Guide BYPASS – chirurgie de l’obésité 2/2

Guide BYPASS – chirurgie de l’obésité 2/2

Vous êtes sur la seconde partie du guide BYPASS : se rendre sur la première partie du guide BYPASS (cliquez sur le lien)

Dans cette deuxième partie du dossier concernant le BYPASS (dans la première partie, que vous pourrez lire en cliquant sur ce lien, je vous avait fait part du témoignage de Priscilla, qui a subit l’opération et arrive a combiner le BYPASS et le rééquilibrage alimentaire), je vais traiter de la place du rééquilibrage alimentaire dans les suites d’un BYPASS.

Parce que évidemment les deux ne sont pas incompatibles, il faut bien comprendre que le BYPASS sera un coup de pouce pour créer l’élan qui permettra à l’équilibre alimentaire de prendre place dans votre vie. Et cette place à l’équilibre alimentaire est extrêmement importante afin de maintenir le plus possible les effets positifs du BYPASS sans avoir à souffrir des effets négatifs.

Je vous rappel que cette chirurgie de l’obésité est une opération lourde, et non sans conséquences que ce soit physique ou psychologique. Mettre toutes les conditions de son côté pour la bonne marche du processus et la pérennité de celui-ci me semble donc quelque chose d’extrêmement important.

BYPASS et équilibre alimentaire

Il est évident que cette chirurgie de l’obésité va changer votre vie. Et votre mode de consommation alimentaire complet va être totalement bouleversé.

Souvent, le BYPASS est le dernier recours pour les personnes qui ne parviennent pas a perdre du poids de manière classique. Les raisons sont nombreuses, qu’elles soient d’ordres physiques ou psychologiques. En revanche, quelque chose de commun existe entre ces personnes : un défaut dans l’équilibre alimentaire avec souvent des prises alimentaires qui ne sont pas adaptées au mode de vie.

Le rôle des professionnels de santé que vous allez rencontrer en amont de l’opération sera donc de pointer, entre autre, ce qui au niveau alimentaire ne fonctionne pas chez vous, et de vous donner les clefs pour corriger cet équilibre alimentaire afin d’accompagner les effets du BYPASS vers une consommation plus adaptée et naturelle de l’alimentation.

Les défauts dans l’équilibre alimentaire se trouvent souvent :

  • Une consommation alimentaire anarchique : des prises alimentaires incontrôlées, a toutes heures du jour, et parfois de la nuit
  • Une inadaptation alimentaire au mode de vie : Trop de féculents ou de graisses, pas assez de légumes / fruits, associés a un manque d’activité physique
  • Dans une consommation « psychologique » : c’est le cas des personnes qui « mangent leurs émotions » et qui vont donc consommer des aliments « doudous », qui pour eux sont rassurants à l’instant T mais qui la plupart du temps sont inadaptés et font grimper le total calorique de la journée en flèche.

Le BYPASS apparaît donc comme la solution quand l’équilibre alimentaire n’est plus maîtrisé et que les conséquences de l’obésité sont telles qu’un simple rééquilibrage alimentaire est difficilement envisageable ou sera compliqué a suivre sur le long terme.

Le BYPASS comme solution miracle à l’obésité ?

Malheureusement, le BYPASS n’est pas une solution miracle ! Il s’agit bien évidemment et UNIQUEMENT d’un coup de pouce afin d’aider a amorcer la perte de poids ! Le travail ne se fera pas tout seul. Et c’est là que le rééquilibrage alimentaire intervient.

Le BYPASS va permettre aux personnes d’amorcer le travail de perte de poids afin de créer cette fameuse dynamique perte de poids. Le plus difficile lorsque l’on souhaite perdre du poids, c’est souvent les premiers kilos. Les plus longs et les plus difficiles ce sont ceux-là. Il faut donc pouvoir mettre en place cette dynamique afin que psychologiquement, la personne comprenne que ça y est, la perte de poids débute et que l’alimentation doit suivre !

C’est d’ailleurs le rôle des rendez-vous pré-chirurgie. Ils vont permettre de conditionner le patient a cet état d’esprit. Pour que la personne comprenne bien que, au delà de l’aspect purement physique et physiologique de la chirurgie de l’obésité, il y a aussi l’état d’esprit complet a adopter pour que cette chirurgie soit efficace et révèle pleinement son rôle : celui d’aide au changement de mode de consommation alimentaire.

Je souhaite rééquilibrer mon alimentation

… donc à ce moment là uniquement j’ai accès au BYPASS. Et non l’inverse. La finalité de toute cette démarche c’est le rééquilibrage alimentaire. La perte de poids viendra également du rééquilibrage alimentaire. C’est vraiment ce qu’il faut comprendre.

La motivation pour rééquilibrer son alimentation doit être réelle lors de la mise en place du protocole de la chirurgie alimentaire, et n’est pas accessible aux personnes qui ne souhaitent pas changer. C’est l’état d’esprit complet et le mode de consommation alimentaire, et plus globalement son mode de vie qui doit changer. La motivation doit être entière.

Le rééquilibrage alimentaire a donc ici un rôle central. Il ne faut pas sous estimer la part du rééquilibrage alimentaire dans la chirurgie de l’obésité et ne pas se voiler la face en pensant qu’il s’agit d’une solution miracle pour perdre des tas de kilos.

Non, il n’est pas facile de perdre du poids grâce au BYPASS et non, le travail ne se fera tout seul. D’ailleurs, quel intérêt de vouloir perdre du poids, et de se faire aider dans ce sens, si le mode de consommation continue a être autant anarchique après que avant ?

Le BYPASS est avant tout un rééquilibrage alimentaire aidé

Pour conclure, comprenez bien grâce a cet article que la place du rééquilibrage alimentaire dans la chirurgie de l’obésité est centrale, et que tout ne se fait pas tout seul !

Bien que le mode de consommation alimentaire change de manière naturel après un BYPASS (c’est logique, quand physiquement les médecins interviennent sur les organes de digestion, tout change, et le poids baisse), la base de cette démarche et l’objectif final est le rééquilibrage alimentaire. Il faut bien avoir conscience de cette notion plus qu’importante au moment d’entamer les démarches en vue de cette chirurgie de l’obésité.

Le BYPASS est un sacré coup de pouce pour perdre du poids, mais aussi et surtout une chirurgie extrêmement lourde qui aura des conséquences énormes sur votre vie. Avec des risques chirurgicaux qui ne sont pas négligeables. La motivation au changement de mode d’alimentation doit être entière pour que le changement soit réel et surtout qu’il puisse s’inscrire dans la durée !

Je ne sais pas cuisiner, comment bien manger ?

Je ne sais pas cuisiner, comment bien manger ?

Ne pas savoir cuisiner n’est pas une fatalité ! D’abord parce qu’il y un temps pour tout, et que forcément, si vous êtes restés sur une mauvaise expérience, il est probable que vous ne soyez pas tentés pour recommencer. Mais aussi parce qu’on s’en fiche, que vous sachiez cuisiner ou non ! Personne ne vous demande d’être un chef étoilé ou d’entrer dans le guide Michelin pour les 10 prochaines années.

Il faut savoir qu’il existe des tonnes d’astuces pour faire de la cuisine, sans vraiment se fatiguer ou sans avoir de compétences particulières. Mais pour cela, il faut tout de même respecter quelques règles toutes simples. Une fois mises en œuvre, il ne faut vraiment pas hésiter à se lancer ! En effet, c’est en faisant que l’ont devient… faisandé. Non, c’est en faisant que l’expérience viendra. A force de tâtonnements, d’échecs et de réussites, vous serez en capacité de faire vos propres ajustements de recettes, simplement et rapidement.

Je vous met en lien les recettes du blog (peu nombreuses pour le moment), mais qui vous montreront que des repas extrêmement simples peuvent être sympas a déguster…

Bien préparer ses menus à l’avance

C’est en effet la première règle. Il faut savoir bien préparer ses menus à l’avance. Ca parait tout bête comme ca… mais ca vous évitera le fameux « on mange quoi ce soir ? » qui peut vite conduire a une catastrophe gastronomique ! La consigne est simple : Le dimanche, on prépare ses repas pour la semaine complète, et on s’y tiens ! Ca permet aussi d’avoir une vue d’ensemble sur ce que vous ingèrerai et de créer des fenêtres, comme je les appellent, qui permettent de réduire pendant un repas ou deux l’apport calorique, tout en passant inaperçu sur la semaine.

Le deuxième avantage, et pas des moindres, c’est que cela vous permettra de préparer votre liste de course. Alors on ne va pas s’étaler sur les avantages financiers d’avoir une liste prédéfinie lorsque nous allons faire les courses, mais il est clair également qu’au niveau de la santé alimentaire, il n’y a que des avantages a partir aux courses avec une liste :

  • Pas d’achats compulsifs : vous évitez de vous ruer sur les choses qui ne sont pas indispensables à votre semaine alimentaire
  • Des menus pensés à l’avance sont souvent des menus réfléchis et adaptés à la semaine entière. Vous aurez donc votre frigo rempli de la manière que vous aurez choisis : pas de place pour l’imprévu !

Prenez en compte également dans la préparation de vos menus votre mode de vie : si vous avez un programme chargé certains jours de la semaine, prévoyez des choses un peu plus rapides a préparer… va vous évitera de vous décourager le moment venu ! Le but de ces règles est vraiment de prendre en compte la globalité de sa semaine alimentaire, pour laisser le minimum de place à l’imprévu. Il faut arriver a avoir une vue d’ensemble sur la semaine afin d’éviter tout comportement compulsif qui pourrait être engendré par une situation de dernière minute : commande dans un fast-food, piocher des aliments sans intérêts nutritionnels dans le frigo, par exemple.

Cuisiner en commençant par des repas simples

Là aussi, cette règle parait tout bête, mais si vous n’avez pas l’habitude de cuisiner, ne commencez pas votre première semaine par des menus qui vont vous prendre des heures aux fourneaux ou qui demandent des compétences techniques que vous n’avez peut-être pas. Optez vraiment pour des repas simples et passe-partout. Et pour ne pas se lasser, adaptez les recettes à vos goûts.

Il est très simples en effet de pouvoir adapter quasiment toutes les recettes à nos goûts, très facilement, simplement en remplaçant, en supprimant, ou en ajoutant quelques ingrédients. Du coup, tout devient plus simple : les courses, parce que vous n’avez pas besoin de multiplier les listes et les magasins, mais aussi la préparation, parce que vous travaillez UNIQUEMENT avec des ingrédients que vous connaissez et dont vous serez surs de ne pas vous tromper.

Le but est quand même de manger ce que vous préparez, donc si vous passez des heures en cuisine vous n’aurez certainement plus faim après ! Pareil si vous préparez des produits que vous ne connaissez pas… vous pourriez être déçus du résultat et ne pas avoir de manger votre préparation ! Respectez donc cette règle basique d’aller au plus simple et au plus facile.

Il existe des centaines de classiques de la cuisine française (ou du monde) qui sont réalisables très rapidement et adaptables quasiment à l’infini juste en changeant quelques ingrédients. Et c’est vraiment ma règle numéro un quand je cherche les recettes pour mes menus de la semaine. Une recette me demande telle épice ? J’en ai une autre à la maison ? j’adapte ! Parfois, évidemment, ce n’est pas possible. Mais à ce moment là soit je cherche si je peux adapter un autre ingrédient de la recette, soit je passe à autre chose. Je ne souhaite pas partir dans des achats de produits que je consommerai qu’une seul fois ou que je n’aimerai pas. Pas de place pour le doute !

Cuisiner pour vous faire plaisir

Parce que l’avantage principal de cuisiner vous même réside dans cette règle, il faut avant tout cuisiner pour VOUS faire plaisir ! Vous êtes en période de perte de poids et vous rêvez de manger un bon plat de lasagnes ? cette recette est tout a fait adaptable a une perte de poids en choisissant les bons ingrédients ! Le but du fait maison en période de rééquilibrage alimentaire se situe vraiment ici, pouvoir manger ce qu’il vous fait envie, tout en ayant pas peur des répercussions sur votre balance.

Mais pour ca, il faut être imaginatif et ingénieux. Et surtout, il ne pas hésiter… a vous lancer ! N’ayez pas peur, je ne suis pas cuisinier à la base, je ne le suis toujours pas à l’heure actuelle, mais je vous assure que quand j’ai envie d’un plat… je me fais ce plat ! Parfois je passe un peu de temps a chercher des équivalences pour abaisser le total calorique, mais ce ne sont que quelques minutes lors de ma préparation des repas, donc rien comparé au plaisir que je trouve a manger des plats qui me font réellement envie.

Je vous rappel encore une fois que le rééquilibrage alimentaire ne doit pas être de la restriction alimentaire. Il faut donc conserver un mode de consommation varié en adaptant au quotidien ce que vous mangez pour que la balance soit équilibrée sur la semaine, sur le mois ou même sur la vie entière. Donc vous pouvez chercher a vous plaisir et sortir des clichés « légumes vapeurs – blanc de dinde », qui ne serviront qu’à vous frustrer et provoquer un sentiment de colère et d’envie de tuer la terre entière.

Cuisiner parce que c’est VOTRE moment

D’ailleurs, quand je dis votre moment, pas vraiment. Si vous avez des enfants, un mari, une femme, des colocs, votre moment peut aussi devenir un super moment de partage ! Imaginez les discussions autour des produits a choisir, ou au moment de la préparation sur le temps de cuisson ?

Pendant ces temps de préparation, vous sortez du cadre « je veux faire attention à mon poids » pour entrer en mode « je veux me faire plaisir mais sans faire n’importe quoi ». Et je vous assure que dans la tête ce n’est pas du tout pareil. Ca insuffle vraiment quelque chose de positif dans votre quotidien.

C’est votre moment parce que vous avez la maitrise sur la globalité de votre rééquilibrage alimentaire : vous contrôlez vos apports alimentaires, tout en choisissant ce qu’il vous fait réellement envie de manger. Il n’y a donc que des avantages a cuisiner.

Et vous, c’est quoi votre manière de préparer les repas ? vous êtes plutôt aux fourneaux ou plats tous prêts dans le frigo ?

Thème : Overlay par Kaira. Soyez heureux, ça change la vie !