empêche souvent de prendre le temps de manger. Si vous savez que vous n’avez pas le temps à midi, alors dans ce cas optez pour des repas facilement digérables, et qui ne vous resteront pas sur l’estomac pendant des heures (avec l’envie de sieste qui va avec).

Ne vous privez de rien, apprenez a réguler sur la journée ce que vous mangez.

C’est à mon avis une des règles de base pour rééquilibrer son alimentation du mieux possible : il ne faut exclure aucun groupe d’aliment de son alimentation. Oui oui, le corps a aussi besoin de graisses saturées et de féculents pour fonctionner.

Et parce que vous avez suivi les conseils du dessus, alors vous avez toutes les clefs pour pouvoir intégrer tous les groupes alimentaires dans votre repas de manière responsable et saine. Et croyez moi, c’est important si vous souhaitez être constants dans votre rééquilibrage alimentaire et ne pas sombrer dans une déprime ou pire, une faim incontrôlable pour tous les aliments gras, salés et sucrés.

Problème : il n’y en a pas ! Le tout est dans a modération, mais comme vous suivez les conseils d’un bon rééquilibrage alimentaire, alors dans ce cas vous pouvez vraiment TOUT intégrer a votre alimentation.

Et vous, comment vous le gérez votre rééquilibrage ? vous avez d’autres astuces ?

Rééquilibrage alimentaire et enfants : montrez l’exemple !

Rééquilibrage alimentaire et enfants : montrez l’exemple !

Le rééquilibrage alimentaire est souvent une affaire de famille : en effet, des parents qui mangent mal, ce sont des enfants qui suivent l’exemple, et qui mangent mal également. Les fast-food, les viennoiseries industrielles et autres charcuterie présentes sur la table vont attirer vos enfants et les rendre « addicts » a tout ça… Ben oui, les industriels de l’aggro-alimentaire savent faire ! Un packaging sympathique, des goûts sucrés a souhait ou relevés de manière subtil pour plaire aux fins palais de nos enfants et hop, ils ont vite fait de tomber accros aux chips saveur barbecue ou aux crêpes fourrées de chocolat, qui ont le goût de tout sauf d’une vraie crêpe.

Et c’est là que tout devient dangereux : les enfants peuvent vite ne manger plus que ça. Le goût de produits puissants en bouche et sympathiques pour le palais, ils peuvent prendre rapidement goût. Mais c’est sans compter sur les effets néfastes que peuvent avoir ces produits sur la santé : dépendance à la malbouffe, surpoids (voir obésité), manque de diversification alimentaire, carences, mauvaise dentition, j’en passe des meilleurs.

Dans une société de consommation ou tout va vite, il est facile de récompenser son enfant avec un paquet de chips ou un paquet de gâteau. Il est également bien plus simple de faire « pic-nic » le soir quand on a la flemme de cuisiner ou de faire « petit-déjeuner » quand on a pas le temps. Il existe pourtant quelques règles a respecter, et si vous êtes là c’est sans doutes parce que vous réfléchissez au rééquilibrage alimentaire. Alors pour finir de vous convaincre et de sauter le pas : réfléchissez à l’impact que tout cela peut également avoir sur vos enfants.

Je vous fait une liste de ces avantages et quelques règles simples a respecter.

Non, on ne met pas ses enfants au régime !

J’ai souvenir de ces parents qui torturent leurs enfants a aller voir une diététicienne a seulement 10 ans mais qui eux se tapent une assiette de pâtes au fromage devant eux lorsque le repas arrive… arrêtez cette torture ! D’abord parce que votre enfant prend exemple sur vous et que si vous bouffez mal, il prendra aussi ce mauvais exemple, et ensemble parce qu’un enfant ça grandit, donc pas régimes.

Le but est qu’il grandisse sans prendre plus de poids que de centimètres. Alors un peu de sport, une alimentation saine et équilibrée (comme vous faites pour vous maintenant que vous vous intéressez au rééquilibrage alimentaire), et tout va très bien se passer !

On peut cuisiner simple et pas cher, mais sain

J’en ai même fait un article (cliquez sur ce lien pour accéder a celui-ci). Manger simple et pas cher peut être très simple ! Il suffit de faire des légumes, quelques féculents, un peu de viande ou de poisson, et le tour est joué ! (si si, je vous jure, ça prendra que quelques minutes a préparer et ça sera meilleur que le fameux sandwich « parce qu’on a pas envie de cuisiner »). Et du coup, vous pouvez manger la même chose que votre enfant, et ça, ça n’a pas de prix (pour tout le reste, blabla).

Votre enfant prendra exemple sur vous ! Si vous prenez le temps de cuisiner et que vous l’intéressez a ce que vous faites (en lui demandant d’éplucher quelques légumes, par exemple), je vous assure qu’il prendra rapidement goût a cette nourriture beaucoup plus saine. J’ai l’exemple en tête qui me vient des fermes pédagogiques, qui lui permettront aussi de ramasser quelques légumes. Et quel bonheur pour lui de consommer ce qu’il a ramassé quelques heures plus tôt… vous voyez que c’est pas compliqué et peu coûteux, de montrer le bon exemple ?

Pensez a son avenir : nous sommes dans un monde dur !

Et malheureusement c’est valable aussi pour nos chers petits bambins… déjà dès les premières classes les différences physiques se font ressentir, et les enfants peuvent être très dur entre eux. Donnez lui toutes les clefs pour pouvoir pratiquer du sport sans souffler devant les copains ou pour choisir les vêtements dont il a envie (et j’vous assure que c’est dur de devoir mettre des joggings parce qu’on rentre pas dans un jean quand on a 10 ans, parole d’ancien enfant obèse).

Il vous remerciera plus tard, je vous le promet, autant que moi j’en ai voulu a mes parents de ne pas m’avoir donné ces clefs pour réussir a maintenir un poids correct quand j’étais enfant.

Pas de récompenses par la nourriture

Ça, c’est un fléau des temps modernes qui remontent a quelques générations : tu as été sage ? tiens, je te donne un bonbon. Tu t’es bien comporté au magasin ? tu peux choisir le gâteau que tu veux…

Il faut vraiment éviter ce comportement, ça fini souvent en enfilades de bonbons et autres sucreries pas du tout adaptés a des enfants… et puis il y a tellement d’autres manières de les féliciter !

Soyez l’exemple d’un bon équilibre alimentaire

Pour vos enfants, vous êtes un héros, alors soyez le a table également… Si vous équilibre alimentaire est juste, celui de vos enfants le sera aussi, fatalement. Soyez donc un exemple pour eux, votre enfant vous remerciera forcément un jour ou l’autre. Et même chose pour le sport, si il a l’habitude de vous entendre parler de sport régulièrement et qu’il vous voit faire, il sera plus apte a faire de même plus tard… et puis une balade a vélo avec ses enfants, c’est tellement sympathique !

Pour perdre du poids, fuyez les produits transformés industriels

Pour perdre du poids, fuyez les produits transformés industriels

Le discours devient un classique, à l’heure où les gouvernements successifs appellent a sauver la planète d’un point de vue environnemental, et où les différents grand médecins de ce monde nous répètent a longueur de journée que les produits industriels c’est mal et qu’il faut revenir vers une cuisine plus simple. Sous entendu : faite maison. Et finalement, sans doutes qu’ils n’ont pas tord, en revanche au milieu de ces différents avis, des voix s’élèvent contre ces idées, a grand coups de lobbys industriels.

Ces voix qui s’élèvent ont tous des arguments bien rodés, manque de temps, prix du fait maison ou encore évolution de la société vers un mode de consommation plus rapide (et même pour rentrer dans les clichés, les femmes travaillant d’avantage, elles n’ont plus le temps de faire la cuisine).

Je vais tenter de démolir ces idées reçues en quelques points et vous démontrer a quel point, manger maison est bien plus simple et moins coûteux qu’il n’y parait, tout en ayant de gros avantages dans le rééquilibrage alimentaire

Manger du fait-maison coûte cher

Ça c’est l’argument numéro un, que ce soit a votre travail, dans votre famille ou dans votre cercle d’amis, nous connaissons tous des gens qui avancent cet argument choc en disant qu’acheter ses fruits et légumes frais ça coûte une blinde et que finalement il vaut mieux acheter du tout cuit.

J’ai envie de répondre : vrai et faux.

Acheter des produits frais, dans la petite enseigne bio du coin (qui eux doivent se payer, on est bien d’accord, ils ne matraquent pas les clients juste par plaisir), ça peut revenir cher, voir même très cher pour certaines enseignes. En revanche, vous avez la garantie de produits frais de qualité. Vous savez d’où viennent vos produits, et vous faites fonctionner l’économie locale : tout bénéf. En revanche, quand vous avez une famille de 5 ou 6 personnes a nourrir, ça peut vite devenir problématique.

L’alternative se trouve dans les grandes surfaces. Avec leurs prix de gros, vous avez des fruits et des légumes (et même des produits en vracs) pour de petits prix, avec des promotions régulières. Evidemment, la qualité n’est pas la même, et bien sûr que vous enrichissez des multi-nationales. En revanche, vous mangez des fruits et des légumes a prix intéressants, et ça, je crois que c’est le but de la manœuvre ici.

Manger du fait-maison prend du temps (de préparation)

C’est vrai, cet argument tiens la route. Préparer des légumes dans de l’eau avec un morceau de viande, une sauce sympathique et quelques agréments prend 30 minutes. Voir 45mn.

Ouvrir un paquet de chips, mettre des frites au four et faire chauffer des saucisses au micro-onde prend 5mn. Donc oui, l’argument est valable. Mais 45 minutes maximum dans une journée… franchement ?

Ne rentrons pas dans la facilité a vouloir aller toujours plus vite !

L’alternative est ici de préparer ses menus à l’avance pour éviter le temps de réflexion (vous gagnerez déjà pas mal de temps et éviterez la case junk-food parce que vous avez perdu du temps a réflechir) et même d’utiliser ses temps morts pour préparer à l’avance quelques repas a faire réchauffer plus tard. Facile, finalement, non ?

Pourquoi fuir les produits industriels ?

Les industriels ont bien compris cette nouvelle vague concernant les produits frais et bons pour la santé, et ils ne sont pas bêtes, ils arrivent même a surfer dessus. Que ce soit avec les galettes de légumes, les préparations de plats « comme à la maison » ou autres préparations avec des noms tous aussi bio les uns que les autres.

Mais ne vous y trompez pas ! Un produit industriel reste un produit industriel, aussi joli et appétissant soit-il.

Ce qui est le plus important dans ce message, c’est de comprendre que le drame dans ce type de produits ce sont les sucres ajoutés (dans tous les plats industriels), les graisses saturées, et les additifs (huile de palme, conservateurs, etc). Aucun produit industriel n’échappe a la règle, c’est d’ailleurs tous ces ajouts qui les rendent si appétissants et si goûteux, avec une attirance dès le plus jeune âge pour ces produits qui rendent accrocs et force a y revenir forcément un jour ou l’autre.

Pour terminer sur une note verte

Preferez TOUJOURS des légumes et fruits de grande surface pas cher, a des produits industriels sur-transformés.

Même si votre conscience éthique en prendra un sacré coup, vous pourrez manger du fait-maison pour pas trop cher et franchement, ça, c’est la base d’un rééquilibrage alimentaire réussi.

Idée collation après le sport

Idée collation après le sport

Voici ma collation après le sport 10km de jogging plus un peu de musculation
– Thé vert pour l’hydratation
– Une omelette avec:
– 2 oeufs
– 1 cuillère à café d’huile olive
– 2 cuillères à café de fromage blanc 0%
– 1 pincée de poivre
– 1 pincée de curcuma
Et vive le sport 🏋️‍♂️

Thème : Overlay par Kaira. Soyez heureux, ça change la vie !